Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 avril 2020 2 28 /04 /avril /2020 12:32
Paroles d'Ex (6)Paroles d'Ex (6)
Paroles d'Ex (6)Paroles d'Ex (6)

"Aujourd'hui, la revue "Femmes actuelles" m'a contacté pour une interview exclusive. Morceaux choisis :

"Votre première amoureuse ?

- J'ai neuf ans, je regarde "La folie des grandeurs" avec de Funès et là j'ai eu un coup de coeur pour la Reine (photo à l'appuie) , alors que maintenant - quand je la revois -, elle ne me fait ni chaud, ni froid.

En revanche Meryl Streep c'est autre chose. Aujourd'hui encore quand je vois "Sur la route de Madison", je chiale comme un gosse. Mon côté romantique...

"Un souvenir marquant ?

- J'ai vu mon premier film porno à quinze ans. Avec un pote - dont je ne citerai pas le prénom, parce que je ne suis pas une balance -, on rentre dans un Vidéo Club puis on se faufile - comme ça, l'air de rien - au rayon "Interdit au moins de..."
Passons.

Bref, devant le vendeur, "mon accompagnateur" lance à voix haute : "Tu es sûr que ton oncle veut voir ce film ?"... Réponse de Bibi dans la foulée : "Ecoute Benoit, il m'a dit de prendre ce film et pas un autre !".
C'était écrit sur le script...

"Vous avez choisi quel film ?

- Dallax, un univers impitoyable. A la fin, RJ se tape une chèvre devant le regard interloqué de Bibo pendant qu'Helen Sue profite de l'occase pour remettre sa culotte rose à petit pois...
La fin de mon innocence.

"Quelles sont les femmes qui ont marqué votre vie ?

- Sharon Stone dans Basic Instinct, évidemment. Demi Moore aussi, sans oublier Samantha Fox (j'avais un poster dans ma chambre), Stéphanie de Monaco - je me demande encore pourquoi - et - surtout surtout - Sabrina quand elle chantait "Boys boys boys"dans la piscine ...
Je plonge encore.

"La femme qui vous a fait fondre ?

- Scarlett Johansson dans "Match Point". Pour situer, après avoir vu le film, je me suis remis au Ping-Pong...
Au cas où...

"La femme que vous trouvez épatante ?

- Anne Sinclair. La grande classe. Sans commentaire.

"Le souvenir que vous n'avez jamais osé raconter ?

- Un jour je me retrouve dans une bagnole en charmante compagnie. Pas besoin de vous faire un dessin...

Problème : j'avais chargé à l'apéro et du coup, quand j'ai tourné la langue et fermé les yeux - erreur fatale -, tout est remonté... Je me revois encore ouvrir la porte en catastrophe pour vomir sur le pare-brise de la voiture d'à côté.
Celle de Toursow...

Inutile d'écrire que quand je l'ai croisé le lendemain, je n'en menais pas large...

"Une erreur de jeunesse ?

- J'ai eu une aventure avec la DRH d'une société internationale située dans les Îles Caimans. Une faute grave. L'entreprise est un lieu de production pas de reproduction. Et comme disait très justement Steve : "No zob in Job..."
Vous l'avez ?

"Vos premiers pas au lit ?

- Ce fut poussif. Je ne rentrais pas souvent et quand je rentrais, je ne restais pas très longtemps. La faute à Claudette. Elle avait baptisé mon chichi "Popaul".
Pourquoi pas, après tout.

Du coup, c'était "Il est où Popaul ?" "Interpol est en train de chercher Popaul", "Il est confiné Popaul ?" et j'en passe et des meilleures.
Affreux.

"Un dernier souvenir ?

- Je ne sais plus où c'était. Mais c'est là que jadis à quinze ans révolus, à l'âge ou s'amuser tout seul ne suffit plus, je connu la prime amourette ..." *

* Propos recueillis par Benoît - Ben -, actuellement au chômage partiel.
Bon mercredi ou jeudi à tous et restez chez vous.

