Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 17:09

CP-2-La-Roque-d-Antheron.jpg"La Mecque du Piano.

 

 La Roque d'Antheron est une bourgade située à cinq heures de Carmaux (en roulant bien). C'est là qu'on a retrouvé Bernard (le cousin germain de Mamie) qui n'était pas dans son assiette pour la simple - et bonne raison - qu'il avait rêvé de Fourchette.

 Qui est Fourchette ?


 Ce n'est pas un surnom, elle s'appelle réellement Fourchette. Lucette Fourchette. Mais on ne l'appelle que Fourchette.

 Evidemment, si elle s'était appelé Dupont, on l'appellerai Lucette. Je ne sais pas si je me fais bien comprendre. Diabolique malveillance de la condition humaine. 

 En tout cas, Bernard nous a affirmé - il était sûr et archi-sûr ! -, qu'il n'avait jusqu'à présent jamais rêvé d'elle. C'est comme ça, certaines femmes se prêtent au rêve, d'autres pas. 

 Elle, pas du tout.

 Son nom y est pour beaucoup. Comment rêver à une fille qui s'appelle Fourchette ? L'inconscient a peur du ridicule. Dès qu'il sait qu'il y a du comique quelque part, il bloque : pas de rêves avec Fourchette.

 Et puis il faut appeler un chat un chat, si Rita Hayworth s'était appelée Lucette Fourchette, pas sûr qu'elle ait fait du cinéma.

 Serveuse, peut-être.

 Fourchette, ça fait restauration, les routiers se seraient marrés : "Hé fourchette, t'as oublié les cuillères."


 Donc, Fourchette cette nuit a réapparu dans un rêve de Bernard. Cinquante ans après, plus même. Pourquoi ? On l'écoute religieusement :

"Elle fait partie du régiment de mes conquêtes. Régiment réduit : elles furent six. Par ordre chronologique, elle fut la quatrième. Ou la cinquième. Aucune importance. Seulement voilà, lors du spectacle je me suis souvenu d'une conversation - à couteaux tirés ! - que j'avais eu avec Fourchette. Je me suis aussi souvenu d'une particularité : au lit, Fourchette riait."

 Dit comme ça, ça semble assez sympathique ; pourtant un demi-siècle plus tard, Bernard en demeurait horripilé.

 Sans doute Fourchette avait construit un système de défense contre le sentiment et sa barricade, c'était la rigolade. Au moment où toutes, plus ou moins, s'alanguissaient, elle, elle pouffait !

 Pauvre Bernard. Il faisait l'amoureux, l'empressé, le tendre, il minaudait en caressant Fourchette avec de doucereux baisers espérant un frisson, quelques soupirs, une accélération du souffle, pas du tout.

 Elle s'esclaffait.

 Plus que tout, plus que ses gondolements et ses éclats de rire, il nous a avoué qu'une chose le glaçait, elle l'appelait Kiquette.

  Pas lui évidemment mais sa  quéquette. On peut comprendre son désarroi. Déjà "quéquette" c'est pas terrible mais "kiquette", c'est pire, c'est un summun.

 Bernard nous a même confié - dans la foulée - qu'il était arrivé à Fourchette - lorsqu'elle se trouvait au comble de sa forme -, de poser des questions telles que : "Et où elle est Kiquette ?"

 

 Il en a même rajouté une couche en certifiant - pour l'avoir vécu -, qu'il était extrêmement humiliant d'avoir à répondre : "Elle est là", ce qui n'est pas en soi une information surprenante, étant donné que la plupart des hommes l'ont placée au même endroit.

 Ce n'est qu'ensuite que Bernard a précisé que Fourchette corsait l'affaire en demandant d'un ton jovial au moment de l'introduction : "Et où elle va Kiquette ?"

 Lui-même avait toujours pensé qu'il n'était guère besoin de l'annoncer et qu'en général, les dames s'en aperçoivent toutes seules.

 Pas Fourchette. 

 On a alors su qu'immuablement, lorsque Kiquette avait pénétré le sanctuaire - ou sangtuaire selon les périodes -, Fourchette proférait, avec un grand et rigolard sourire : "Bonjour Kiquette !"

 Affreux.

