Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 18:19

Cadum-100-ans-3.jpg"Votre peau demande tant d'amour.

 

 Ma Mamie m'a dit : "C'était le temps de la grande hygiène, le fer dans les épinards, l'huile de foie de morue, les ventouses, les cataplasmes, les vermifuges parce que "la petite fait des vers." Le bonheur était contagieux. Dans la cuisine, ma grande soeur nous lavait dans la bassine avec du savon de bébé Cadum tandis que mon père bricolait et que ma mère tricotait... Je me demandais alors :

Pourquoi les bébés Cadum ont-ils de si jolies maman ?"

Partager cet article
Repost0
Published by Régis IGLESIAS - dans Les choses de Mamie
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 19:07

hara_kiri_num_10.jpg

Partager cet article
Repost0
Published by Régis IGLESIAS - dans Les choses de Mamie
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 21:12

Parfum Coty

Partager cet article
Repost0
Published by Régis IGLESIAS - dans Les choses de Mamie
12 novembre 2011 6 12 /11 /novembre /2011 19:05

Remi-et-Colette.jpg

Partager cet article
Repost0
Published by Régis IGLESIAS - dans Les choses de Mamie
23 août 2011 2 23 /08 /août /2011 06:29

Banania"Vive les mariés !


 En France, le chocolat franchit officiellement les Pyrénées avec Anne d'Autriche, fille du roi d'Espagne, qui emporte du cacao dans sa corbeille de mariage. Elle a même amené sa première demoiselle, experte dans le maniement du moulinet qui fait mousser le chocolat.

  La saga du chocolat chaud vit ainsi ses premières aventures à Bayonne. Il y est dégusté chaud, liquide et parfumé à la cannelle. La France toute entière va ensuite adopter cette boisson. Le succès du bol de chocolat chaud - qui a fait fondre des millions d'enfants - est aussi dû a de grandes marques créées en France.

  Menier d'abord. Poulin ensuite. Enfin, comment pourrions-nous oublier Banania, ce breuvage délicieux composé de farine de banane, de céréales pilées, de cacao et de sucre ? Cette marque sera très populaire grâce à son tirailleur sénégalais qui orne les boîtes et le fameux slogan Y'a bon Banania. D'autres marques plus anciennes... et plus récentes (Benco, Nesquick, Van Houten...) viendront à leur tour colorer les moustaches de tous les enfants de l'hexagone.

  Le bol de chocolat chaud deviendra alors un rituel de notre pays, surtout pour les écoliers au lever, mais aussi à l'heure du goûter. Cet aliment ancré dans les traditions est bien souvent chargé de souvenirs d'enfance. Cette boisson est classiquement accompagnée de tartines de pain frais ou de biscottes. A la maison, le dimanche ce sont les croissants !

 Si les Anglais préfèrent du jambon ou des oeufs, si les Allemands ont un faible pour le fromage blanc et les yaourts, tandis que les pays Nordiques sont prêts à tuer père et mère pour du poisson fumé, nous, on serre de nos mains encore endormies un bol de chocolat qui fume... Une grosse tasse onctueuse qui exhale de délicieux arômes, qui mousse, dans lequel on plonge le nez avec délice.

 Qui ne s'est jamais pourléché les babines avec une telle friandise ? A part ma Mamie qui déteste ça.

 

Mais bon, vous savez ce que dit une célèbre maxime : "Neuf personnes sur dix aiment le chocolat. La dixième ment..."


 

Collection "Les choses de Mamie"

Mamie boit dans un verre Duralex - Mamie porte le n°5 - Le bol de chocolat chaud - Le cadeau Bonux - Les pantoufles - Les pâtes alphabet - Le vélosolex - La "bleue" - Le Bikini - L'accordéon - Super Cocotte -  Mamie roule en DS - Le béret béarnais - Le savon de Marseille - Les cachous Lajaunie - Le couteau Opinel 

Partager cet article
Repost0
Published by Régis IGLESIAS - dans Les choses de Mamie
18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 14:16

cafe.jpeg"48.