 

Partager cet article
Repost0
Published by Régis IGLESIAS - dans Livre d'or
26 avril 2020 7 26 /04 /avril /2020 11:18
Paroles d'Ex (5)Paroles d'Ex (5)

"Aujourd'hui, "Tennis Magazine" m'a contacté pour une interview exclusive. Morceaux choisis :

"Quel est votre premier souvenir avec la balle jaune ?

- J'ai neuf ans, après l'école, je file chez ma grand-mère pour gouter ses fameuses tartines à l'espagnole à la tomate et à l'ail. La bise à Pépé devant la télé avant de tomber nez-à-nez sur Yannick Noah à Roland-Garros qui bat - à l'arrache - Tarik Benhabilès en plongeant partout. Le lendemain, j'achetais ma première raquette.

"Vos plus beaux souvenirs ?

- Le service à la cuillère de Michael Chang face à Lendl, les larmes d'Agassi après sa victoire à Roland, Federer / Nadal à Wimbledon, la finale France / Etats-Unis en coupe Davis quand Guy Forget - Guitou - terrasse Sampras. "Jeu, set et match France"...
J'en tremble encore.

"Les plus érotiques ?

- Les jambes de Steffi Graf, la culotte rose de Monica Seles, les seins en poire de Chris Evert et - surtout surtout - la belle Gabriella Sabatini. "Gabriella, tu brûles mon esprit, ton amour étrangle ma vie..."

"Le souvenir que vous n'avez jamais osé raconter ?

- Le tournoi de l'USSPA m'avait programmé un samedi pour un match  à 8 h du matin.

Problème : à sept heures, j'étais encore avec les potes sur la piste tournante de l'Orkis - une discothèque malfamée - en train de liquider une dernière bouteille de Ballantine's.

Résultat : Au premier jeu, sur un smash, tout est remonté et avant que le point ne soit terminé j'ai couru aux toilettes pour vomir mes tripes devant un public interloqué. Quand je suis retourné sur le terrain, je n'en menais pas large...

"Votre dernière défaite ?

- Face à Jérémy Chardy au Tennis Club d'Albi. Il avait quinze ans et était déjà au pôle espoir de Pau. J'avais annoncé à tout le monde : "Ce gamin, si j'appuie sur son nez, il va sortir du lait, je vais lui donner une leçon de Tennis..." Résultat : il m'a mis une branlée...

 Un peu plus tard, on se retrouve à la buvette, j'entame ma troisième bière - avec les cigarettes qui vont avec -, lui, il finit son jus d'orange avant de me glisser a l'oreille, l'air de rien, la tactique qu'il a utilisé pour me ridiculiser. Inutile d'écrire que j'ai mis un terme à ma carrière dans la foulée pour me consacrer à la peinture à l'huile...

"Le moment où vous vous êtes senti le plus nul ?

- On joue la montée avec Nico, Eric, Poulpi, la Plane et Bibi à Rabastens-Coufouleux. Double décisif avec Yonel. Au troisième set, on est mené 6/5 0/40 trois balles de match contre nous et je rate tout. J'annonce à Yonel qui était au service : "Je ne mets plus une balle, ne compte plus sur moi et prend les choses en main." Il a mis alors cinq ace d'affilés et on a gagné le Tie-break qu'il a survolé. Je n'étais même pas étonné. C'est le seul mec que j'ai connu qui pouvait gagner 6/0 5/0 et perdre ou perdre 6/0 5/0 et gagner.

Merci Yoyo.

"Le moment où vous vous êtes senti le plus fort ?

- A l'USSPA encore, je gagne contre un 3/6 puis je me retrouve contre un - 15. Là, on est sur le haut niveau. Le mec, c'est Djoko, je vois pas la balle et je prend 6/0 en un quart d'heure. Les spectateurs sont morts de rire quand soudain une spectatrice s'assoie en tribune - une blonde avec de gros nichons - et je commence à jouer le tennis de ma vie...

La suite ? J'ai eu une balle de set - raté - et l'Argentin s'en est sorti miraculeusement au Tie-break mais il était tellement dégoûté d'avoir été accroché par un rigolo qu'iil ne m'a pas serré la main, ni payé à boire.

