Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 septembre 2022 6 24 /09 /septembre /2022 12:19
"L'Almanach de Matka : Le 4 Septembre

"Aujourd’hui, nous sommes le 4 septembre et nous fêtons la saint « Rosalie ».

 Présentation : « Les Rosalie sont des femmes de caractère qui ne se laissent pas marcher sur les pieds.

Demandez à César …

 

Chantons : « Rosalie, Rosalie, pauvre de moi

Tous les jours, tous les jours, je pense à toi

Ça vient d'où, ma doudou, ton grand dédain ?

Je suis seul au dodo, j'ai du chagrin

 

Le dicton du jour : « Septembre nous produit le plus délectable des fruits

 

La réclame du jour : « Le savon Amiral à base d’extrait de Fiel Spécial fait maigrir.…

 

Courrier : Sachez que Mamie a reçu le 4 septembre 1936 une carte postale où on lisait au dos ce mot de Chateaubriand : « L'amour décroît quand il cesse de croître.

 

La blague du jour : « Garçon ! Vous avez des cure-dents ?

- Non mais on peut vous faire un sandwich au cactus.

 

Souvenirs du grenier : «  Le monde entier est un cactus

 

En vrac.

Le 4 septembre 1838, le saccage à Mexico d'une pâtisserie tenue par un Français entraîne une guerre entre la France de Louis-Philippe et le tout jeune Mexique. Cette « guerre de la pâtisserie » se soldera par la destruction du port de Veracruz.

 

Le 4 septembre 1870, les Parisiens proclament la République (c'est la IIIe du nom). En souvenir de ce jour, de nombreuses rues de France portent le nom du « Quatre Septembre »

 

Carnet rose.

1768. Naissance de François-René de Chateaubriand, le précurseur du romantisme.

« L'écrivain original n'est pas celui qui n'imite personne, mais celui que personne ne peut imiter. »

 

1974. Justine Levy ouvre enfin les yeux.

« Ce qui est terrible ce n'est pas d'être malade, c'est d'être malade et seule.

« Et puis la tristesse passera, elle aussi, comme le bonheur, comme la vie, comme les souvenirs qu'on oublie pour moins souffrir.

« La vie est un brouillon, finalement. Chaque histoire est le brouillon de la prochaine, on rature, on rature, et quand c'est à peu près propre et sans coquilles, c'est fini, on n'a plus qu'à partir, c'est pour ça que la vie est longue.

 

Cinéma.

1964. « Echappement libre » avec Belmondo est une comédie sympathique.

 

1968. Sorti dans les salles du film « Le lauréat ».

« Madame Robinson, vous essayez de me séduire, n'est-ce pas ?

 

1985. « Police » de Maurice Pialat vaut le coup d’oeil. Certains parlent de chef d’oeuvre.

« T'as 18 ans et tu crois pas à l’amour? …

 

Sport.

1960. Large victoire du Real Madrid sur le CA Peñarol 5-1 au Stade Santiago Bernabéu. Le Real Madrid remporte la première Coupe intercontinentale.

 

Fait divers.

Le 4 septembre 1843, en villégiature à Villequier, sur la Seine, Léopoldine Hugo, fille de Victor Hugo, monte dans un canot avec son mari Charles Vacquerie…

 

Bref rappel des faits : « Charles doit rendre visite à son notaire, à Caudebec-en-Caux, à trois ou quatre kilomètres en amont, sur la même rive.

 

Comme le temps est au beau fixe, il emprunte le canot tout neuf que vient de recevoir la famille. Son oncle et le jeune fils de celui-ci l’accompagnent...

 

Léopoldine, encore à sa toilette, regrette de ne pouvoir les suivre. Là-dessus, à peine partis, les voyageurs reviennent à quai pour charger sur le canot à voile des pierres de lest. La jeune femme, qui s'est entre temps apprêtée, décide de les accompagner.

 

Le notaire de Caudebec fait remarquer à ses hôtes que le vent s'est levé sur la Seine.Il leur propose de les raccompagner dans sa voiture mais le petit groupe préfère les joies de la navigation.

 

Las, dans la boucle de la Seine, un coup de vent inattendu fait chavirer le canot. L'oncle et le neveu de Charles se noient. De la rive, des paysans distinguent un jeune homme qui, à plusieurs reprises, se hisse sur l'embarcation et replonge aussitôt. Ils diront plus tard avoir cru à un jeu.

 

Il s'agit en fait de Charles Vacquerie qui, une demi-douzaine de fois, tente de délivrer sa jeune épouse, piégée sous le canot par ses vêtements. N'y arrivant pas et la voyant mourir, cet excellent nageur se laisse à son tour couler.

 

Quelques heures plus tard, une charrette funèbre ramène à la maison quatre corps inanimés. La mère de Léopoldine, Adèle Hugo, est rapidement alertée. Il n'en va pas de même de son père, en voyage en Espagne avec sa maîtresse Juliette Drouet.

 

Le poète découvre le sort tragique de sa fille préférée à son arrivée à Rochefort, le 9 septembre 1843, en lisant dans Le Siècle le récit du drame par le journaliste Alphonse Karr. « On m'apporte de la bière et un journal, Le Siècle. J'ai lu. C'est ainsi que j'ai appris que la moitié de ma vie et de mon cœur était morte » écrira-t-il plus tard.

 

« Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,

Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends.

J'irai par la forêt, j'irai par la montagne.

Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

 

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,

Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,

Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,

Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

 

Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe,

Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,

Et, quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe

Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.

 

Carnet noir.

1989. Georges Simenon nous quitte.

« Quinze jours encore et c'est Noël.  Déjà, en classe, on nous fait chanter :

« Venez, divin Messie,

Sauvez nos coeurs infortunés ; Venez divin messie ;

Venez, venez, venez … 

 

2020. Annie Cordy nous abandonne.

« La passion fait la force ».

 

Portrait : En 1951, elle rencontre celui qui deviendra son mari et imprésario, François-Henri Bruneau dit Bruno. Ils se marient le 3 février 1958, à la mairie de Bièvres, où ils habitent, dès avril 1960, dans leur grande maison « La Roseraie ». Le couple n'eut jamais d’enfants.

 

En 1952, Annie Cordy est engagée pour La Route fleurie avec Georges Guétary et Bourvil. Tout en continuant l'opérette, Annie Cordy enregistre ses premiers succès — Les trois bandits de Napoli, Bonbons Caramels, Fleur de papillon, Léon, La tantina de Burgos, La ballade de Davy Crockett, etc. — qui l'imposent définitivement.

 

Elle apparaît également au grand écran dans Si Versailles m'était conté... de Sacha Guitry, Poisson d'avril avec Bourvil et Louis de Funès et Bonjour sourire avec Henri Salvador.

 

La même année, elle passe en vedette à l'Olympia et à Bobino, et reçoit le Grand Prix de l'Académie Charles-Cros pour la chanson Oh Bessie !

 

Le 18 avril 1956, elle chante lors de la cérémonie de fiançailles du prince Rainier III de Monaco et de l'actrice Grace Kelly.

 

Malgré une vive présence au devant de la scène théâtrale, Annie Cordy continue d'enregistrer des chansons qui rencontrent le succès auprès du public : Cigarettes, Whisky et P'tites Pépées, Hello le soleil brille (no 1 durant 26 semaines) …

 

La suite ? Nick nack paddy whack, Salade de fruits, Un clair de lune à Maubeuge, Six roses, Le p'tit coup de chance, T'as vu Monte Carlo, Hello, Dolly!, La Bonne du curé (plus d'un million de disques vendus), Frida oum papa, La Bébête, Ça ira mieux demain, Nini la chance, Le Kazou, Señorita Raspa, Tata Yoyo, Cho Ka Ka O ainsi que Les Enfants de la Terre.

 

"J'voudrais bien

Mais j'peux point

C'est point commode d'être à la mode

Quand on est bonne du curé

C'est pas facile d'avoir du style

Quand on est une fille comm' moé

Entre la cure et les figures

 

Des grenouilles de bénitier

La vie est dure quand on aime rigoler

Mais quand le diable qu'est un bon diable

Me tire par les pieds

Et ça me gratouille, ça me chatouille

Ça me donne des idées

J'fais qu'des bêtises derrière l’église

J'peux point m'en empêcher

Dieu me pardonne

J'suis la bonne du curé ...

 

Le 30 août 2020, dans TV Magazine, elle vante aux lecteurs les mérites de la cure « Vitaélix » un « élixir de jouvence » censé redonner de l'énergie aux organismes affaiblis.

Elle meurt le 4 septembre suivant

 

Le mot de la fin est une fois n’est pas coutume du père de Georges Simenon qui a dit un jour à son épouse :

 

« Je n'oublierai jamais, jamais, que tu viens de me donner la plus grande joie qu'une femme peut donner à un homme...

 

Bonne journée à tous, * **

 

* « L’Almanach de Matka » (version audio) est disponible sur simple demande en MP contre un petit bambin …

 

* Demain nous fêterons la saint « Raïssa ».

Olé.

Partager cet article
Repost0
Published by Régis IGLESIAS - dans L'Almanach
24 septembre 2022 6 24 /09 /septembre /2022 12:18
"Le Supplément" du 4 Septembre

"Je me souviens. Mon cher garçon ...