Pendant près de 60 ans, les cantines de la France entière ont vu des enfants s’adonner à un étrange manège : plonger leur nez dans leur verre et l’observer avec des yeux pétillants. "Quel âges as-tu ?". "J’en ai vingt-cinq. Et toi ?". "Trente-cinq."


Sur le fond du récipient, le chiffre a occupé des générations d’enfants à l’heure du repas, entre les carottes râpées, le hachis parmentier et le steak-purées. On pouvait vieillir de dix ans du jour au lendemain, et rajeunir tout autant ! Bien souvent, celui qui avait le plus petit numéro était de corvée de pain ou d’eau...


Avant d’aller plus loin, brisons douloureusement un mythe... Le chiffre fétiche au fond du verre Duralex n’était pas destiné à distraire les enfants ! C’était un simple numéro, celui du moule dans lequel avait été fabriqué le verre... Il existait 48 moules. Avoir 80 ans dans le marc Duralex était donc impossible. Ouf !


Mais s’il fallait retenir qu’un seul chiffre, ce serait plutôt le 46. Cette année-là, au sortir de la deuxième guerre mondiale, l’entreprise Saint-Gobain cherche à fabriquer des vitres de voiture particulièrement résistantes. Elle élabore un verre trempé et pressé qui donne à l’époque une transparence et une qualité visuelle jamais obtenues jusqu’alors. En outre la résistance aux chocs est deux fois et demi plus importante que celle d’un verre classique. Les ingénieurs flairent alors un marché prometteur dans le secteur de la vaisselle.


Le verre Duralex sort donc en 1946 des usines de La Chapelle-Saint-Mesnin, près d’Orléans. Il est légèrement ventru, avec un numéro sur le fond et une ligne gravée pile en son milieu. Cette rayure concentrique servait d’ailleurs à Mamie comme marque de dosage dans les recettes.


Un objet culte vient de naître, qui deviendra, toujours d’après Mamie "la tour Eiffel de la table".


Son nom, Duralex, est une allusion à une citation latine : Dura lex sed lex (la loi est dure mais c’est la loi). le verre est en effet réputé incassable. Les économes de toutes les écoles passent commande, sachant que les dégats seront limités et que les utilisateurs ne risqueront pas de se couper.


A l’époque, la publicité incite même à l’éprouver : "Pour Duralex, quatre essais incroyables : utilisez-le comme un marteau, laissez-le tomber, tapez dessus, faites-le passer de la glace à l’eau bouillante". Le succès est fulgurant et traverse même les frontières.


Dans les années 70, il s’en vend dans 130 pays par millions d’exemplaires ! Un riche américain, amoureux de cet objet usuel, se fait même fondre un verre Duralex en or massif. Solides et bon marché, des cousins Duralex font alors leur apparition : assiettes, plats, tasses, carafes et autres saladiers en verre trempé... Ils feront les beaux jours des centres aérés, hôpitaux et écoles de la France entière.

 

Pourtant, le verre Duralex entame son déclin au début des années 80. Faut-il chercher dans sa nature même la clef de sa mévente ? Trop résistant, il n’a pas besoin d’être remplacé. En 2005, Sinan Solmaz, un homme d’affaire turc, fait l’acquisition de Duralex. Ce grossiste en vaisselle croit au potentiel identitaire de la marque : "Duralex est un grand nom en Turquie, en Inde, en Espagne, partout dans le monde. Il existe même une photo de Ben Laden avec un verre Duralex à la main !"

 

Ma Mamie l’ignorait !

 

 

Collection "Les choses de Mamie"

Mamie boit dans un verre Duralex - Mamie porte le n°5 - Le bol de chocolat chaud - Le cadeau Bonux - Les pantoufles - Les pâtes alphabet - Le vélosolex - La "bleue" - Le Bikini - L'accordéon - Super Cocotte -  Mamie roule en DS - Le béret béarnais - Le savon de Marseille - Les cachous Lajaunie - Le couteau Opinel 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Régis IGLESIAS - dans Les choses de Mamie
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 17:18

tel.jpeg"Ne quittez pas.