Du coup, j'ai fini au bar avec la blondasse.

Foutu pour foutu.

"Un dernier souvenir ?

- Les mots de Yannick Noah pour son grand-père - pour boucler la boucle - : "Tu es venu ce matin, me dire le chemin et pour me dire que l'amour c'est donner chaque jour..."*

* Propos recueillis par Poulpi, ancien espoir Carmausin, actuellement au chômage partiel.

Bon dimanche à tous et restez chez vous.

Partager cet article
Repost0
Published by Régis IGLESIAS - dans Livre d'or
24 avril 2020 5 24 /04 /avril /2020 11:18
"Paroles d'ex (4)"Paroles d'ex (4)

"Aujourd'hui, "Les Inrocks" m'ont contacté pour une interview exclusive. Morceaux choisis :

"Quel est le plus beau concert que vous avez vu ?

- Michael Jackson au Stadium de Toulouse avec Pat Ewing. A la fin, des milliers de personnes ont quitté le stade dans un silence de cathédrale. Comme si les mots étaient vains.
C'était absolument divin.

"Le concert le plus émouvant ?

- Jean-Jacques Goldman aux Arènes de Béziers avec le Djé. Carole Fredericks ne faisait plus partie de ce monde. 

J'entends encore les voix de JJG et de Michael Jones qui se répondent : "A-t-elle écrit une lettre ? Fini un bouquin peut-être ?..." 

D'un coup, Carole est apparue sur l'écran géant : "Une cigarette..." 
J'en tremble encore.

"Le concert le plus décevant ?

- Charles Aznavour à Toulouse avec Djé et JD. Il a passé deux heures à critiquer un public indigne de son talent, le tout assis dans son fauteuil. 
Imbuvable.

Et encore je ne parle pas des "Sheriffs", à la salle de la Verrerie de Carmaux. "Mayonnaise à gogo", "Mayonnaise à gogo". 
Rideau.

"Le plus étonnant ?

- Avec les copains et après un apéro chargé, on est allé à Monestiés voir l'immense Pierre Groscolat qui a attaqué son tour de chant avec : "Lady Lay". 

Problème : à l'attaque du refrain, le disque s'est rayé... Pierrot s'est retrouvé sur scène - seul comme un con - avant de partir en courant dans sa loge. 
On ne l'a plus jamais revu.

"Le concert le plus improbable ?

- Je me suis retrouvé au Stade Vélodrome de Marseille avec Magic Toursow, invité au dernier moment pour remplacer sa femme qui venait d'avoir sa ménopause. Le concert ? Paul Mc Cartney, himself. Quand il a chanté "Live and Let die" la BO de James Bond, le stade a explosé. 
Magique.

"Le plus envoutant ?

- Youssou N'Dour à Dakar. Sur la piste, les Sénégalaises étaient déchainées. Sans commentaire.

"La plus grosse claque ?
- Jean-Louis Aubert aux Solidays à Paris. Une bête de scène.

"Le premier concert ?

- Avec ma cousine Carine, on est allé au Zénith de Toulouse voir Renaud, quand il avait encore un joli brin de voix et avant qu'il boive du jaune en quantité industrielle. Un grand moment.

"Le dernier concert ?

- Pause-Guitare à Albi. Je vois arrivé sur scène un mec en short blanc, chaussettes blanches comme s'il se croyait sur le court central de Wimbledon. Je me dis dans ma tête "Mais c'est qui ce clown ?" 

Et là, la musique arrive, magique, puis "André Agassi" se met à chanter : "Tu seras viril mon Kid..." puis il enchaine avec : "Sais-tu ce que tu as fait ma Mère, ma Mère..." 
Enorme.

"Le souvenir que vous n'avez jamais osé raconter ?

- Avant le concert de Jackson, avec Pat, on est allé aux Galeries La Faillette. Là, devant nous, un connard qui tient un album du "King of Pop" se voit offrir deux places pour le concert. Ni une, ni deux, on file au rayon disque, on prend des CD de Michael en espérant aussi recevoir des places supplémentaires et les revendre ensuite au marché noir...