D'autres évènements ont dû se passer le 13 février 1903. Grèves ? Arrestations d'anarchistes ? Visites de souverains à Paris ? Tirage de tombola ? Il suffirait de feuilleter une collection des journaux de l'époque.

 Toujours est-il que l'évènement le plus important pour moi comme pour toi a eu pour théâtre al rue Léopold, à Liège.

 Exactement, cela s'est passé au deuxième étage de chez Cession, le chapelier.

 A droite, la maison Hosay, où l'on fabrique du chocolat. Un vaste soupirail grillagé sous la vitrine éclairée par des becs Auer. De ce soupirail montent une bonne chaleur et une bonne odeur de chocolat qui se répandent sur plusieurs mètres de trottoir. On sent la maison Hosay trois maisons avant d'y parvenir. On en emporte les effluves qui ne vous quittent que trois maisons plus loin.

 Entre temps, on colle son nez à la vitrine. On est debout sur la grille qui vous chauffe les pieds. On renifle.

 Il n'y a pas que du chocolat.

 On vend des gâteaux à la crème. Ils coûtent dix centimes. C'est énorme. Trois pour vingt-cinq centimes.

 Plus tard, quand nous avions été quatre à table, nous enachetions trois, à cause de ce rabais. Un petit morceau de chacun des trois gâteaux constituaient le quatrième.

 Donc à droite la maison Hosay.

 Devant cette maison, un homme se tient : redingote noire, faux col haut de dix centimètres, chapeau melon et moustaches cirées. Il crève de froid aux pieds, de froid au nez, de froid aux doigts.

 Il vise, dans la foule qui passe sur le trottoir, il vise surtout les mamans qui traînent un gosse par la main.

 Ses poches sont pleines de petits chromos, de devinettes. Cherchez le chasseur ou : cherchez le Bulgare. Pourquoi le Bulgare ? Je n'en sais rien. mais j'ai collectionné longtemps les devinettes où il était question du Bulgare.

 Il fait froid. Il pleut. Il fait gluant. Il est cinq heures du soir et toutes les vitrines sont éclairées.

 Dans la rue, des camelots crient la liste des numéros gagnants de la dernière tombola. D'autres annoncent :

- La baronne de Vaughan, dix centimes !... Demandez la baronne de Vaughan...

 C'est la maîtresse de Léopold II. Il paraît qu'un souterrain fait communiquer son hôtel particulier avec le palais de Laecken.

- Demandez la baronne de Vaughan...

 Chez Cession, dans une chambre éclairée au pétrole, une femme pose un chapeau sur ses cheveux blonds ébouriffés. Il y a de la lumière sous la porte du premier étage. Elle pourrait frapper. Mais ce sont des gens qui ne frayent pas avec tout le monde, un ménage de rentiers qui passe chaque année un mois entier à Ostende.  Il paraît que le mari joue à la Bourse.

 La jeune femme aux cheveux blonds jaillit par la petite porte coincée entre les boutiques et se précipité vers la place Saint-Lambert. Elle est inquiète. Elle n'a pas l'habitude. Les passants qui la frôlent ne savent pas.

 Les cris des camelots s'intensifient.

 Elle entre dans un grand magasin et il fait chaud, et ça sent bon les toiles écrues. Au Grand Bazar, on se bouscule et les vendeurs le font exprès de lancer des chiffres à voix haute.

 Ici, on glisse entre les rayons. On sourit discrètement. On palpe. On chuchote. On échange de petits sourires complices.

 Et la nouvelle venue sourit à toutes, car elle les connaît toutes. On regarde son ventre proéminent. Signes interrogateurs :

- C'est pour bientôt ?

  

 Henriette Simenon, qui a vingt ans presque jour pour jour, était il y a un an encore, derrière le rayon de mercerie. Elle est sortie de "L'Innovation" pour se marier.

 C'est une supériorité sur les autres. Mais elle n'est guère plus riche, ce qui compense. Et elle n'est plus ici chez elle, ce qui gêne un peu.

 Rayon à dentelle. Une petite vendeuse à tête de pomme ratatinée a vu venir Henriette. Regard machinal vers la caisse. L'inspecteur n'est pas là. Elles s'embrassent, par-dessus les petits carrés à dentelles.

- Ce soir ?

- Je ne sais pas.

- Va m'attendre à la sortie. Le temps de m'habiller...

 Les voilà toutes les deux dehors, bras dessus, bras dessous. Valérie a 23 ans, ou 27, peu importe, elle n'a pas d'âge et n'en aura jamais.

- Il faut d'abord aller prévenir la sage-femme... Tu peux encore marcher un peu ?

 Elles trottent. Des rues plus sombres. Des pavés inégaux. Un courant d'air manque de retourner le parapluie qu'elles tiennent devant elles comme un bouclier.

"Second étage. Sonnez deux fois."

 Elles sonnent deux fois. La sage-femme descend en pantoufles.

- Je serai là dans une heure...

 Et Valérie, chemin faisant :

- Tu verras, Henriette, que ce n'est pas si terrible que ça !

 Une cuisine et une chambre. Au-dessus du lit, le portrait d'une vieille mère très digne, voire un peu hautaine. Ruinée, elle ne sortait pas sans ses gants blancs et sans sa capeline, et, dès qu'on sonnait à la porte, elle mettait des casseroles vides sur le feu.

- Mieux vaut faire envie que pitié, ma fille ! On ne te donnera quand même rien !

 Elle est morte. Henriette sa treizième enfant, est restée seule avec elle jusqu'au dernier moment. A seize ans, elle a relevé ses cheveux, rallongé sa robe et s'est présentée à M. Bernheim, le sous-directeur de "L'innovation".

- Quel âge avez-vous ?

- Dix-neuf ans...

 Valérie, du rayon voisin, est devenue sa meilleure amie...

 Dans la rue, à la sortie, Henriette a remarqué un grand garçon timide, à la barbiche en pointe, aux vêtements sévères.

- Il a une si belle marche...

 C'est Valérie qui est le plus surexcitée.

- Je suis sûre que c'est pour toi qu'il vient.

 C'est elle qui sert de truchement.

- Il s'appelle Désiré... Désiré Simenon... Il a vingt-quatre ans... Il est comptable dans une compagnie d'assurances...

 Désiré s'est ensuite présenté à la soeur aînée d'Henriette et à son mari Vermeiren, l'épicier. On a trouvé qu'il n'avait pas d'avenir. Ils se sont mariés quand même. Ils étaient vierges tous les deux.

 

 Il va rentrer. il rentre, de son pas lent et élastique. Heureusement que la sage-femme le suit de près et le met à la porte.

- Allez vous promenez sur le trottoir... quand ça y sera, j'agiterai la lampe à la fenêtre...

 Dehors, il regarde déjà les fenêtres. Il ne pense pas à manger. sans cesse, il tire sa montre. Il lui arrive de parler tout seul.

 A dix heures, il n'y a plus que lui sur le trottoir.

 Il est monté deux fois. Il a écouté les bruits. Il s'est enfui, effrayé, le coeur malade.

 Vingt-cinq ans. Il vient de finir son paquet de cigarettes et il faudrait aller trop loin pour en acheter.

- Si cette femme oubliait d'agiter la lampe !...

 A minuit, il n' y a plus personne dans la rue, plus de tramways, plus rien que des pas lointains, des portes qui se referment.

 Enfin, la lampe...

 Il est exactement minuit dix. désiré Simenon s'élance comme un fou. Ses grandes jambes dévorent les escaliers.

- Henriette !...

- Chut... Pas tant de bruit...

 Alors, il pleure.

Il ne sait plus ce qu'il fait, ni ce qu'il dit. Il n'ose pas toucher l'enfant qui est tout rouge. Henriette sourit faiblement :

- C'est un garçon... dit-elle.

 Et c'est alors qu'il prononce en pleurant toujours :

- Je n'oublierai jamais, jamais, que tu viens de me donner la plus grande joie qu'une femme peut donner à un homme...

 Cette phrase, je la connais par coeur, car ma mère me l'a répétée souvent. Elle l'a répétée à mon père aussi, non sans ironie, quand ils se disputaient.

 Je venais de naître, le vendredi 13 février 1903, à minuit dix.

 Et c'est ma mère qui a questionné du fond de sa torpeur :

- Quelle heure est-il ?

 On lui a dit l'heure.

- Mon Dieu, il est né le vendredi 13, il ne faudra le dire à personne...

 Elle le fait promettre à la sage-femme.

- Il ne faut pas qu'il soit né un vendredi 13...

 C'est pourquoi quand, le lendemain matin, mon père est allé me déclarer à l'Hôtel de ville, il a fait inscrire, en prenant un air innocent :

- Né le jeudi 12 février...

 Un peu d'histoire. Il paraît que les Simenon sont originaires de Nantes. Un capitaine des armées de Napoléon qui, blessé à la campagne de Russie, a été soigné lors de la retraite dans une ferme de Limbourg, et qui a épousé la fille des fermiers...

 Je veux bien que, comme dans toutes les histoires de famille, ce soit un capitaine, mais c'était peut-être un simple soldat et cela ne changerait rien à l'affaire. Rien de changé non plus si, au lieu de la fille des fermiers, il s'agissait de la servante.

 Toujours est-il que, sans le vouloir, nous nous rapprochons de Nantes, puisque c'est du coin que j'écris cette histoire.