En 1946, près de deux millions de Français sont abonnés au téléphone.


Même s'ils sont deux fois plus nombreux en 1960, beaucoup de foyers ne sont pas encore équipés à leur domicile. Les demandes d'équipements se multiplient mais, malgré la taille des centraux téléphoniques, les temps d'attente pour être raccordé s'allongent. Le sketch de Fernand Raynaud sur "le 22 à Asnières" a immortalisé les difficultés de la communication téléphonique avant l'arrivée de l'automatique.


Il fallait passer alors par les centraux téléphoniques pour joindre un abonné. Les opératrices y travaillent par brigade sous l'oeil vigilant des surveillantes placées au milieu de la salle. Gare à la productivité car les rendements sont calculés collectivement... mais aussi individuellement !


Les demoiselles du téléphone connectent manuellement les abonnés. Lorsque la connexion est demandée, elles appellent directement le destinataire s'il est situé dans le même secteur géographique. Sinon, elle passe par l'intermédiaire d'une deuxième opératrice qui prend en charge la communication.


Les numéros de téléphone associent les trois premières lettres du central dont l'abonné dépend géographiquement suivis de trois ou quatre chiffres : PEReire 23-41, ELYsées 13-18, CARmaux 69-24... ou le célèbre Balzac 0001 du publicitaire Jean Mineur, pionnier du film publicitaire au cinéma.


En 1957, la numérotation passe à six chiffres en province puis, en 1964, à sept chiffres à Paris. Sept annuaires régionaux rassemblent alors la totalité des numéros français. Dans les centraux téléphoniques l'opératrice aux "abonnés absents" prend les messages lorsque le destinataire de l'appel n'est pas chez lui. La communication avec l'opératrice n'est pas dénuée d'une certaine convivialité. C'est l'ancêtre du répondeur en somme... en plus sympathique.


Mamie n'aimait pas le téléphone, comme elle disait : "Quand vous avez des ennuis, les gens qui vous appellent par sympathie le font surtout pour avoir des détails." C'est pas faux, après tout.


Ni magasins d'accès téléphonique, ni bornes d'appel pour les taxis, les taxiphones désignent alors les téléphones publics jusqu'en 1970. Les téléphones qui fonctionnent à pièces, seront bientôt intégrés dans des cabines fermées.


Un jour, j'ai demandé à Papi ce qu'était un optimiste, il m'a dit, je cite : "Un optimiste est un monsieur qui croit que Mamie a terminé sa conversation téléphonique parce qu'elle a dit "au revoir"."


Mamie est très bavarde...

 

 

Collection "Les choses de Mamie"

Mamie boit dans un verre Duralex - Mamie porte le n°5 - Le bol de chocolat chaud - Le cadeau Bonux - Les pantoufles - Les pâtes alphabet - Le vélosolex - La "bleue" - Le Bikini - L'accordéon - Super Cocotte -  Mamie roule en DS - Le béret béarnais - Le savon de Marseille - Les cachous Lajaunie - Le couteau Opinel 

Partager cet article
Repost0
Published by Régis IGLESIAS - dans Les choses de Mamie
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 18:45

journal"Chanel n°5.



 Avec la haute couture ou la gastronomie, le parfum symbolise dans le monde entier le luxe à la française. Parmi les innombrables fragrances qui ont été lancées, une seule s'est taillée une stature internationale. C'est un mythe : Chanel N°5.

 Sa légende passe par la naissance de Gabrielle Chanel, à Saumur, un jour d'août 1883. Au décès de sa mère, la jeune fille de douze ans est abandonnée par son père. A 20 ans, Gabrielle devient vendeuse dans un magasin de confection pour dames. En parallèle, elle se sent attirée par la scène et pousse une première chansonnette "
Qui qu'à vu Coco dans l'Trocadéro ?", qui lui offrira son surnom.