Problème : après avoir traversé le magasin en long, en large et en travers, on se barre dégouté après avoir posé les disques au rayon prêt-à-porter. 

Résultat : On s'est fait arrêter à la sortie par la sécurité qui était persuadée qu'on était des voleurs de la pire espèce. Inutile d'écrire que quand on s'est retrouvé dans la salle d'interrogatoire entouré de flics armés jusqu'aux dents, on en menait pas large...

"Le plus grand regret ?

- Ne pas avoir vu Johnny. On devait aller le voir avec le Djé mais Toursow lui avait dit que c'était la "pire pipe de l'histoire du Rock and Roll", du coup on est allé voir Aznavour...
Et merde. 

"Un dernier souvenir ?

- Miossec en concert à L'Endrevié. Je suis à la buvette en bonne compagnie - une blonde avec de gros nichons - quand j'entends :

« Tonnerre, tonnerre, Tonnerre de Brest, est-ce que toi aussi ça te bouleverse, ces quelques cendres que l’on disperse ? Est-ce qu’aujourd’hui au moins quelqu’un te berce ? … *

* Propos recueillis par Toursow, ancien chanteur vedette des Jovial Frosties - photo à l'appuie -, actuellement au chômage partiel.

Bonne journée à tous et restez chez vous.

Partager cet article
Repost0
Published by Régis IGLESIAS - dans Livre d'or
23 avril 2020 4 23 /04 /avril /2020 18:46
Paroles d'Ex (3)

"Aujourd'hui, LEquipe du matin m'a re-contacté pour une interview exclusive. Morceaux choisis :

"D'après nos lecteurs, après France / Brésil et Juventus / Manchester United, Saint-Benoit / Gaillac fait parti des plus beaux matchs de foot de l'histoire, racontez-nous ...

- Une leçon de foot. Les vignerons de Gaillac n'ont pas vu le jour. Le stade Olympique de Rauquillous était en feu devant ce football total et les spectateurs - nombreux - chantaient à tue-tête : "Qui c'est les meilleurs évidemment c'est les violets"...

"Le score de parité était-il justifié ?

- Le plus grand scandale de l'histoire avec France / Allemagne de Séville. On était tellement dégouté dans le vestiaire qu'on a décidé de ne plus jamais boire un verre de Gaillac et de passer au Merlot.

"La faute à l'arbitrage ?

- C'est entièrement de notre faute. On jouait tellement vite que l'arbitre a fini par attraper un torticolis...

"L'attentat du stoppeur adverse ?

- Un simple aveu d'impuissance. C'est toujours difficile de reconnaitre la supériorité de l'adversaire. On m'a raconté qu'il avait ensuite mis un terme à sa carrière pour se consacrer à la peinture à l'huile.

"La troisième mi-temps ?

- Enorme. Tater et Gobert nous avaient rejoins. Sans oublier Pompino qu'il valait mieux avoir en photo qu'à l'apéro. Inutile d'écrire qu'il fallait pas venir nous chercher...

"Le plus grand regret ?

- On voulait gagner parce que c'était le dernier match de Jean-Philippe Vamos - qui a fini sur un doublé - avant de signer à l'AS Pampelonne, le "Barça du Pastaga".
Cambia." *

° Propos recueillis par Dario, ancien international Portugais, actuellement au chômage partiel.

Bonne journée à tous à tous et restez chez vous.

Partager cet article
Repost0
Published by Régis IGLESIAS - dans Livre d'or
22 avril 2020 3 22 /04 /avril /2020 01:54

"Après 150 films de Louis de Funès et toute la série de la Septième compagnie, on a décidé de se mettre à Netflix. Extrait :

Partager cet article
Repost0
Published by Régis IGLESIAS - dans Livre d'or
18 avril 2020 6 18 /04 /avril /2020 23:26
Apéro-visio

"Aujourd'hui, samedi 18 avril, la fine équipe de Memoria Viva a organisé une Visio- conférence avec Magic Toursow, le Ronaldo de l'apéro ; Dario, le Zidane de la tisane ; Djé - un poète qui supporte le PSG... - et Bibi.