 Foutu pour foutu, Bernard nous a alors avoué qu'il s'était souvenu - pendant le spectacle - d'un après-midi où, porté par le désir, il avait dû battre des records de vitesse éjaculatoire. Ni une, ni deux, Fourchette avait alors articulé : "Elle a pris l'Express, Kiquette."

 Difficile de s'en remettre.

 On peut comprendre Bernard quand il nous affirme qu'après cet épisode, il n'avait plus un bon coup de Fourchette. Il y en a qui se sont suicidés pour moins que ça, après tout.

 Enfin, on a même senti un regret quand Bernard nous a dit qu'il n'avait jamais réussi à posséder Fourchette en Levrette. Elle n'était tout simplement pas à prendre par le dos de la cuillère, voilà tout.


 Pourtant, en partant, Bernard a lancé cette phrase lapidaire :

- Je me souviens d'un jour où j'étais seul sur le plage - les yeux dans l'eau - et où mon rêve était trop beau. C'était en 1942 et c'est cet été-là que Fourchette est partie à cent mille lieux de moi. Comment oublier son sourire. Et tellement de souvenirs...

Partager cet article
Repost0
Published by Régis IGLESIAS - dans Le Tour de Gaule

Livre d'or

Première affiche

 

  "MA MAMIE M'A DIT"  

Spectacle nostalgique 

 

"On nous avait promis la magie, promesse tenue : un spectacle plein de féérie de souvenirs où chacun se retrouvait. Une belle énergie. Les résidents ont adoré. Merci." Marie ("La Clairière de Luci" - Bordeaux)
 
"Formidable ! Nous sommes tous remontés dans le temps, nous avons vingt ans, on a ri, on a presque pleuré et surtout on a chanté. Merci." Cathy (Arles)
 
"Un véritable petit chef d'oeuvre" ; "La légion d'honneur pour la créativité" "Un véritable artiste" ; "Après-midi formidable" ; "Absolument parfait" ; "Une rétrospective originale" ; "Un très bon moment d'évasion". Propos recueillis à la résidence Emera d'Angoulême  
 
"Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux... C'était magnifique. Nous avons revu toute notre jeunesse et notre enfance. Et c'est beau de redevenir jeune dans l'ambiance d'autrefois." Aimée et Janine
 
"Les chansons, les réclames et les anecdotes ont transporté les résidents dans leur enfance. Une après-midi de nostalgie mais aussi de chansons et de rires. Merci encore pour ce magnifique spectacle." Sandrine
 
"Spectacle complet, tellement agréable et thérapeutique pour nos personnes âgées, encore félicitations !" Docteur Souque
 
"Un choix extraordinaire de chansons, des moments magiques, des photos magnifiques, vous nous avez mis de la joie dans le coeur. Et retrouver sa jeunesse avec tous ces souvenirs, ça fait plaisir et j'espère que vous reviendrez nous voir." Mme Lorenzi (Juan-Les-Pins)
 
"Pour ma fête, par un pur hasard je me suis retrouvé dans un club de personnes âgées où j'ai pu assister à votre spectacle sur le passé. Cela m'a rappelé mes grands-parents et mes parents et c'était vraiment un moment magique." Josette, La Roque d'Antheron
 
"Bravo bravo bravo Regis, c'est le meilleur spectacle que j'ai vu depuis que je fais le métier d'animatrice." Bénédicte La Salette-Montval (Marseille)
 
"Je n'imaginais pas lorsque je vous ai accordé un rendez-vous que vous enchanteriez pendant 1 h 1/4 les personnes âgées d'une telle façon. Merci pour votre prestation qui a fait revivre les moments publicitaires, évènementiels et musicaux de leurs vies." Michelle, CCAS de Toulouse
 
"Un super voyage dans le temps pour le plus grand plaisir des résidents. Merci à Régis pour cette magie et à bientôt." Brigitte (Lunel)
 
"Enfin un retour à notre "époque". Quel bonheur, que de souvenirs, quelle belle époque ou l'amitié était de mise. Merci pour cette très belle après-midi, on s'est régalé avec ce très très beau spectacle". Danielle (Mirandol)
 