Coco se passionne pour la mode. Grâce à l'aide de son mentor et fiancé, elle crée deux premières boutiques, à Deauville et à Biarritz, qui ne désemplissent pas. En effet, la jeune femme révolutionne le vêtement féminin en introduisant le jersey, le tweed, les boutons et les bordures d'uniforme... Elle raccourcit les jupes, lance le pantalon pour filles et la mode des cheveux courts...

Voulant toujours aller plus loin, Coco Chanel se jette alors un nouveau défi : créer son propre parfum. Elle sollicite Ernest Beaux. Le prodigieux "nez" lui propose alors une dizaine d'échantillons. Mademoiselle (son autre diminutif) opte pour la cinquième fiole, d'où le nom du célèbre parfum. Superstition oblige, il sera lancé le cinquième jour de mai, qui est le cinquième mois de l'année. 

 Aux essences d'ylang-ylang, de néroli, de jasmin, de rose, de vanille ou de santal..., N°5 va vite devenir N°1. Dès 1920, il sera le parfum le plus vendu au monde. Ce parfum deviendra également célèbre grâce à Marilyn Monroe qui affirma un jour ne porter en guise de pyjama que quelques gouttes de Chanel N°5.

Une promotion rêvée. 



Tout ça pour vous dire qu'en 1996, je suis tombé amoureux et que mon amoureuse portait le N°5 de Chanel.

Comme ma Mamie !

 

 

Collection "Les choses de Mamie"

Mamie boit dans un verre Duralex - Mamie porte le n°5 - Le bol de chocolat chaud - Le cadeau Bonux - Les pantoufles - Les pâtes alphabet - Le vélosolex - La "bleue" - Le Bikini - L'accordéon - Super Cocotte -  Mamie roule en DS - Le béret béarnais - Le savon de Marseille - Les cachous Lajaunie - Le couteau Opinel 

Partager cet article
Repost0
Published by Régis IGLESIAS - dans Les choses de Mamie
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 13:13

pierrot.jpg"Le petit Prince.

 

Le livre le plus vendu au monde commence son existence, un midi d'été 1942, sur la nappe froissée d'un restaurant new-yorkais... Un quadragénaire, Antoine de Saint-Exupéry, croque d'un air distrait un petit bonhomme blond énigmatique. Un éditeur américain avec qui le héros de l'aérospatiale déjeune, lui suggère d'en faire le personnage central d'un conte pour enfants. Saint-Ex fait la moue, puis hoche silencieusement la tête.

 

 L'aviateur se lance alors dans ce travail qui lui sera une épreuve personnelle car il lui rappelle tous ses souvenirs d'enfance. Au creux de cet hiver de la Deuxième Guerre Mondiale, il achète papier, crayons de couleurs, aquarelles et s'isole avec sa femme Consuelo dans un manoir du New-Jersey. Il lui faut six mois, fatigants et éprouvants, pour faire grandir ce petit prince entre ses doigts d'artiste. Le 6 avril 1943, le texte est publié aux Etats-Unis chez l'éditeur Reynal et Hitchcock.

 

 Une semaine après la parution, Saint-Exupéry part pour l'Afrique du Nord. Le 31 juillet 1944, il disparaît aux commandes de son P38 Lightning, en mission au large de Marseille. Le pilote aventurier ne verra jamais l'édition française de son livre... et l'immense succès de son enfant à l'écharpe jaune tremblante d'étoiles.

 

Le Petit Prince va devenir en effet le grand best-seller du siècle ! L'une des meilleures ventes mondiales après la bible et le Capital de Karl Marx. En six décennies, l'oeuvre est vendue à 80 millions d'exemplaires et traduite en près de 200 langues et dialectes, le dernier étant le berbère.

 

Aujourd'hui, y-at-il un seul enfant de France qui ne connaisse point la douce phrase "S'il vous plaît, dessine-moi un mouton"...

 

Ce petit prince perdu dans le désert devient le compagnon de tous les écoliers de notre pays qui grimpent avec lui sur son astéroïde B 612. Un grand nombre d'entre eux partent en voyage avec le renard, l'aviateur, la rose, le mouton, le serpent... dans ce conte initiatique qui invite à lire entre les lignes.