Une chance que je n'avais pas mon flingue.  
Un enfer.

Et puis finalement, on s'habitue et à la fin, je dirais même que ça fait du bien de se retrouver - un tant soit peu et même si c'est derrière un écran - ensemble.

Comme disait très justement Murray - le coach de l'équipe Canadienne des Mustangs - à Dean Younglood : "Tous solidaires, une équipe, une famille."

Bonne Saint-Parfait à tous et restez chez vous."

Partager cet article
Repost0
Published by Régis IGLESIAS - dans Livre d'or
15 avril 2020 3 15 /04 /avril /2020 22:25
Paroles d'Ex (2)

"Aujourd'hui, L'Equipe du matin m'a re-contacté pour une interview exclusive. Morceaux choisis :

"Quel est le joueur le plus fort que vous avez vu joué ?

- Zizou, évidemment. C’était une symphonie. Après il y a Cantona. Quand il voulait, c’était un génie, par contre quand il ne voulait pas… Je n’oublie pas non plus Magic Waddle et Thierry Henry « Titi » et Killian bien sûr, contre l’Argentine, il m’a fait rêver. C'était Sonic.

« Un autre joueur qui vous a marqué ?

- Raynald Pédros. Avec les potes on avait un jeu à la con : on tirait au sort le nom d’un joueur avant le match et chaque fois que le commentateur citait son nom, on devait boire un coup. Ce jour-là, Pédros a du toucher 150 ballons. Résultat : j’ai fini la tête dans les chiottes…

« Votre premier souvenir marquant ?

- France / Portugal 1984. Demi-finale de l’Euro joué dans un Stade Vélodrome en effervescence. J’ai neuf ans, mais je m’en souviens comme si c’était hier. A la dernière seconde, Tigana déborde et centre pour Platoche… Vous connaissez la suite.

"Le joueur le plus méchant que vous avez vu joué ?

- Harald Schumacher. Séville 1982. Sans commentaire.

"Le meilleur souvenir ?

- Finale de l’Euro 2000, on est au Sporting-Bar, l’Italie mène 1/0 et c’est le temps additionnel. Fréjaldo me dit : « Redge, allume ton camescope pour filmer la victoire des Ritals… » 

J’entends alors la voix de Thierry Roland : « Dégagement de Barthez, Trezeguet, Wiltord et But !!! ! ». Je revois Francis - Guido - rebouchonner la bouteille de Champagne…

« Votre pire souvenir ? 

- Bari. J’ai trouvé la défaite de l’OM très cruelle. J’ai pleuré toute la nuit. Il y a aussi la main de Vata. Je ne l’ai pas vu. Problème de télé. Et quand les voisins du dessus ont hurlé j’ai cru que l’OM avait marqué. J’avais oublié qu’ils étaient Portugais… 

Et je ne parle même pas de France/Bulgarie. Si un jour, je croise Kostadinov, je lui pète la tronche…

« Et Le PSG ?

- J’avoue qu’un jour - au café des Platanes et après une bonne douzaine de demi-fraise -, j’ai crié de joie quand Kombouaré leur a offert la victoire contre le Réal de Zamorano - l’hélicoptère - parce que c’était mérité.

« Un souvenir improbable ?

- J’étais à Auch avec une blonde - qui avait de gros nichons mais qui avait aussi ses règles - quand un pote m’a appelé pour me dire : « Rejoins-nous au café « Le France », il y a Bordeaux / Milan, c’est un match de dingue. » Foutu pour foutu, j’y suis allé. Quel match !

« Un souvenir familial ?

- 1986. Un samedi soir, on est à la maison avec ma mère et mon frère quand mon père débarque : « Dépêchez-vous, on part en week-end à la mer au Grau d’Agde. Du coup, on a suivi le match France / Brésil à la radio. Le pénalty raté de Socrates, le but de Platini…

Arrivé sur place, on a couru dans un bistrot suivre les pénos. J’entend encore la voix de Thierry Roland : « Luis Fernandez qui s’élance, allez mon petit bonhomme… » 

« Et dans un stade ?

