Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 15:15

Poulbot"Le chéri de ces dames.

 

 Maurice décline de jour en jour. Il rompt avec Jane Myro et se console dans les bras d'Yvonne. Ensemble, ils chantent Dites-moi M'sieur Chevalier.

 

 "Dites, Monsieur Chevalier

Oh ! Monsieur Chevalier

Pourquoi donc, lorsqu'un jeune homme se marie

Ne le laisse-t-on pas dormir

Avec l'objet de ses désirs

 

 Avant de prononcer le oui à la mairie ? Mais c'est une autre chanson qui va l'envoyer dans les hautes sphères du vedettariat. Il la chantera toujours avec le même entrain jusqu'à la fin de sa vie, devant les demandes répétées du public du monde entier.

 

 "Elle avait de tout petits petons

Valentine, Valentine

Elle avait de tout petits tétons

Que je tâtais à tâtons

Ton, ton tontaine...

 

 Après Paris, après Londres, Maurice Chevalier s'attaque à New-York pour prendre le pouls de cette Amérique que tout le monde rêvait d'imiter. Il y avait rencontré une jeune et magnifique danseuse aux grands yeux noirs et au sourire éclatant... Joséphine Baker.

 Cette scandaleuse Revue Nègre débarque à Paris avec Joséphine qui danse le charleston et le black bottom quasi nue sur scène.

 Chevalier chante alors :

 

 "Paris je t'aime, je t'aime, je t'aime

Avec ivresse,

Comme une maîtresse !

Tu m'oublieras bien vite et pourtant

Mon coeur est tout chaviré en te quittant !

Paris je t'aime, oui, d'amour !

 Il retrouve alors son amante Jeanette MacDonald pour trois films, dont La Veuve Joyeuse sera l'apothéose, ce qui ne l'empêche nullement de s'étourdir dans les bras de jeunes et jolies brunes délurées aux yeux bleus comme les starlettes Muriel Fergusson ou encore Toby Wing. Et puis, il y a Marlène.

 La sublime Marlène Dietrich.

 

 Normal après tout que Maurice ait été attiré par la magie de cette femme électrique, provocante et fascinante qui, quelques années plus tard, va défier le fascisme avec un courage rarement égalé.

 Celle qu'Hitler rêvait d'avoir pour maîtresse dira après la guerre : "J'ai refusé. Peut-être aurait-il fallu accepter, peut-être aurais-je sauvé la vie de six millions de juifs."

Nous sommes en 1935. La TSF remplace l'antique poste à galène et envahit en masse les foyers avec la naissance de nouvelles stations de radio. Radio Paris et Radio Cité diffusent les premiers succès d'un jeune Corse,  Tino Rossi.

 C'est aussi l'arrivée des disques 78 tours qui permettent à Jean Sablon et Marie Dubas, la reine du Music-Hall de percer de percer dans les premiers récitals sans micro !

 On entend égalementde plus en plus le charme épicé de Mireille, qui modernise la chanson française en mettant en musique des chansons spirituelles de son complice Jean Nohain.

 Un jour de l'été 35, alors qu'elle cherche la musique de la chanson générique d'un film, sur des paroles incongrues de Jean, "Quand un vicomte rencontre un autre vicomte", elle est au restaurant à Cannes, au Carlton, avec une de ses amis qui fredonne l'air en cours de composition.

 Maurice est assis à la table voisine et tend l'oreille. Vous connaissez la suite.

 La suite ? 30 septembre 1935, devant le Tout-Paris enthousiaste, la chanson connaît un immense succès.

 

 "Quand un vicomte

Rencontre un autre vicomte,

Qu'est-ce qu'ils se racontent ?

Des histoires de vicomtes...

 

 Dans la foulée, il continue de conforter son immense succès avec de nouvelles chansons : Donnez-moi la main et, surtout, son inoubliable Prosper qui fera le tour du monde.

 

 "Prosper yop la boum

C'est le chéri de ces dames

Prosper yop la boum

C'est le roi du macadam.

 

 Pendant ce temps, le front Populaire commence à s'effriter. malgré l'arrivée en fanfare des premeirs congés payés et de la semaine à quarante heures, les mouvements sociaux se poursuivent. De nombreux artistes , comme Mistinguett, vont chanter dans les usines en grève pour soutenir les travailleurs.