 Mais revenons-y justement. A onze heures, c'est fini. la plupart des gardes civiques, comme des écoliers au coup de cloche de la récréation, se précipitent vers un café proche, et se midi là, les moustaches sentiront l'alcool sucré qui est l'odeur du dimanche.

 Huit heures vingt du matin. La voisine pourrait dire l'heure sans consulter son réveil, des commerçants qui retirent leurs volets savent s'ils sont en retard ou en avance : le grand Désiré passe, allongeant les jambes à un rythme si régulier qu'elles semblent chargées de mesurer la fuite du temps. Il ne s'arrête guère en route.

 Gens et choses ne paraissent pas l'intéresser et pourtant il sourit, comme aux anges. 

 Le goût de la cigarette du matin varie selon les jours et pourtant ce sont les cigarettes de la même marque, des "Luxor" à bout de liège.

 C'est elle qui choisit ses cravates. Les couleurs lui font peur parce qu'elles sont signes de vulgarité. Ce qui fait distingué ce sont les mauves, les violets, les gris souris.

 La soupe est déjà au feu. Elle est au feu chaque matin avant que la famille se lève. Une poêle qui a été fabriqué exprès pour les Simenon au temps où ils étaient treize enfants, treize estomacs insatiables - une famille ou personne ne poussait la porte sans lancer, tel un cri de guerre, un tonitruant :

- J'ai faim !

 Faim à toute heure, à dix heures du matin, à quatre heures de l'après-midi, chacun, au début de chaque repas, coupant et rangeant à côté de son assiette cinq ou six tranches de gros pain.

 Du matin au soir, la bouilloire chante, flanquée de la cafetière en émail blanc.

- Tu veux un bol de soupe ?

- Mais non, maman...

- Cela veut dire oui...

 Il vient de manger du lard et des oeufs. Le chapeau en arrière, il n'en mange pas moins la soupe.

 Sa mère ne s'assied pas. On ne la voit jamais à table. Elle mange debout, en servant les autres.

Partager cet article
Repost0
Published by Régis IGLESIAS - dans L'Almanach
24 septembre 2022 6 24 /09 /septembre /2022 12:15
"L'Almanach de Matka : Le 3 Septembre

"Aujourd’hui, nous sommes le 3 septembre et nous fêtons la saint « Grégoire ».

 Présentation : « Grégoire est rapide, curieux, indépendant et sociable.

 

Le dicton du jour : « Pluie de la saint Grégoire, autant de vin en plus à boire

 

La pensée du jour : « Si la barbe donnait la science, les chèvres seraient toutes docteur …

 

Le trois septembre est la Journée Internationale de la Barbe.

 

La réclame du jour : « Viandox, chaud ou froid

 

Courrier : Sachez que Mamie a reçu le 3 septembre 1936 une carte postale où on lisait au dos : « Les gens sont comme des pigeons, tu les aides à s'envoler et - une fois en l'air ! -, ils te chient dessus.

 

La blague du jour : « C’est curieux, dit l’instituteur, il me semble reconnaître l’écriture de ton père sur ton devoir …

- C’est bien possible, je lui avais emprunté son stylo !

 

Souvenirs du grenier : « Monsieur Seguin n’avait pas de chance avec ses chèvres. C’était toujours la même histoire. Elles cassaient leur corde, s’en allaient dans la montagne et là-haut, le loup les mangeait ...

 

Réponse du rébus du jour que vous avez sous les yeux :

« Tout flatteur vit au dépend de celui qui l’écoute

 

En vrac.

3 septembre 1928 : Alexander Fleming découvre la pénicilline.

 

Le 3 septembre 1939, suite à l’agression de la Pologne, la Grande-Bretagne puis la France déclarent la guerre à l'Allemagne. Les hommes répondent sans joie mais avec détermination à l'ordre de mobilisation. Certains pacifistes manifestent néanmoins leurs réticences, tel le député socialiste Marcel Déat qui publie le 4 mai 1939 un article intitulé : « Faut-il mourir pour Dantzig ? ».

 

Les troupes franco-anglaises, sous le commandement du général Maurice Gamelin, aux côtés de Joffre, ne profitent pas de ce que le front occidental est dégarni, la Wehrmacht étant presque toute entière occupée à envahir la Pologne. Les soldats se tiennent l'arme au pied derrière la ligne Maginot et traînent leur ennui, au grand désespoir des Polonais.

 

C'est le début de la « drôle de guerre », d'après une expression de Roland Dorgelès.

1996. L’opération Desert Strike contre l’Irak est déclenchée par les USA.

 

Carnet rose.

1894. Naissance de Marie Dubas.

Le saviez-vous ? C'est Marie Dubas qui créa Le Fanion de la Légion et le légendaire Mon légionnaire. Raymond Asso, auteur de la célèbre chanson, est alors le secrétaire de Marie en même temps que l'amant de la toute débutante Edith qui emporta la mise.

 

"Quand je danse avec lui

C'que j'ressens c'est inouï

Des frissons me parcourent la peau

Ça m'fait froid et puis ça m'fait chaud

Y'm'cause pas et pourtant

J'le comprends, y m’comprend

Moi j'vous l'dis, j'suis à sa merci

Et j'dis toujours " - oui "

 

1953. Jean-Pierre Jeunet ouvre enfin les yeux.

Il débute dans le métier en réalisant des films publicitaires, et des vidéoclips (parmi lesquels Tombé pour la France d'Étienne Daho ou La Fille aux bas nylon de Julien Clerc).

 

Il travaille ensuite avec Marc Caro. C’est leur premier long métrage surréaliste, Delicatessen, avec Dominique Pinon et Jean-Claude Dreyfus, réalisé en 1991, qui les propulse sur le devant de la scène.

 

La suite ? Le fabuleux destin d’Amélie Poulin, Un long dimanche de fiançailles etc etc etc …

 

Cinéma.

1952. Michel Simon est « Monsieur Taxi » dans le navet du jour.

 

1965. « La tête du client » est une histoire rocambolesque et déjantée servie par des acteurs (Poiret, Serrault…) en pleine forme.

 

1975. « Il faut vivre dangereusement » avec Annie Girardot et Claude Brasseur se laisse regarder.

L’avis de Papi : « Typique des années 1970 ce film affiche une décontraction sexuelle assez réjouissante, et puis quand Mylène Demongeot et Sydne Rome montrent leurs atouts, on ne va pas bouder notre plaisir.

 

1980. « Loulou » de Maurice Pialat est à l’affiche du Lido de Carmaux.

L’oeil de Mamie : « Une perle.

 

2014. « Hippocrate » est la bonne surprise du jour.

« Vous buviez combien par jour?

- 40.

- 40? Et comment on fait pour boire 40 bières par jour tout en travaillant?

Je tiens un bar.

 

Sport.

1933. L'Association sportive de Saint-Étienne Loire dispute son premier match professionnel face à la Bastidienne de Bordeaux.

Allez les verts !

 

Fait divers.

1944 : Anne Frank est déportée, dans le dernier convoi de Westerbork vers Auschwitz.

 

Carnet blanc.

1612 : Mariage des parents de Cyrano de Bergerac, en l'église Saint-Gervais-Saint-Protais de Paris.

 

Carnet noir.

Frank Capra décède le 3 septembre 1991 dans son sommeil à l'âge de 94 ans.

 

Le mot de la fin est une fois n’est pas coutume un proverbe latin :

 

« La barbe ne fait pas le philosophe

 

Bonne journée à tous, * **

 

* « L’Almanach de Matka » (version audio) est disponible sur simple demande en MP contre un rasoir Bic 

 

 

** Demain nous fêterons la saint « Rosalie ».

Rosa.

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Régis IGLESIAS - dans L'Almanach
24 septembre 2022 6 24 /09 /septembre /2022 12:13
"L'Almanach de Matka : Le 2 Septembre

"Aujourd’hui, nous sommes le 2 septembre et nous fêtons la saint « Ingrid ».

 Présentation : « Ingrid est plutôt sensible, elle a l'esprit critique et ne se laissera pas embarquer à la première occasion. Elle restera sur ses gardes jusqu'à avoir une totale confiance.

 

Le dicton du jour : « Septembre se nomme le mois de l’automne

 

La réclame du jour : « 2CV, 4 roues sous 1 parapluie

 

La pensée du jour : « Quand on a une voiture sale, c'est difficile de rentrer par ses propres moyens …

 

Courrier : Sachez que Mamie a reçu le 2 septembre 1936 une carte postale où on lisait au dos : « Laisser conduire à Paris sa voiture à sa femme, c’est vouloir soit une autre voiture, soit une autre femme …

 

La blague du jour : « Le ministre se penche à l’oreille du directeur de la Sécu et lui demande.

- Combien avez-vous de fonctionnaires qui travaillent chez vous ?

- A peu près un sur cinq.

 

Souvenirs du grenier : « On appelle voiture d'occasion une voiture dont toutes les pièces font du bruit sauf le klaxon.

 

En vrac.

1940 : présentation de la première 2 CV Citröen, qui ne sera commercialisée qu'après la guerre.

 

Le 2 septembre 1945, l'Empire du Soleil Levant capitule face aux États-Unis, mettant fin pour de bon à la Seconde Guerre mondiale …

 

Le 2 septembre 2015, sur une plage turque proche de Bodrum, une photographe fixe sur la pellicule l'image d'un enfant de quatre ans rejeté par la mer, Aylan Kurdi

La photo fera le tour du monde.