 

Que d'interrogations à la découverte d'une surprenante galerie de personnages : le business-man propriétaire d'étoiles, l'allumeur de réverbères, obligé d'effectuer un travail absurde et incessant avec la vitesse de rotation de sa planète, le monarque d'un empire invisible, le vaniteux, le buveur qui boit pour oublier qu'il boit...

 

Ces clins d'oeil philosophiques, ces paraboles qui avaient pousser ma Mamie à poser Le Petit Prince sur sa table de chevet. L'essentiel n'est-il pas invisible pour les yeux ?

 

 Rideau.

 

 

Collection "Les choses de Mamie"

Mamie boit dans un verre Duralex - Mamie porte le n°5 - Le bol de chocolat chaud - Le cadeau Bonux - Les pantoufles - Les pâtes alphabet - Le vélosolex - La "bleue" - Le Bikini - L'accordéon - Super Cocotte -  Mamie roule en DS - Le béret béarnais - Le savon de Marseille - Les cachous Lajaunie - Le couteau Opinel

Partager cet article
Repost0
Published by Régis IGLESIAS - dans Les choses de Mamie
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 05:37

oiu.jpg"Le Vélosolex.

 

 Avec une délicieuse musique en deux temps, neuf millions de Solex ont sillonné paisiblement les départementales de notre pays. Ce deux-roues s'est transformé en icône hexagonale, que l'on retrouve par exemple chevauchée par Brigitte Bardot ou Jacques Tati dans de nombreux films. Sa forme particulière, sa couleur, son bruit sont devenus typique d'une certaine France.

 Deux ingénieurs brillants, au début 1900, sympathisent sur les bancs de la prestigieuse école Centrale. Cinq ans plus tard, ces compères créent leur entreprise et l'appellent Solex, un nom qui ne signifie rien de particulier mais à l'avantage d'être facile à prononcer. Et les deux centraliens font donc prospérer leur entreprise. Chacun à son rôle. Marcel Menesson est l'homme de la technique quand Maurice Goudard tient plutôt les cordons de la bourse.

En 1940, le premier prototype sort... mais la guerre lui barre la route. Ce départ retardé est toutefois mis à profit pour optimiser l'engin. En avril 46, le Solex est donc prêt à conquérir la douce France qui se remet de ses blessures. Il est produit à Courbevoie à la cadence de 15 machines par jour et coûte 13 600 francs pièces. Le Solex roule à la "solexine", un mélange d'essence et d'huile vendu dans des bidons métalliques de 2 litres.

 Le succès est immédiat.


Le record est atteint en 64, avec 380 000 modèles vendus dans l'année ! Une réussite qui est due à sa conception. C'est une machine increvable, qui demande un minimum d'entretien et à l'avantage d'être peu gourmande (1,25 litre aux cents kilomètres).


Sa légende vient aussi de ses utilisateurs. On associe classiquement le Vélosolex au curé de campagne qui l'enjambe à longueur de journée, l'étudiant ébouriffé, l'infirmière libérale, l'ouvrier de la banlieue, l'artiste décalé...

 Sa silhouette devient banale dans le paysage routier un cadre en col de cygne, un moteur à l'avant... qui a toutefois le désavantage d'entraîner une certaine instabilité envoyant les plus distraits au fossé ! Mais à 35 km/heure de pointe, ce "père tranquille" de la route n'est pas très dangereux. Il a plutôt vocation à battre les sentiers, à faire glisser le vent dans les cheveux de son conducteur béat.


 L'amoureux du Vélosolex aura bien du chagrin quand son engin roulant préféré commencera à battre de l'aile. Les ventes vont commencer à décliner avec l'apparition de la mobylette plus puissante et de l'automobile plus valorisante. Le port du casque devenu obligatoire rebute les femmes qui ne veulent pas déranger leur mise en pli... 