 L'europe est en pleine effervescence. Pendant que l'exposition universelle ouvre ses portes à Paris, les bombardiers allemands et italiens détruisent Guernica, afin de soutenir Franco.

 Cet évènement va inspirer à Picasso un de ses plus majestueux chefs-d'oeuvre, une toile gigantesque qu'il peindra en quelques jours. En Italie, le fascisme domine aussi, tandis que la nazisme tisse sa toile en Allemagne. Une odeur de poudre flotte au-dessus des Européens.

 Maurice a cinquante ans., il crée au Casino de Paris dans la revue Paris en joie la chanson...

 

 "Y'a de la joie !

Bonjour, bonjour les hirondelles

Y'a de la joie !

Dans le ciel par-dessus les toits

Y'a de la joie !

Et du soleil dans les ruelles

Y'a de la joie !

Partout, y'a de la joie !

 

 Charles Trenet écrit la même année quelques belles chansons, tout aussi entraînantes, aux refrains jazzy : Je chante, Fleur bleue, J'ai ta main et bien d'autres.

 

 Octobre 1938. Daladier, Mussolini, Chamberlain et Hitler signent les accords de Munich. Après l'Anschluss du début d'année, et juste avant la Nuit de Cristal, on sent bien que ça sent le sapin et que l'aboyeur fou de Berlin est en train de rétablir la puissance allemande au coeur de l'Europe. Six mois plus tard, il entrera en force en Tchécoslovaquie, puis en Pologne.

 Maurice, qui avoue ne rien comprendre à la politique crée une chanson dans la revue Amour de Paris, qui sera reprise par Amont, Nougaro, Guichard et Bruel. Mais qui peut bien être cette amante exceptionnelle qui détrône Marlène Dietrich ?

 "Ah si vous connaissiez ma poule,

Vous en perdriez tous la boule

Marlène et Darrieux

N'arrivent qu'en deux

La Greta Garbo

Peut même retirer son chapeau !

 

 Il s'agit de la danseuse Nita Raya.

 Elle est à la fois sa maîtresse, sa secrétaire particulière, son agent. L'entourage de Maurice l'adore. Le couple reçoit beaucoup. Nita, la belle Roumaine, brille dans les étoiles de la vie parisienne.

 Elle tourne avec Abel Gance, Marcel L'herbier, joue la Loulette de Fernandel dans Ignace et sa Lili dans Les Rois du sport, avant de donner la réplique à Paulette Dubost dans Bécassine.

 Dans le même temps, le Corse à la voix de velours Tino Rossi fait se pâmer des millions d'auditrices. Lucienne Boyer devient la reine des ondes avec Parlez-moi d'amour et Léo Marjane fait ses premiers pas dans La Chapelle au clair de lune.

 Mais le roi incontesté reste Chevalier, qui entonne Ma Pomme.

 

 "Ma pomme, c'est moi

Je suis plus heureux qu'un roi

Je ne me fais jamais de mousse

En douce, je me pousse

Les hommes, je le crois

Se font du soucis, pourquoi ?

Car pour être heureux comme

Ma pomme

Il suffit d'être en somme

Aussi peinard que moi.

 

 Mais l'orage gronde, le bonheur sera de courte durée, car les Allemands envahissent la Pologne. L'entrée en guerre de la France et de l'Angleterre est inévitable.

 Voilà le Maréchal.

  Septembre 1939. Cinq millions de Français sont mobilisés. Les hommes sont arrachés à leur famille, laissant des femmes, des mères, des soeurs désemparées. Leurs beaux rêves s'effondrent. Le déclenchement de la guerre a naturellement des répercussions sur la variété française qui encourage nos soldats.

 Mais les Parisiens imaginent une guerre éclair, comme l'affirme Ray Ventura dans sa chanson entraînante On ira pendre notre linge sur la ligne Siegfried.

 Dans un Paris sans lumières, les habitants mettent les masques à gaz dès que les sirènes sonnent l'alerte et se précipitent dans les abris, attendant les bombes meurtrières.

 Puis Paris survit, organise la défense passive et les affaires reprennent. Maurice revient au Casino de Paris avec Paris sera toujours Paris, une chanson relativement optimiste, reflet d'une actualité de restriction qui s'opère dans la bonne humeur.