 

Carnet rose.

1939. Naissance de Jack Lang.

« Il faut laisser le temps au temps …

 

1952. Jimmy Connors pousse son premier cri.

« Je déteste plus la défaite que j'aime la victoire.

 

Cinéma.

1953. « Dortoir de grandes » avec Jean Marais n’a pas de quoi casser trips pattes à un canard.

 

1960. « Les vieux de la vieille » avec Jean Gabin fait un tabac.

« Eh ben, j'dis que quand c'est qu'on est vieux, on sait quand c'est qu'on se baisse mais on sait pas quand c'est qu'on se relève.

 

1966. « Comment voler un million de dollars ? » est à l’affiche du Lido de Carmaux.

Il s'agit du troisième et dernier film de William Wyler avec Audrey Hepburn, après Vacances romaines, la comédie romantique qui a révélé Audrey, aux côtés de Gregory Peck, et La Rumeur, drame dans lequel elle partage l'affiche avec Shirley MacLaine.

 

1970. « Guns of diablo » est le western du jour avec Charles Bronson.

 

1992. « Reservoir Dogs » sort à son tour.

« Tu sais ce que c’est… C’est le violon qui fait mouiller toutes les serveuses.

 

1998. Robert Redford est « L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux ».

« Savoir c’est facile. C’est dire les choses qui est le plus dur.

 

Sport.

2000. Dernier match "en bleu" de Didier Deschamps et Laurent Blanc en tant que joueurs avec l’équipe de France de football double championne en titres, d'Europe 2000 et du monde 1998, au stade de France pour un match amical France-Angleterre d'un samedi soir.

 

Fait divers.

Le 2 septembre 1666, Londres est ravagée par un Grand Incendie. Le sinistre a pris naissance dans une boulangerie. Sur les lieux s'élève aujourd'hui une colonne qui commémore l'événement. Les Londoniens l'appellent tout simplement « The Monument »

 

Carnet noir.

1910. Henri Rousseau dit « le douanier » Rousseau » n’est plus.

 

Le saviez-vous ? Issu d'une famille modeste, il étudie le droit avant de partir à Paris et travailler à l'octroi où il occupe un poste de commis de deuxième classe, dans le cadre duquel il contrôle les entrées de boissons alcoolisées à Paris. Cette position lui vaudra son surnom de « Douanier ».

 

« Bonjour, bonjour, je viens vous inviter

Laissez tout tomber, on va embarquer

Pour un pays qui va vous enchanter

Vous embéguiner, laissez-vous tenter

C'est une île perdue au milieu de l’océan

Un jardin merveilleux, un spectacle permanent

C'est comme dans les (comme dans les)

Comme dans les (comme dans les)

Comme dans les tableaux du Douanier Rousseau

Y a des perroquets bleus qui boivent du lait d’coco

Comme dans les tableaux du Douanier Rousseau

Y a des poissons tropicaux pleins d'piquants sur le dos

Oh ohoh, ohoh, ohoh …

 

1937. Pierre de Coubertin nous quitte.

« L’important c’est de participer …

 

1969. Hô Chi Minh s’en va.

Rappelez-vous, la tempête est une bonne occasion pour le pin et le cyprès pour montrer leur force et leur stabilité.

 

2013. Valérie Benguigui nous abandonne.

Elle épouse Éric Wapler le 15 juin 1996, comédien et directeur de restaurants qu'elle a rencontré au cours Florent.

 

Son interprétation d'Élisabeth Garraud-Larchet (dite « Babou »), sœur du personnage Vincent Larchet (incarné par Patrick Bruel) dans le film Le Prénom lui permet le 22 février 2013 d'obtenir le César de la meilleure actrice dans un second rôle, quelques mois avant sa mort des suites d’une longue maladie.

 

Le mot de la fin est une fois n’est pas coutume un proverbe Polonais :

 

« Si tu vas dans la voiture de quelqu’un, tu chantes sa chanson …

 

Bonne journée à tous, * **

 

* « L’Almanach de Matka » (version audio) est disponible sur simple demande en MP contre une belle voiture d’occasion …

 

** Demain nous fêterons la saint « Grégoire ».

La Grègue.

Partager cet article
Repost0
Published by Régis IGLESIAS - dans L'Almanach
24 septembre 2022 6 24 /09 /septembre /2022 12:12
"L'Almanach de Matka : Le 1er Septembre

"Aujourd’hui, nous sommes le 1er septembre et nous fêtons la saint « Gilles ».

 Présentation : « Gilles est prudent, il observe, scrute, analyse. Il ne se hâte jamais, ni dans l'action ni dans la parole. Pour lui, tout est sujet à réflexion.

 

Le dicton du jour : « S’il fait beau à la saint Gilles, cela durera jusqu’à la saint Michel

 

La réclame du jour : « Rivoire et Carret, 121 Cours La Fayette Lyon

 

Courrier : Sachez que Mamie a reçu le 1er septembre 1936 une carte postale où on lisait au dos : « L'âge n'est pas celui qui est inscrit sur notre passeport, mais c'est le temps qu'il nous reste à vivre.

 

La blague du jour : « Le comble de l’énergie pour un manchot : Prendre son courage à deux mains.

 

Souvenirs du grenier : « On vaincra parce qu’on est les plus forts …

 

En vrac.

Le 1er septembre 1939, la Wehrmacht se rue à l'attaque de la Pologne. C'est le début de la Seconde Guerre mondiale…

 

1985 : L'épave du Titanic est découverte, à quelques kilomètres du lieu de son naufrage en 1912, par 3 821 mètres de profondeur, par Robert Duane Ballard et son équipe. La découverte permet de répondre à une partie des questions concernant la catastrophe.

 

Carnet rose.

1940. Naissance d’Annie Ernaux.

« Tout le passé est nécessaire pour aimer le présent.

 

Cinéma.

1949. « Infidèlement vôtre » est un monument de la comédie américaine !

 

1951. « Trois petits mots » avec Fred Astaire sort sur les écrans.

Pour les amateurs.

 

1960. « La garçonnière » est à manquer sous aucun prétexte.

Le saviez-vous ? Dans son livre de souvenirs, Tony Curtis raconte comment il a été à l'origine de l'idée du film : « Autour de moi, il y avait une masse de jolies filles qui faisaient de la figuration ou de petits rôles et, bien sûr, j'avais envie de coucher avec elles. Généralement, je couchais avec elles — sur le siège arrière de la voiture, dans ma loge, n'importe où.

 

Un soir, j'étais en route pour retrouver une fille, et je roulais dans les collines, préoccupé de savoir où nous pourrions bien aller, quand j'ai aperçu Nicky assis dans sa petite MG sur le bord de la route. Je me suis arrêté et je lui ai demandé ce qui se passait. « Ma bagnole est en panne et j'attends la dépanneuse de l'automobile-club. » J'ai réfléchi une seconde et je lui ai dit : « Écoute, Nicky, désolé pour ta voiture, mais puisque tu es coincé là pour un bon moment, est-ce que tu pourrais… » Il m'a interrompu : « Vas-y. Sers-toi de mon appartement. » Et à partir de ce moment, chaque fois que je draguais une fille, j'appelais Nicky : « Nick, j'ai besoin de ton appartement »

 

1961. « Les canons de Navarone » est en route pour les Oscars.

 

1961. Sorti dans les salles de « Spartacus ».

« Nous reviendrons ! Nous reviendrons et nous serons des millions !

 

1966. « Tendre voyou » avec Jean-Paul Belmondo est une pépite.

« Le drame de l'homme moderne, c'est la franchise, la sensibilité… surtout avec les dames, ça pardonne pas… Tu sais, on d'vrait toujours les m'ner à la baguette, jamais mollir.

 

1970. « On achève bien les chevaux » fait son petit bonhomme de chemin.

« Il doit y avoir dans le monde une tripotée de gens comme moi, qui ont envie de mourir, mais qui n'en ont pas le courage.

 

1972. « L’amour l’après-midi » plaît beaucoup à Papi.

« Du très grand Rohmer, tout simplement ! Encore un sommet de beauté et de poésie, sur fond d'amour et de hasard.

 

1974. « L’exorciste » est à l’affiche du Lido de Carmaux.

L’avis de Mamie : « C’est le film le plus terrifiant de tous les temps »

 

1978. « Grease » fait un tabac.

« Tu sais t'es moins tarte que t'en as l'air.

 

1978. « Midnight Express » est un chef d’oeuvre.

« Prends l'express de minuit.

- Qu’est-ce que c’est?

- Eh bien, ce n'est pas un train. C'est une façon pour les prisonniers de dire s'évader. Mais il ne s'arrête pas ici.

 

1979. « Laisse-moi rêver » avec Galabru est le navet du jour.

 

1993. « Le fugitif » avec Harrison Ford est à coupé le souffle.

« Un fugitif viens de s’enfuir il y a 90 minutes. La vitesse d’un marcheur moyen sans être gêné par une blessure est de 6 km à l’heure. Ce qui nous donne donc un rayon de 9 km. Ce que j’attends de chacun d’entre vous, c’est une fouille très minutieuse de toutes les stations services, résidences, entrepôts, fermes, poulaillers, niches, WC de cette région. Placez des barrages à 25 km à la ronde. Notre fugitif s’appelle le docteur Richard Kimble. Trouvez-le. »

 

1999. « Ma petite entreprise » est une belle réussite.