- OM / Leipzig avec mon frère et Olive au Vélodrome. Inoubliable.

"Dans un bistrot ?

- La remontada au pub « Le Brady’s » de Marseille. Un pote qui supporte le PSG s’est barré après le but de Cavani persuadé que c’était plié. En partant, il nous a lancé : « On se retrouve en quart de finale… » On ne l’a plus jamais revu.

"Le moment le plus stressant ?

- Quart de finale de la coupe du monde 98 à la plage du Prado devant un écran géant. Séance de pénalty contre l'Italie. Avec les copains et les copines, on était bras dessus, bras dessous. A la fin, je crois que la terre a tremblé.

"Un regret ?

- La disparition de Thierry Gilardi. J’adorais ce mec. Je me souviens que sa femme a dit à propos de lui : 

« C’est un soleil, il nous distribuait ses rayons. Aujourd’hui, je n’ai plus de soleil mais ma Maman m’a dit un truc très juste : 

« Maintenant, c’est une étoile alors une étoile c’est plus loin, c’est plus froid mais ça brille et ça brille même la nuit..." et Thierry ne me quittera jamais parce qu’il a toujours été mon guide… *

 

* Propos recueillis par Dario, ancien international Portugais, actuellement au chômage partiel.

Bonne journée à tous et restez chez vous.

Partager cet article
Repost0
Published by Régis IGLESIAS - dans Livre d'or
12 avril 2020 7 12 /04 /avril /2020 22:21
Paroles d'ExParoles d'Ex

"DRISS, QUAND IL VOULAIT..."

"Aujourd'hui, LEquipe du matin m'a contacté pour une interview exclusive. Morceaux choisis :

"Quel est le joueur le plus fort avec lequel vous avez joué ?

- Jean-Philippe Vamos, évidemment. Sur le terrain, on se trouvait les yeux fermés. Après il y a Driss. Quand il voulait, c'était un génie. Par contre quand il ne voulait pas... Je n'oublie pas Poulpi - une machine - et Magic Toursow, notre Basile Boli à nous. Infranchissable. Et Djé aussi, dans les petits espaces, c'était Messi.

"La plus forte équipe contre laquelle vous avez joué ?

- Celle du Garric de la grande époque. Quand on allait chez eux, on en menait pas large. Que des techniciens, sur le terrain comme à l'apéro.

"Le plus méchant ?

- Tater. Un véritable sécateur. Il avait une devise : "Ne jamais faire le voyage à vide. Quand tu tacles, il faut prendre quelque chose, alors si ce n'est pas le ballon..." Il y avait aussi Clément dit "le Snake". Il fallait pas trop le chercher celui-là.

"Le meilleur souvenir de votre carrière ?

"Un jour je dis à ma copine de venir me voir contre Castres au Stade Olympique de Rauquillous... j'ai marqué les deux buts du match (article de La Dépêche du Midi à l'appui). J'étais fier.

"Votre pire souvenir ?

Un tournoi à sept à Mirandol. Après un apéro très chargé avec Raymond, le Coq, Fréjaldo et toute la fine équipe du Sporting Bar, je tire le pénalty de la victoire en lançant devant un public - nombreux - :  "Maman, je vais marquer pour toi !" j'ai tiré à côté...

"La consigne d'entraineur que vous n'avez jamais comprise ?

- J'étais suspendu pour un match décisif contre les "Charcutiers" de Lacaune et le coach m'a fait joué sous fausse licence. Je m'appelai alors "André Gobert". Et chaque fois qu'il criait : "Remonte André !!! !" Je me retournais et me demandais : "Mais c'est qui ce con d'André ?"

- Le souvenir que vous n'avez jamais osé raconter ?

- Au Breuil, dernier match du championnat, il fallait gagner pour se sauver. En tant qu'Entraîneur/joueur j'ai pris mes responsabilités et j'ai amené deux bouteilles de jaune dans le vestiaire de l'équipe adverse pour gagner ce match. L'accord ? On marque quatre buts puis on joue un match normal. Problème : A dix minutes de la fin, il y avait 4 partout. Finalement, on a gagné 5 à 4 mais j 'ai du rajouter deux bouteilles de Pinard.