Le 7 novembre 88 au soir, la chaîne de production du célèbre Solex s'arrête sur un silence éprouvant.

Tout ça pour vous dire que quand la France a été 
Championne du monde, ma Mamie a ressorti le drapeau tricolore du grenier avant d'enfourcher son Solex pour aller faire la fête à la place Jean Jaures de Carmaux.

Comme tout le monde.

 

 

Collection "Les choses de Mamie"

Mamie boit dans un verre Duralex - Mamie porte le n°5 - Le bol de chocolat chaud - Le cadeau Bonux - Les pantoufles - Les pâtes alphabet - Le vélosolex - La "bleue" - Le Bikini - L'accordéon - Super Cocotte -  Mamie roule en DS - Le béret béarnais - Le savon de Marseille - Les cachous Lajaunie - Le couteau Opinel 

Partager cet article
Repost0
Published by Régis IGLESIAS - dans Les choses de Mamie

Livre d'or

Première affiche

 

  "MA MAMIE M'A DIT"  

Spectacle nostalgique 

 

"On nous avait promis la magie, promesse tenue : un spectacle plein de féérie de souvenirs où chacun se retrouvait. Une belle énergie. Les résidents ont adoré. Merci." Marie ("La Clairière de Luci" - Bordeaux)
 
"Formidable ! Nous sommes tous remontés dans le temps, nous avons vingt ans, on a ri, on a presque pleuré et surtout on a chanté. Merci." Cathy (Arles)
 
"Un véritable petit chef d'oeuvre" ; "La légion d'honneur pour la créativité" "Un véritable artiste" ; "Après-midi formidable" ; "Absolument parfait" ; "Une rétrospective originale" ; "Un très bon moment d'évasion". Propos recueillis à la résidence Emera d'Angoulême  
 
"Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux... C'était magnifique. Nous avons revu toute notre jeunesse et notre enfance. Et c'est beau de redevenir jeune dans l'ambiance d'autrefois." Aimée et Janine
 
"Les chansons, les réclames et les anecdotes ont transporté les résidents dans leur enfance. Une après-midi de nostalgie mais aussi de chansons et de rires. Merci encore pour ce magnifique spectacle." Sandrine
 
"Spectacle complet, tellement agréable et thérapeutique pour nos personnes âgées, encore félicitations !" Docteur Souque
 
"Un choix extraordinaire de chansons, des moments magiques, des photos magnifiques, vous nous avez mis de la joie dans le coeur. Et retrouver sa jeunesse avec tous ces souvenirs, ça fait plaisir et j'espère que vous reviendrez nous voir." Mme Lorenzi (Juan-Les-Pins)
 
"Pour ma fête, par un pur hasard je me suis retrouvé dans un club de personnes âgées où j'ai pu assister à votre spectacle sur le passé. Cela m'a rappelé mes grands-parents et mes parents et c'était vraiment un moment magique." Josette, La Roque d'Antheron
 
"Bravo bravo bravo Regis, c'est le meilleur spectacle que j'ai vu depuis que je fais le métier d'animatrice." Bénédicte La Salette-Montval (Marseille)
 
"Je n'imaginais pas lorsque je vous ai accordé un rendez-vous que vous enchanteriez pendant 1 h 1/4 les personnes âgées d'une telle façon. Merci pour votre prestation qui a fait revivre les moments publicitaires, évènementiels et musicaux de leurs vies." Michelle, CCAS de Toulouse
 
"Un super voyage dans le temps pour le plus grand plaisir des résidents. Merci à Régis pour cette magie et à bientôt." Brigitte (Lunel)
 
"Enfin un retour à notre "époque". Quel bonheur, que de souvenirs, quelle belle époque ou l'amitié était de mise. Merci pour cette très belle après-midi, on s'est régalé avec ce très très beau spectacle". Danielle (Mirandol)
 
"Super - divinement bien -  tout le monde était enchanté même que M. Benaben a dit : "Vous nous avez donné l'envie de revivre notre vie"." Sylvie (Sainte Barthe)
 