 

Sport.

1990 : Les quatre athlètes français relayeurs Marie-Rose, Morinière, Sangouma et Trouabal deviennent les relayeurs les plus rapides du monde par équipe, aux championnats d’Europe d’athlétisme à Sprit où ils battent le record du 4x100 mètres en 37 secondes 79 centièmes.

 

Fait divers.

1955. Janet Marshall étranglée avec son soutien-gorge dans un bois par Robert Avril.

 

Carnet noir.

1715. Louis XIV n’est plus.

« Pourquoi pleurez-vous, m’avez-vous cru immortel ?

 

1970. François Mauriac - Le Saguoin » - nous quitte.

« Comme on dit faire l'amour, il faudrait pouvoir dire faire la haine.

 

Le mot de la fin est une fois n’est pas coutume de François Mauriac :

 

« C’est merveilleux la vieillesse… Dommage que ça finisse si mal

 

Bonne journée à tous, * **

 

* « L’Almanach de Matka » (version audio) est disponible sur simple demande en MP contre une bonne tisane …

 

** Demain nous fêterons la saint « Ingrid ».

Ah !

Partager cet article
Repost0
Published by Régis IGLESIAS - dans L'Almanach
24 septembre 2022 6 24 /09 /septembre /2022 12:07
"Le Supplément" du 1er Septembre

"Les années.

  

 Nous n'avons qu'une histoire et elle n'est pas à nous. De cette histoire, toutes les images disparaîtront.

  

 La femme accroupie qu urinait en plein jour derrière un baraquement servant de café, en bordure des ruines, à Yvetot, après la guerre, se reculottait debout, jupe relevée, et s'en retournait au café.

  

 La figure pleine de larmes d'Alida Valli dansant avec Georges Wilson dans le film Une aussi longue absence.

  

 L'homme croisé sur un trottoir de Padoue, l'été 90, avec des mains attachées aux épaules, évoquant aussitôt le souvenir de la thalidomide prescrite aux femmes enceintes contre les nausées trente ans plus tôt et du même coup l'histoire drôle qui se racontait ensuite : une future mère tricote de la layette en avalant régulièrement de la thalidomide, un rang, un cachet.

 Une amie horrifiée lui dit, tu ne sais donc pas que ton bébé risque de naître sans bras, et elle répond, oui je sais bien mais je ne sais pas tricoter les manches.

  

 Claude Piéplu en tête d'un régiment de légionnaires, le drapeau dans une main, de l'autre tirant une chèvre, dans un film des Charlots.

  

 Le visage de Simone Signoret sur l'affiche de Térèse Raquin.

  

 La chaussure tournant sur un socle dans un magasin André rue du Gros-Horloge à Rouen, et autour la même phrase défilant continuellement : "avec Babybotte bébé trotte et pousse bien"

  

 Le type dans une publicité au cinéma, qui cassait allègrement les assiettes salles au lieu de les laver. Une voix off disait sévèrement "ce n'est pas la solution !" et le type regardait avec désespoir les spectateurs, "mais quelle est la solution ?"

  

 La silhouette sémillante de l'acteur Philippe Lemaire, marié à Juliette Gréco.

  

 Dans une publicité à la télé, le père essayant vainement, en douce derrière son journal, de lancer en l'air une Picorette et de la rattraper avec la bouche, comme sa petite fille.

  

 Toutes les images crépusculaires des premières années, avec les flaques lumineuses d'un dimanche d'été, celles des rêves où les parents morts ressuscitent, où l'on marche sur des routes indéfinissables.

  

 Celle de Scarlett O'hara traînant dans l'escalier le soldat yankee qu'elle vient de tuer - courant dans les rues d'Atlanta à la recherche d'un médecin pour Mélanie qui va accoucher.

  

 De Molly Bloom couchée à côté de son mari et se souvenant de la première fois où un garçon l'a embrassée et elle dit oui oui oui.

  

 D'Elisabeth Drummond tuée avec ses parents sur une route à Lurs, en 1952.

  

 Les images réelles ou imaginaires, celles qui suivent jusque dans le sommeil. Les images d'un moment baignées d'une lumière qui n'appartient qu'à elles.

  

 Elles s'évanouiront toutes d'un seul coup comme l'ont fait des millions d'images qui étaient derrière les fronts des grands-parents morts il y a un demi-siècle, des parents morts eux aussi. Des images où l'on figurait une gamine au milieu d'autres êtres déjà disparus avant qu'on soit né, de même que dans notre mémoire sont présents nos enfants petits aux côtés de nos parents et de nos camarades d'école. Et l'on sera un jour dans le souvenir de nos enfants au milieu des petits-enfants et de gens qui ne sont pas encore nés.

  

 Les slogans, les grafitis sur les murs des rues et des vécés, les poèmes et les histoires sales, les titres.

  

 Les phrases des hommes dans le lit la nuit,

Fais de moi ce que tu veux, je suis ton objet

Exister c'est se boire sans soif

Que faisiez-vous le 11 septembre 2001 ?

in illo tempore le dimanche à la messe

  

 Comme le désir sexuel, la mémoire ne s'arrête jamais. Elle apparie les morts aux vivants, les êtres réels aux imaginaires, le rêve à l'histoire.

  

 Les paroles attachées pour toujours à des individus comme une devise - à un endroit précis de la nationale 14, parce qu'un passager les a dites juste quand on y passait en voiture et on ne peut pas y repasser sans que ces mêmes paroles sautent de nouveau à la figure, comme les jets d'eau enterrés du palais d'Eté de pierre le Grand qui jaillissent quand on pose le pied dessus.

  

 Les exemples de grammaire, les citations, les insultes, les chansons, les phrases recopiées sur des carnet à l'adolescence.

  

 Je suis le meilleur, qu'est-ce qui dit que je ne suis pas le meilleur, si tu es gai ris donc, ça se corse, chef-lieu Ajaccio, bref, comme disait, sauvé ! disait Jonas en sortant du ventre de la baleine, c'est assez je cache à l'eau mon dauphin, ces jeux de mots entendus mille fois, ni étonnants ni drôles depuis longtemps, irritants de platitude, qui ne servaient plus qu'à assurer la complicité familiale et qui avaient disparu dans l'éclatement du couple mais revenaient parfois aux lèvres, déplacés, incongrus hors de la tribu ancienne, après des années de séparation c'était au fond tout ce qu'il restait de lui.

  

 L'abbé trublet compilait, compilait, compilait.

  

 Les marques de produits anciens, de durée brève, dont le souvenir ravissait plus que celui d'une amrque connue, les shampoing Dulsol, le chocolat Cardon, le café Nadi, comme un souvenir intime, impossible à partager.

  

 Quand passent les cigognes

 Marianne de ma jeunesse

 Madame Soleil est encore parmi nous

  

 La gloire pour une femme est le deuil éclatant du bonheur.

  

 Est-ce que l'on peut mettre le schmilblick dans le biberon des enfants ?

  

 Pédaler à côté du vélo devenu pédaler dans la choucroute puis dans la semoule puis rien, les expressions datées.

  

 Les mots d'homme qu'on n'aimait pas, jouir, branler. 

  

 Ceux appris durant les études. L'examen passé, ils aprtaient de soi plus vite qu'ils n'y étaient entrés.

  

 Les phrases répétées, énervantes, des grands-parents, des aprents, après leur mort elles étaient plus vivantes que leur visage, t'occupe pas du chapeau de la gamine.

  

 S'annuleront subitement les milliers de mots qui ont servi à nommer les choses, les visages des gens, les actes et les sentiments, ordonné le monde, fait battre le coeur et mouiller le sexe. 

  

 Tout s'effacera en une seconde. le dictionnaire accumulé du berceau au dernier lit s'éliminera. Ce sera le silence et aucun mot pour le dire. De la bouche ouverte il ne sortira rien. Ni je ni moi. Dans les conversations autour d'une table de fête on ne sera qu'un prénom, de plus en plus sans visage, jusqu'à disparaître dans la masse anonyme d'une lointaine génération.

  

 Le petit bal de Bazoches-sur-Hoêne avec les auto tamponneuses.

  

 La chambre d'hôtel rue Beauvoisine, à Rouen, non loin de la librairie Van Moé où Cayatte avait tourné une scène de Mourir d'aimer. 

  

 La tireuse de vin au Carrefour de la rue du Parmelan, Annecy.

  

 Je me suis appuyée à la beauté du monde. Et j'ai tenu l'odeur des saisons dans mes mains

  

 Le manège du parc thermal de Saint-Honoré-les-Bains.

  

 Le film Des gens sans importance

  

 L'affiche à demi déchirée 3615 Ulla au bas de la côte de Fleury-sur-Andelle

  

 Un bar et un juke-box qui jouait Apache, à Telly O Corner, Finchley

  

 Une maison au fond du jardin, 35 avenue Edmond Rostand à Villiers-le-Bel.

  

 Le regard de la chatte noire et blanche au moment de s'endormir sous la piqûre.

  

 La femme de la photo du massacre de Hocine, Algérie, qui ressemblait à une pietà.

  

 L'éblouissant soleil sur les murs de San Michele de puis l'ombre des Fondamenta Nuove.