"Le plus grand regret ?

- Avoir quitté le Club de Saint-Benoit, c'était chez moi. Mais comme a dit très justement José Mourinho à Didier Drogba : "Dans le haut niveau, il ne faut pas faire de sentiment." *

° Propos recueillis par Dario, ancien international Portugais, actuellement au chômage partiel.

Joyeuses Pâques à tous et restez chez vous.

Partager cet article
Repost0
Published by Régis IGLESIAS - dans Livre d'or
11 avril 2020 6 11 /04 /avril /2020 00:18

"Aujourd'hui avec le petit, après deux heures de Légo, et trois longues heures de Playmobil, on a poussé la chansonnette (vidéo à l'appui).
Confinement jour 23

Partager cet article
Repost0
Published by Régis IGLESIAS - dans Livre d'or
7 avril 2020 2 07 /04 /avril /2020 21:54

Partager cet article
Repost0
Published by Régis IGLESIAS - dans Livre d'or

Livre d'or

Première affiche

 

  "MA MAMIE M'A DIT"  

Spectacle nostalgique 

 

"On nous avait promis la magie, promesse tenue : un spectacle plein de féérie de souvenirs où chacun se retrouvait. Une belle énergie. Les résidents ont adoré. Merci." Marie ("La Clairière de Luci" - Bordeaux)
 
"Formidable ! Nous sommes tous remontés dans le temps, nous avons vingt ans, on a ri, on a presque pleuré et surtout on a chanté. Merci." Cathy (Arles)
 
"Un véritable petit chef d'oeuvre" ; "La légion d'honneur pour la créativité" "Un véritable artiste" ; "Après-midi formidable" ; "Absolument parfait" ; "Une rétrospective originale" ; "Un très bon moment d'évasion". Propos recueillis à la résidence Emera d'Angoulême  
 
"Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux... C'était magnifique. Nous avons revu toute notre jeunesse et notre enfance. Et c'est beau de redevenir jeune dans l'ambiance d'autrefois." Aimée et Janine
 
"Les chansons, les réclames et les anecdotes ont transporté les résidents dans leur enfance. Une après-midi de nostalgie mais aussi de chansons et de rires. Merci encore pour ce magnifique spectacle." Sandrine
 
"Spectacle complet, tellement agréable et thérapeutique pour nos personnes âgées, encore félicitations !" Docteur Souque
 
"Un choix extraordinaire de chansons, des moments magiques, des photos magnifiques, vous nous avez mis de la joie dans le coeur. Et retrouver sa jeunesse avec tous ces souvenirs, ça fait plaisir et j'espère que vous reviendrez nous voir." Mme Lorenzi (Juan-Les-Pins)
 
"Pour ma fête, par un pur hasard je me suis retrouvé dans un club de personnes âgées où j'ai pu assister à votre spectacle sur le passé. Cela m'a rappelé mes grands-parents et mes parents et c'était vraiment un moment magique." Josette, La Roque d'Antheron
 
"Bravo bravo bravo Regis, c'est le meilleur spectacle que j'ai vu depuis que je fais le métier d'animatrice." Bénédicte La Salette-Montval (Marseille)
 
"Je n'imaginais pas lorsque je vous ai accordé un rendez-vous que vous enchanteriez pendant 1 h 1/4 les personnes âgées d'une telle façon. Merci pour votre prestation qui a fait revivre les moments publicitaires, évènementiels et musicaux de leurs vies." Michelle, CCAS de Toulouse
 
"Un super voyage dans le temps pour le plus grand plaisir des résidents. Merci à Régis pour cette magie et à bientôt." Brigitte (Lunel)
 
"Enfin un retour à notre "époque". Quel bonheur, que de souvenirs, quelle belle époque ou l'amitié était de mise. Merci pour cette très belle après-midi, on s'est régalé avec ce très très beau spectacle". Danielle (Mirandol)
 
"Super - divinement bien -  tout le monde était enchanté même que M. Benaben a dit : "Vous nous avez donné l'envie de revivre notre vie"." Sylvie (Sainte Barthe)
 