"Super - divinement bien -  tout le monde était enchanté même que M. Benaben a dit : "Vous nous avez donné l'envie de revivre notre vie"." Sylvie (Sainte Barthe)
 
"Un grand merci pour ce bon moment et je crois, je suis sûre, qu'il a été partagé par mon mari." Mme Delbreil
 
"Une féérie de l'instant." Christian
 
"Beaucoup d'émotion dans ce spectacle plein de chaleur et d'humanité." Sylvie
 
"Une soirée inoubliable. Continuez à nous émerveiller et faites un long chemin." Claude
 
"Le meilleur spectacle que j'ai jamais vu. De loin." Tonton Kiko
 
"C'est bien simple, je n'ai plus de Rimmel !" Claudine (seconde femme de Tonton Kiko)
 
"A ma grande surprise, j'ai versé ma larme. Tu as atteint mon coeur. Bravo pour ces sentiments, ces émotions fortes, j'ai eu des frissons par moment." Ta couse Céline
 
"Redge, encore un bon moment passé en ta présence. On était venu plus pour toi que pour le spectacle, mais quelle agréable surprise ! On est fier de toi, continues d'oser, de vivre !" Pascale
 
"J'avais froid, un peu hagard, l'humeur moribonde et puis voilà, il y a toi avec toute ta générosité, l'intérêt, l'affection que tu as toujours su apporter aux autres, à moi aussi et Dieu sait si tu m'as rendu la vie belle depuis qu'on se connaît comme tu as su le faire une fois de plus." Jérôme
 
"Ce spectacle est nul à chier et je pèse mes mots." Gérard
 
memoria.viva@live.fr

Ma Mamie m'a dit...

Madka Regis 3-copie-1

 

COLLECTION "COMEDIE"

Mamie est sur Tweeter

Mamie n'a jamais été Zlatanée !

Mamie doit travailler plus pour gagner plus

Mamie, tu l'aimes ou tu la quittes

"Casse-toi pauvre Régis !"

Papi a été pris pour un Rom

Mamie est sur Facebook

Papi est sur Meetic

Il y a quelqu'un dans le ventre de Mamie

Mamie n'a pas la grippe A

La petite maison close dans la prairie

 

COLLECTION "THRILLER"

Landru a invité Mamie à la campagne...

Sacco et Vanzetti

Mamie a rendez-vous chez le docteur Petiot

La Gestapo française

Hiroshima

 

COLLECTION "SAGA"

Les Windsor

Mamie et les cigares du pharaon

Champollion, l'homme qui fit parler l'Egypte

Mamie à Tombouctou

 

COLLECTION "LES CHOSES DE MAMIE"

Mamie boit dans un verre Duralex

Le cadeau Bonux

Le bol de chocolat chaud

Super Cocotte

Mamie ne mange que des cachous Lajaunie

 

COLLECTION "COUP DE COEUR"

Mamie la gauloise

Mamie roule en DS

Mamie ne rate jamais un apéro

Mamie et le trésor de Rackham le Rouge

 

COLLECTION "DECOUVERTE"

Mamie va au bal

La fête de la Rosière

Mamie au music-hall

Mamie au Salon de l'auto

 

COLLECTION "SUR LA ROUTE DE MAMIE"

Quand Papi rencontre Mamie

Un Papi et une Mamie

Mamie fait de la résistance

Mamie au cimetière

24 heures dans la vie de Mamie

 

COLLECTION "MAMIE EXPLORE LE TEMPS"

Jaurès

Mamie embarque sur le Potemkine

Mamie et les poilus

Auschwitz

 

COLLECTION "FRISSONS"

Le regard de Guynemer

Mr et Mme Blériot

Lindbergh décroche la timbale

Nobile prend des risques

 

COLLECTION "MAMIE EN BALLADE"

Mamie chez les Bretons

Mamie voulait revoir sa Normandie !

La fouace Normande

La campagne, ça vous gagne...

Mamie à la salle des fêtes

Launaguet

La semaine bleue

Le monastère

 

COLLECTION "MAMIE AU TEMPS DES COURTISANES"

Lola Montès

Les lorettes

Mme M.

Napoléon III

Plonplon

La marquise de Païva

Mme de Pompadour

Générique de fin