  

 Sauver quelque chose du temps où l'on ne sera plus jamais.

  

 Mon histoire c'est l'histoire d'un amour.

Partager cet article
Repost0
Published by Régis IGLESIAS - dans L'Almanach
24 septembre 2022 6 24 /09 /septembre /2022 12:04
"L'Almanach de Matka : Le 31 Août

"Aujourd’hui, nous sommes le 31 Août et nous fêtons la saint « Aristide ».

 Présentation : « Aristide est une personne plutôt introvertie, et parfois même solitaire. Mais ce n'est pas par manque de confiance en lui.

 

Le dicton du jour : « En août et en vendanges, il n’y a ni fêtes ni dimanches

 

La réclame du jour : « Pourquoi la Vache qui rit, rit ?

 

Courrier : Sachez que Mamie a reçu le 31 août 1936 une carte postale où on lisait au dos : « On oublie le dernier rêve, on se remémore toujours le premier amour.

 

La blague du jour : « Qu’est-ce qui est long, dur et que les femmes n’ont pas ?

- Le service militaire.

 

Souvenirs du grenier : « Les noix c’est bon pour la mémoire

 

En vrac.

1928 : Première création de L'Opéra de quat'sous, comédie musicale de Bertolt Brecht et Kurt Weill.

 

Le 31 août 1935, en Union soviétique, un mineur du Donbass, Alexeï Stakhanov, se flatte d'avoir extrait 14 fois plus de charbon que la norme journalière (102 tonnes en 6 heures).

 

1937 : Création de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF).

 

Carnet rose.

1925. Maurice Pialat pousse son premier cri.

« J'ai arrêté de parler parce que je dis trop de conneries.

 

1928. James Coburn - La grande évasion - ouvre enfin les yeux.

 

1958. Serge Blanco - « le Pelé du rugby » - entre en jeu.

C’est Philippe Saint-André qui en parle le mieux :  « Serge Blanco, il suffit qu'il mange du saucisson pour que j'en veuille aussi, au cas où ça donnerait du génie. »

 

1976. Vincent Delerm pointe le bout de son nez.

« Le déroulement d’un évènement est plus révélateur que l’évènement lui-même. »

 

Cinéma.

1955. « Nana » avec Charles Boyer et Martine Carol ne vaut pas un caillou.

 

1983. « La femme de mon pote » avec Coluche, Isabelle Huppert et Thierry Lhermitte se laisse regarder.

« Ecoute Viviane, on a tiré un coup on va pas en faire un fromage …

 

1988. « A gauche en sortant de l’ascenseur » est une comédie romantique sans prétention.

 

1993. « La soif de l’or » avec Christian Clavier est le navet du jour.

 

2011. « La guerre est déclarée » est une petite merveille.

« Pourquoi ça nous arrive à nous ?

- Parce qu’on est capable de supporter ça.

 

2016. « Le fils de Jean » est un chef d’oeuvre de Philippe Lloret.

« J’aurai aimé ça avoir un garçon …

 

Sport.

1984. Thierry Vigneron porte le record du monde du saut à la perche à 5,91 mètres. Sergueï Bubka porte le record du monde du saut à la perche à 5,94 mètres.

 

Fait divers.

1997. La princesse Diana nous quitte accidentellement.

Dans la nuit du 31 août 1997, à Paris, une voiture s'encastre dans un pilier du tunnel de l'Alma au terme d'une course poursuite avec des paparazzi. Le chauffeur et l'un des passagers sont tués. La passagère décédera quelques heures plus tard à l'hôpital de la Salpêtrière…

 

Carnet noir.

2010. Laurent Fignon nous quitte.

« Prendre de l’âge est une expérience humaine assez déstabilisante …

 

Le mot de la fin est une fois n’est pas coutume d’Arletty :

 

«  Cacher son âge, c’est supprimer ses souvenirs

 

Bonne journée à tous, * **

 

* « L’Almanach de Matka » (version audio) est disponible sur simple demande en MP contre quelques années en moins ou quelques souvenirs en plus …

 

** Demain nous fêterons la saint « Gilles ».

Gilou.

Partager cet article
Repost0
Published by Régis IGLESIAS - dans L'Almanach
24 septembre 2022 6 24 /09 /septembre /2022 12:03
"L'Almanach de Matka : Le 30 Août

"Aujourd’hui, nous sommes le 30 Août et nous fêtons la saint « Fiacre ».

 Chantons : « Un fiacre, allait, trottinant Cahin, caha, Hu, dia, hop là !

 

Le dicton du jour : « A la saint Fiacre soleil ardent, pour huit jours encore du beau temps

 

La réclame du jour : « Olibet, le déjeuner biscuit salé

 

Courrier : Sachez que Mamie a reçu le 30 août 1936 une carte postale où on lisait au dos : « Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu

 

La blague du jour : « Qu’est-ce qui a 150 yeux et deux dents ?

- Un autobus de personnes âgées.

 

Souvenirs du grenier : La mère Michelle a perdu son chat

 

En vrac.

Le 30 août 1914, moins d'un mois après le début de la Première Guerre mondiale, victoire surprise des Allemands sur les Russes à Tannenberg.

 

Le général Paul von Hindenburg (67 balais) a quitté sa retraite pour prendre en catastrophe la tête de la IIe Armée, assisté du général Erich Ludendorff. Ils ont attaqué séparément et battu l'armée du général Samsonov et celle du général Rennenkampf…

 

1963 : Mise en place du téléphone rouge, ligne de communication directe entre les États-Unis et l’Union soviétique.

 

Carnet rose.

1923. Naissance de Roger Pierre.

Il est notamment connu pour son duo comique avec Jean-Marc Thibault, duo qui donnera lieu à de nombreux spectacles, plusieurs longs métrages, d'innombrables chansons et des émissions de télévision de Maritie et Gilbert Carpentier comme Les Grands Enfants. Un de leurs sketches les plus célèbres est La Guerre de sécession.

 

En 1950, lors d'une tournée canadienne avec Darry Cowl, Roger Pierre coécrit avec Bourvil la très fameuse « Causerie anti-alcoolique » au cours d'une soirée arrosée.

 

Le saviez-vous ? En 1971, les producteurs de la série américaine Columbo demandent à Peter Falk, interprète du lieutenant de police, de se rendre dans une concession automobile pour choisir une voiture qu'il utilisera lors du tournage. Dans un premier temps, il ne trouve pas de modèle convenant à l'excentricité de son personnage, mais sur le retour, il tombe par hasard sur la Peugeot 403 personnelle de Roger Pierre venu passer des vacances aux États-Unis. À sa demande, la production rachète ce véhicule — un cabriolet gris de 1959 passablement cabossé  …

 

1932. Naissance de Geneviève de Fontenay.

« Les canons de la beauté doivent remplacer ceux de la guerre …

 

1943. Jean-Claude Killy pousse son premier cri.

« La victoire va à celui qui prend le plus de risques.

 

1969. Laurent Delahousse montre enfin le bout de son nez.

« Un jour, un destin.

 

1977. Loana entre en jeu.

« Ça me donne envie de me faire manger les seins …

 

Cinéma.

1973. « Prenez la queue comme tout le monde » est un film érotique qui ne vole pas très haut. Mais qui a de quoi éveiller la sympathie d’un spectateur en mal de légèreté.

 

1978. « Mon premier amour » d’Elie Chouraqui n’a pas de quoi casser trois pattes à un canard.

 

2000. « O’Brother », une comédie irrésistible des frères Coen.

« Diable, on est fait comme des rats ! »

 

2017. « Petit paysan » est le coup de coeur du jour.

« Moi, je sais rien faire d’autre, j’ai jamais rien fait d’autre …

 

Sport.

1991. Lors des championnats du monde d'athlétisme à Tokyo se déroule ce que beaucoup considèrent comme le plus extraordinaire concours de l'histoire du saut en longueur.

 

Alors que Carl Lewis réalise le concours de sa vie en atterrissant plusieurs fois autour des 8m85, Mike Powell gagne le titre en battant le mythique record de Bob Beamon, vieux de 23 ans, en sautant à 8m95 à son cinquième essai.

 

Fait divers.

1918 : Fanny Kaplan tente d'assassiner Lénine.

 

Carnet noir.

1979. Jean Seberg nous quitte.

« Devenir immortel, et puis mourir »

 

2003. Charles Bronson s’en va.

« A la gare, y avait trois manteaux. Dans ces trois manteaux y avait trois mecs et dans les trois mecs, y avait trois balles. 

 

2022. Mikhaïl Gorbatchev n’est plus.

 

« Quand je cesserai de m'indigner, j'aurai commencé ma vieillesse. »

 

Le mot de la fin est une fois n’est pas coutume de Papi :

 

« Si jeunesse savait, si jeunesse pouvait

 

Bonne journée à tous, * **

 

* « L’Almanach de Matka » (version audio) est disponible sur simple demande en MP contre un élixir de jeunesse …

 

** Demain nous fêterons la saint « Aristide ».

Et pardi.

Partager cet article
Repost0
Published by Régis IGLESIAS - dans L'Almanach
24 septembre 2022 6 24 /09 /septembre /2022 12:01
"L'Almanach de Matka : Le 29 Août

"Aujourd’hui, nous sommes le 29 Août et nous fêtons la saint « Sabine ».