"Un grand merci pour ce bon moment et je crois, je suis sûre, qu'il a été partagé par mon mari." Mme Delbreil
 
"Une féérie de l'instant." Christian
 
"Beaucoup d'émotion dans ce spectacle plein de chaleur et d'humanité." Sylvie
 
"Une soirée inoubliable. Continuez à nous émerveiller et faites un long chemin." Claude
 
"Le meilleur spectacle que j'ai jamais vu. De loin." Tonton Kiko
 
"C'est bien simple, je n'ai plus de Rimmel !" Claudine (seconde femme de Tonton Kiko)
 
"A ma grande surprise, j'ai versé ma larme. Tu as atteint mon coeur. Bravo pour ces sentiments, ces émotions fortes, j'ai eu des frissons par moment." Ta couse Céline
 
"Redge, encore un bon moment passé en ta présence. On était venu plus pour toi que pour le spectacle, mais quelle agréable surprise ! On est fier de toi, continues d'oser, de vivre !" Pascale
 
"J'avais froid, un peu hagard, l'humeur moribonde et puis voilà, il y a toi avec toute ta générosité, l'intérêt, l'affection que tu as toujours su apporter aux autres, à moi aussi et Dieu sait si tu m'as rendu la vie belle depuis qu'on se connaît comme tu as su le faire une fois de plus." Jérôme
 
"Ce spectacle est nul à chier et je pèse mes mots." Gérard
 
memoria.viva@live.fr

Ma Mamie m'a dit...

Madka Regis 3-copie-1

 

COLLECTION "COMEDIE"

Mamie est sur Tweeter

Mamie n'a jamais été Zlatanée !

Mamie doit travailler plus pour gagner plus

Mamie, tu l'aimes ou tu la quittes

"Casse-toi pauvre Régis !"

Papi a été pris pour un Rom

Mamie est sur Facebook

Papi est sur Meetic

Il y a quelqu'un dans le ventre de Mamie

Mamie n'a pas la grippe A

La petite maison close dans la prairie

 

COLLECTION "THRILLER"

Landru a invité Mamie à la campagne...

Sacco et Vanzetti

Mamie a rendez-vous chez le docteur Petiot

La Gestapo française

Hiroshima

 

COLLECTION "SAGA"

Les Windsor

Mamie et les cigares du pharaon

Champollion, l'homme qui fit parler l'Egypte

Mamie à Tombouctou

 

COLLECTION "LES CHOSES DE MAMIE"

Mamie boit dans un verre Duralex

Le cadeau Bonux

Le bol de chocolat chaud

Super Cocotte

Mamie ne mange que des cachous Lajaunie

 

COLLECTION "COUP DE COEUR"

Mamie la gauloise

Mamie roule en DS

Mamie ne rate jamais un apéro

Mamie et le trésor de Rackham le Rouge

 

COLLECTION "DECOUVERTE"

Mamie va au bal

La fête de la Rosière

Mamie au music-hall

Mamie au Salon de l'auto

 

COLLECTION "SUR LA ROUTE DE MAMIE"

Quand Papi rencontre Mamie

Un Papi et une Mamie

Mamie fait de la résistance

Mamie au cimetière

24 heures dans la vie de Mamie

 

COLLECTION "MAMIE EXPLORE LE TEMPS"

Jaurès

Mamie embarque sur le Potemkine

Mamie et les poilus

Auschwitz

 

COLLECTION "FRISSONS"

Le regard de Guynemer

Mr et Mme Blériot

Lindbergh décroche la timbale

Nobile prend des risques

 

COLLECTION "MAMIE EN BALLADE"

Mamie chez les Bretons

Mamie voulait revoir sa Normandie !

La fouace Normande

La campagne, ça vous gagne...

Mamie à la salle des fêtes

Launaguet

La semaine bleue

Le monastère

 

COLLECTION "MAMIE AU TEMPS DES COURTISANES"

Lola Montès

Les lorettes

Mme M.

Napoléon III

Plonplon

La marquise de Païva

Mme de Pompadour

Générique de fin