"Un grand merci pour ce bon moment et je crois, je suis sûre, qu'il a été partagé par mon mari." Mme Delbreil
 
"Une féérie de l'instant." Christian
 
"Beaucoup d'émotion dans ce spectacle plein de chaleur et d'humanité." Sylvie
 
"Une soirée inoubliable. Continuez à nous émerveiller et faites un long chemin." Claude
 
"Le meilleur spectacle que j'ai jamais vu. De loin." Tonton Kiko
 
"C'est bien simple, je n'ai plus de Rimmel !" Claudine (seconde femme de Tonton Kiko)
 
"A ma grande surprise, j'ai versé ma larme. Tu as atteint mon coeur. Bravo pour ces sentiments, ces émotions fortes, j'ai eu des frissons par moment." Ta couse Céline
 
"Redge, encore un bon moment passé en ta présence. On était venu plus pour toi que pour le spectacle, mais quelle agréable surprise ! On est fier de toi, continues d'oser, de vivre !" Pascale
 
"J'avais froid, un peu hagard, l'humeur moribonde et puis voilà, il y a toi avec toute ta générosité, l'intérêt, l'affection que tu as toujours su apporter aux autres, à moi aussi et Dieu sait si tu m'as rendu la vie belle depuis qu'on se connaît comme tu as su le faire une fois de plus." Jérôme
 
"Ce spectacle est nul à chier et je pèse mes mots." Gérard
 
memoria.viva@live.fr

Ma Mamie m'a dit...

Madka Regis 3-copie-1

 

COLLECTION "COMEDIE"

Mamie est sur Tweeter

Mamie n'a jamais été Zlatanée !

Mamie doit travailler plus pour gagner plus

Mamie, tu l'aimes ou tu la quittes

"Casse-toi pauvre Régis !"

Papi a été pris pour un Rom

Mamie est sur Facebook

Papi est sur Meetic

Il y a quelqu'un dans le ventre de Mamie

Mamie n'a pas la grippe A

La petite maison close dans la prairie

 

COLLECTION "THRILLER"

Landru a invité Mamie à la campagne...

Sacco et Vanzetti

Mamie a rendez-vous chez le docteur Petiot

La Gestapo française

Hiroshima

 

COLLECTION "SAGA"

Les Windsor

Mamie et les cigares du pharaon

Champollion, l'homme qui fit parler l'Egypte

Mamie à Tombouctou

 

COLLECTION "LES CHOSES DE MAMIE"

Mamie boit dans un verre Duralex

Le cadeau Bonux

Le bol de chocolat chaud

Super Cocotte

Mamie ne mange que des cachous Lajaunie

 

COLLECTION "COUP DE COEUR"

Mamie la gauloise

Mamie roule en DS

Mamie ne rate jamais un apéro

Mamie et le trésor de Rackham le Rouge

 

COLLECTION "DECOUVERTE"

Mamie va au bal

La fête de la Rosière

Mamie au music-hall

Mamie au Salon de l'auto

 

COLLECTION "SUR LA ROUTE DE MAMIE"

Quand Papi rencontre Mamie

Un Papi et une Mamie

Mamie fait de la résistance

Mamie au cimetière

24 heures dans la vie de Mamie

 

COLLECTION "MAMIE EXPLORE LE TEMPS"

Jaurès

Mamie embarque sur le Potemkine

Mamie et les poilus

Auschwitz

 

COLLECTION "FRISSONS"

Le regard de Guynemer

Mr et Mme Blériot

Lindbergh décroche la timbale

Nobile prend des risques

 

COLLECTION "MAMIE EN BALLADE"

Mamie chez les Bretons

Mamie voulait revoir sa Normandie !

La fouace Normande

La campagne, ça vous gagne...

Mamie à la salle des fêtes

Launaguet

La semaine bleue

Le monastère

 

COLLECTION "MAMIE AU TEMPS DES COURTISANES"

Lola Montès

Les lorettes

Mme M.

Napoléon III

Plonplon

La marquise de Païva

Mme de Pompadour

Générique de fin