 Présentation : « Sabine est une femme ambitieuse qui fera tout pour réaliser ses rêves. Déjà toute petite, elle se projetait bien loin dans l’avenir.

Comme Sabine Azema, Sabine Paturel ou Thierry (Sabine)

 

 

Le dicton du jour :  « Pluie à la sainte Sabine est une grâce divine

 

La réclame du jour : « La voix de son maître, toujours fidèle

 

Courrier : Sachez que Mamie a reçu le 29 août 1936 une carte postale où on lisait au dos : « La tendresse est le repos de la passion

 

La blague du jour : « Tu sais que maintenant ils font une BX série spéciale Roland-Garros ? C’est celle avec une balle de tennis sur l’attache-remorque.

 

Souvenirs du grenier :

1947. « Manolete est mort ! Phrase accentuée, et mise en avant par toutes les radios locales, comme Radio Córdoba, puis nationales. L’Espagne s’éveille et chacun n’a qu’un mot à la bouche : « Manolete, Manolete… », et cela veut tout dire chez un espagnol. Une icône vient de partir.

 

En vrac.

Le 29 août 1533, Pizarre met à mort l'Inca Atahualpa. Le conquistador, un vacher illettré reconverti à cinquante ans dans la guerre de pillage, n'hésite pas à trahir sa promesse d'épargner l'Inca si celui-ci lui remettait la rançon exigée. Pizarre lui-même finira sous le poignard de ses acolytes. Mauvais prémices pour le Pérou colonial.

 

1805. Rassemblée à Boulogne et initialement destinée par Napoléon Ier à envahir l'Angleterre, l’armée des côtes de l’Océan prend le nom de « Grande Armée » le 11 fructidor an XIII (29 août 1805) pour se distinguer de la « petite armée » qui opère au même moment en Italie et prépare sa marche sur le Rhin  à marches forcées. Les soldats parcourent 40 km par jour avec un barda de 40 kg sur le dos. Pas étonnant qu'ils en viennent à se qualifier de « grognards ». Sont alors formés sept corps d’armée (les « sept torrents ») sous le commandement de Bernadotte, Davout, Soult, Ney, Lannes, Marmont et Augereau. S'ensuivent les victoires d’Ulm et d’Austerlitz …

 

1914. « Situation inchangée de la Somme aux Vosges ».

Par ce mémorable communiqué du Grand Quartier Général daté du 29 août 1914, au premier mois de la Grande Guerre, les Français découvrent avec stupeur que leur pays a été envahi et que leurs armées battent en retraite sur tous les fronts. Jusque-là, tous les communiqués du quartier général du général Joffre laissaient supposer que l'offensive allemande était contenue, voire stoppée !... Ainsi la guerre moderne amenait-elle avec elle la propagande et le mensonge.

 

Le 29 août 1944, à l'approche de l'armée américaine, des soldats allemands instaurent la terreur dans quatre villages de la vallée de la Saulx, à la limite entre les départements de la Marne et de la Meuse (Lorraine). Plus de 80 personnes de 16 à 85 ans sont abattus en représailles suite à des actes de résistance.

 

À San Francisco le 29 août 1966 se tient le dernier concert public des Beatles.

 

Carnet rose.

1915. Ingrid Bergman ouvre enfin les yeux.

« Un baiser est un tour délicieux conçu par la nature pour couper la parole quand les mots deviennent superflus. »

 

1946. Bob Beamon entre en jeu.

« Quoi que vous faites, ne le faites pas à moitié …

 

1949. Igor et Grichka Bogdanoff pointent le bout de leurs mentons.

« Le hasard est mathématiquement programmé.

« La connaissance prend parfois des chemins bien étranges mais jamais au hasard : elle choisit ceux par qui elle aura le plus de chances de passer.

 

1958. Michael Jackson pousse son premier cri.

« Heal the world …

 

1959. Rebecca De Mornay est enfin parmi nous.

« J’adore mes amis, j’adore ma vie amoureuse, j’adore mes hobbies, j’adore manger.

 

Cinéma.

1959. « Vous n’avez rien à déclarer… ? » avec Dary Cowl se laisse regarder.

 

1984. « La Smala » est une petite pépite.

« J’veux partir, j’veux suiffer de l’oxygène

J’veux partir, je veux planer au soleil aussi

M’éclater comme une bulle en plein ciel

Voyager, sur ta peau si tu m’aimes aussi

Emmène moi …

 

1984. « Les nuits de la pleine lune » de Rohmer est un petit chef d’oeuvre.

L’avis de Papi : Un mélodrame romantique dont on ne sort pas indemne.

 

1990. « La gloire de mon père » est à l’affiche du Lido de Carmaux.

 

1990. « A la poursuite d’octobre rouge » fait un tabac;

« Mon morse est un peu rouillé, j’espère que je ne vais pas lui envoyer les mensurations de Marilyn Monroe ! …

 

2018. « Guy » d’Alex Lutz est la bonne surprise du jour.

« Te souviens-tu

De notre première fois

Je m'en souviens, on n'oublie pas ces choses-là

Te souviens-tu

Notre chanson d’autrefois

Notre refrain faisait da-dou-di-dou-da …

 

Sport.

2004. Le pilote allemand Michael Schumacher est sacré pour la 7e fois champion du monde à l'issue du Grand Prix automobile de Belgique disputé sur le Circuit de Spa-Francorchamps.

 

Fait divers.

1907 : Le pont de Québec s'effondre durant sa construction : 75 morts.

 

Carnet noir.

1982. Ingrid Bergman rejoint les étoiles.

« J’ai échappé à Hollywood et à Sacha Guitry …

 

1987. Lee Marvin s’en va.

« Je fais seulement des films pour financer ma pêche …

 

2003. Michel Constantin nous quitte.

« Il y a des circonstances où il vaut mieux voir arriver un mauvais Français qu’un bon Allemand …

« Point final.

 

Le mot de la fin est une fois n’est pas coutume d’Ingrid Bergman :

 

« Le bonheur, c'est avoir une bonne santé et une mauvaise mémoire …

 

Bonne journée à tous, * **

 

* « L’Almanach de Matka » (version audio) est disponible sur simple demande en MP contre un peu de tendresse …

 

** Demain nous fêterons la saint « Fiacre ».

Un fiacre, allait, trottinant Cahin, caha, Hu, dia, hop là !

Partager cet article
Repost0
Published by Régis IGLESIAS - dans L'Almanach
24 septembre 2022 6 24 /09 /septembre /2022 12:00
"L'Almanach de Matka : Le 28 Août

"Aujourd’hui, nous sommes le 28 Août et nous fêtons la saint « Augustin ».

 Une pensée particulière pour Augustin Malroux, un homme politique et un résistant français, né le 5 avril 1900 à Blayes-les-Mines et mort en déportation le 10 avril 1945.

 

Pour info, c’est la journée internationale des seins nus.

Ou topless.

 

Un mot de Fernandel : « Le pastis, c’est comme les seins. Un c’est pas assez et trois c’est trop. »

 

Le dicton du jour : « A la saint Augustin, les orages sont près de la fin

 

La réclame du jour : « Veedol, le choix des professionnels depuis plus d’un siècle …

 

Courrier : Sachez que Mamie a reçu le 28 août 1936 une carte postale où on lisait au dos un mot de Jacques Dor : « Ce qui manque le plus à nos vies, c’est l’émerveillement. Rencontrer ceux qui s’émerveillent encore, d’un rien, d’un papillon, de la pluie battante, d’un coquelicot, du chant d’un oiseau. Presque rien. Beaucoup

 

La blague du jour : « Un jour, le Père Noël décide d’aller en Somalie avec ses lutins. Il leur demande :

- Pourquoi ces enfants sont-ils aussi maigres ?

- Parce qu’ils ne mangent pas.

- Attention, celui qui ne finit pas son assiette n’aura pas de cadeaux.

 

Souvenirs du grenier : « Dieu a donné à la femme deux seins parce qu’il a donné à homme deux mains

 

La pensée du jour : « Les hommes qui montrent trop leur intelligence sont comme les femmes qui montrent trop leurs seins …

 

En vrac.

1944 : Libération de Nice.

 

1963. Discours de Martin Luther King.

« I have a dream

 

Carnet rose.

1749. Naissance de Johann Wolfgang Goethe.

« Seul est digne de la vie celui qui chaque jour part pour elle au combat.

 

1940. Philippe Léotard est enfin parmi nous.

Chantons : « T’es plus ma copine,

T'es plus mon amour,

T'es plus présente dans mon avenir,

Y'a déjà plus de passé alors y'aura pas d’toujours.

 

Cinéma.

1953. Rita Hayworth est « Salomé »

.

1959. Sorti dans les salles de « Babette s’en va t’en guerre » avec Bardot.

« - Vous serez fusillée très sévèrement tous les matins ! »

 

1974. Alain Delon et Mireille Darc crèvent l’écran dans « Les seins de glace ».

Clin d’oeil : A la fin du film, Marc (Alain), tout en parlant avec Peggy (Mireille) de leur projet de vivre ensemble en Australie, sort un revolver et l'approche de la nuque de la jeune femme, avant de tirer.

 

Cette scène fait référence à la dernière scène du roman Des souris et des hommes, où Georges, en approchant un revolver de la nuque de Lennie, raconte à son ami leur projet d'acheter une ferme, avant de le tuer.

 

1975. « Histoire d’O » fait polémique.

L’avis de Papi : « Un film magnifique avec de superbes images, une tres belle musique de pierre bachelet et une excellent interprétation de Corine Cléry dans le rôle-titre.

 

1991. Les ados adorent « Point Break ».

« J’ai tellement faim que je boufferais le cul d’une vache enragée.

 

1996. Claude Lelouch présente « Hommes femmes mode d’emploi ».

« Le pire n’est jamais décevant. »

 

2002. « Etre et avoir » fait un carton.

 

Lecture.

1945 : Premier numéro du Clarín.

 

Sport.

1983. Pierre Quinon porte le record du monde du saut à la perche à 5,82 mètres.

 

Fait divers.

Le 28 août 1933, Violette Nozières est arrêtée pour avoir empoisonné ses parents. Son père est décédé, sa mère a survécu. Ce fait divers a passionné la France tant il semblait incarner les dérives d'une société trop permissive…

 

Carnet noir.

1970. Théo Sarapo nous abandonne.

« A quoi ça sert d’aimer ?

 

2005. Jacques Dufilho n’est plus.

Le saviez-vous ? Il y a une rue Jacques Dufilho à Oloron-Sainte-Marie.

 

2017. Mireille Darc s’en va.

« C'est aussi une sorte de conte de fées, que de renaître à la vie.

 

Le mot de la fin est une fois n’est pas coutume d’Albert Camus :

 

« Crois-moi, il n’y a pas de grande douleur, pas de grands repentirs, de grands souvenirs. Tout s’oublie même les grands amours. C’est ce qu’il y a de triste et d’exaltant à la fois dans la vie. Il y a seulement une certaine façon de voir les choses et elle surgit de temps en temps. C’est pour ça qu’il est bon quand même d’avoir eu un grand amour, une passion malheureuse dans sa vie. Ça fait du moins un alibi pour les désespoirs sans raison sont nous sommes accablés

 

Bonne journée à tous, * **

 

* « L’Almanach de Matka » (version audio) est disponible sur simple demande en MP contre quelques douleurs 

 

** Demain nous fêterons la saint « Sabine ».

My, my.

Partager cet article
Repost0
Published by Régis IGLESIAS - dans L'Almanach

Livre d'or

Première affiche

 

  "MA MAMIE M'A DIT"  

Spectacle nostalgique 

 

"On nous avait promis la magie, promesse tenue : un spectacle plein de féérie de souvenirs où chacun se retrouvait. Une belle énergie. Les résidents ont adoré. Merci." Marie ("La Clairière de Luci" - Bordeaux)
 
"Formidable ! Nous sommes tous remontés dans le temps, nous avons vingt ans, on a ri, on a presque pleuré et surtout on a chanté. Merci." Cathy (Arles)
 
"Un véritable petit chef d'oeuvre" ; "La légion d'honneur pour la créativité" "Un véritable artiste" ; "Après-midi formidable" ; "Absolument parfait" ; "Une rétrospective originale" ; "Un très bon moment d'évasion". Propos recueillis à la résidence Emera d'Angoulême  
 
"Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux... C'était magnifique. Nous avons revu toute notre jeunesse et notre enfance. Et c'est beau de redevenir jeune dans l'ambiance d'autrefois." Aimée et Janine
 
"Les chansons, les réclames et les anecdotes ont transporté les résidents dans leur enfance. Une après-midi de nostalgie mais aussi de chansons et de rires. Merci encore pour ce magnifique spectacle." Sandrine
 
"Spectacle complet, tellement agréable et thérapeutique pour nos personnes âgées, encore félicitations !" Docteur Souque
 
"Un choix extraordinaire de chansons, des moments magiques, des photos magnifiques, vous nous avez mis de la joie dans le coeur. Et retrouver sa jeunesse avec tous ces souvenirs, ça fait plaisir et j'espère que vous reviendrez nous voir." Mme Lorenzi (Juan-Les-Pins)
 
"Pour ma fête, par un pur hasard je me suis retrouvé dans un club de personnes âgées où j'ai pu assister à votre spectacle sur le passé. Cela m'a rappelé mes grands-parents et mes parents et c'était vraiment un moment magique." Josette, La Roque d'Antheron
 
"Bravo bravo bravo Regis, c'est le meilleur spectacle que j'ai vu depuis que je fais le métier d'animatrice." Bénédicte La Salette-Montval (Marseille)
 
"Je n'imaginais pas lorsque je vous ai accordé un rendez-vous que vous enchanteriez pendant 1 h 1/4 les personnes âgées d'une telle façon. Merci pour votre prestation qui a fait revivre les moments publicitaires, évènementiels et musicaux de leurs vies." Michelle, CCAS de Toulouse
 
"Un super voyage dans le temps pour le plus grand plaisir des résidents. Merci à Régis pour cette magie et à bientôt." Brigitte (Lunel)
 
"Enfin un retour à notre "époque". Quel bonheur, que de souvenirs, quelle belle époque ou l'amitié était de mise. Merci pour cette très belle après-midi, on s'est régalé avec ce très très beau spectacle". Danielle (Mirandol)
 
"Super - divinement bien -  tout le monde était enchanté même que M. Benaben a dit : "Vous nous avez donné l'envie de revivre notre vie"." Sylvie (Sainte Barthe)
 
"Un grand merci pour ce bon moment et je crois, je suis sûre, qu'il a été partagé par mon mari." Mme Delbreil
 
"Une féérie de l'instant." Christian
 
"Beaucoup d'émotion dans ce spectacle plein de chaleur et d'humanité." Sylvie
 
"Une soirée inoubliable. Continuez à nous émerveiller et faites un long chemin." Claude
 
"Le meilleur spectacle que j'ai jamais vu. De loin." Tonton Kiko
 
"C'est bien simple, je n'ai plus de Rimmel !" Claudine (seconde femme de Tonton Kiko)
 
"A ma grande surprise, j'ai versé ma larme. Tu as atteint mon coeur. Bravo pour ces sentiments, ces émotions fortes, j'ai eu des frissons par moment." Ta couse Céline
 
"Redge, encore un bon moment passé en ta présence. On était venu plus pour toi que pour le spectacle, mais quelle agréable surprise ! On est fier de toi, continues d'oser, de vivre !" Pascale
 
"J'avais froid, un peu hagard, l'humeur moribonde et puis voilà, il y a toi avec toute ta générosité, l'intérêt, l'affection que tu as toujours su apporter aux autres, à moi aussi et Dieu sait si tu m'as rendu la vie belle depuis qu'on se connaît comme tu as su le faire une fois de plus." Jérôme
 
"Ce spectacle est nul à chier et je pèse mes mots." Gérard
 
memoria.viva@live.fr

Ma Mamie m'a dit...

Madka Regis 3-copie-1

 

COLLECTION "COMEDIE"

Mamie est sur Tweeter

Mamie n'a jamais été Zlatanée !

Mamie doit travailler plus pour gagner plus

Mamie, tu l'aimes ou tu la quittes

"Casse-toi pauvre Régis !"

Papi a été pris pour un Rom

Mamie est sur Facebook

Papi est sur Meetic

Il y a quelqu'un dans le ventre de Mamie

Mamie n'a pas la grippe A

La petite maison close dans la prairie

 

COLLECTION "THRILLER"

Landru a invité Mamie à la campagne...

Sacco et Vanzetti

Mamie a rendez-vous chez le docteur Petiot

La Gestapo française

Hiroshima

 

COLLECTION "SAGA"

Les Windsor

Mamie et les cigares du pharaon

Champollion, l'homme qui fit parler l'Egypte

Mamie à Tombouctou

 

COLLECTION "LES CHOSES DE MAMIE"

Mamie boit dans un verre Duralex

Le cadeau Bonux

Le bol de chocolat chaud

Super Cocotte

Mamie ne mange que des cachous Lajaunie

 

COLLECTION "COUP DE COEUR"

Mamie la gauloise

Mamie roule en DS

Mamie ne rate jamais un apéro

Mamie et le trésor de Rackham le Rouge

 

COLLECTION "DECOUVERTE"

Mamie va au bal

La fête de la Rosière

Mamie au music-hall

Mamie au Salon de l'auto

 

COLLECTION "SUR LA ROUTE DE MAMIE"

Quand Papi rencontre Mamie

Un Papi et une Mamie

Mamie fait de la résistance

Mamie au cimetière

24 heures dans la vie de Mamie

 

COLLECTION "MAMIE EXPLORE LE TEMPS"

Jaurès

Mamie embarque sur le Potemkine

Mamie et les poilus

Auschwitz

 

COLLECTION "FRISSONS"

Le regard de Guynemer

Mr et Mme Blériot

Lindbergh décroche la timbale

Nobile prend des risques

 

COLLECTION "MAMIE EN BALLADE"

Mamie chez les Bretons

Mamie voulait revoir sa Normandie !

La fouace Normande

La campagne, ça vous gagne...

Mamie à la salle des fêtes

Launaguet

La semaine bleue

Le monastère

 

COLLECTION "MAMIE AU TEMPS DES COURTISANES"

Lola Montès

Les lorettes

Mme M.

Napoléon III

Plonplon

La marquise de Païva

Mme de Pompadour

Générique de fin