 

 "Pour qu'à ce bruit chacun s'entraîne

On peut la nuit jouer d'la sirène

Nous contraindre à faire le zouave

En pyjama dans notre cave

On aura beau par des oukases

Nous couper l'veau et même le jazz

Nous imposer le masque à gaz

Des mots croisés à quatre cases

Nous obliger dans nos demeures

A nous coucher tous à onze heures.

Paris sera toujours Paris !

La plus belle ville du monde.

 

 Maurice interpelle le chef de l'armée française, le général Gamelin, dans une autre chanson Mimile, qui évoque le départ au front d'un de ses amis, un gars de Ménilmontant.

 

 "C'est un gars d'Ménilmontant

Un vrai p'tit Parigot, un gavroche

Un titi, un marrant, Mimile

Il est au front maintenant

Il a l'moral et comment

Faut-il un volontaire ?

Qui donc se présente immédiatement ?

Mimile, c'est l'as du régiment.

 

 Il interprète aussi Une brune, une blonde, chanson de route pour les valeureux soldats qui partent au front, le courage en bandoulière. Et puis, il y a surtout...

 

 "Et tout ça, ça fait

D'excellents Français

D'excellents soldats

Qui marchent au pas

En pensant que la République

C'est encore le meilleur régime ici-bas.

 

 Quelques semaines plus tard, participant à l'effort de guerre, Maurice offre sa vieille Packard, devant les caméras de Pathé, pour la récupération des métaux.

  Pendant ce temps, Tino Rossi, délaissant provisoirement les tangos et les sérénades, chante un hymne à la gloire de l'aviation française, Sur les ailes de France, tandis que Léo Marjane entonne fièrement, de sa voix chaude et envoûtante, une nouvelle version du classique refrain britannique It's along way to Tipperary.

 A l'arrière, la drôle de guerre s'est installée lors du rude hiver 39-40. En décembre 1939, les Français sont invités à moins consommer, les prix grimpent.

 Les radios diffusent des chansons patriotiques.

 On écoute Radio Paris, la station vedette de la radiodiffusion nationale, et surtout Radio Cité, la plus populaire en France.

 Mais la peur bientôt s'installe dans les foyers, alimentée par la propagande allemande menée par un Français, Paul Ferdonnet, qui déverse sa haine sur les ondes.

 Les femmes sont présentes aussi. Lucienne Boyer encourage les valeureux soldats en chantant de sa voix langoureuse Mon p'tit kaki.

L'absence des maris mobilisés, retenus au front par un hiver interminable, se fait lancinante et devient un thème récurrent. Edith Piaf les fait patienter en chantant L'accordéoniste. La brune Rina Ketty susurre Nuits sans toi, la Belge Elyane Célis évoque cette cruelle absence avec Un jour sans toi, tandis que Lys Gauty chante Loin de toi.

 Puis arrive ce mois de mai 1940. Tout se passe très vite. Après une guerre de lenteur et d'usure des nerfs, l'ouragan venant du nord s'abat brutalement. Les troupes du Reich font une guerre éclair et foncent vers la capitale.

 Les loups entrent dans Paris.

 

 Les radios reprennent leurs émissions le 5 juillet, après dix jours de black-out total. mais tout a changé.

 Seules deux stations subsistent : la radio nationale, animée par le nouveau régime, qui émet depuis le casino de Vichy, et Radio Paris, dirigée par les Allemands, émettant en Français qui s'installe dans les anciens studios du Poste Parisien sur les Champs Elysées.

 Cependant, les Français peuvent écouter les voix de la France Libre et de la Radiodiffusion nationale française sur la BBC, tel Maurice Schuman qui présente l'émission Honneur et Patrie tous les jours à partir du 18 juillet.

 La France meurtrie se réchauffe autant que faire se peut à coup de chansons sentimentaless.

 La drogue s'appelle Douce France ou Que reste-t-il de nos amours de Trenet. Mais aussi, Ca sent si bon la France de Chevalier, où l'on évoque la nostalgie du terroir paisible, du temps qui s'écoule lentement, du passé si calme.

 

 "Le long des rues ces refrains de chez nous,

Ca sent si bon la France

 

 La mélancolie se conjugue avec la tendresse. Tout le monde souffre : les familles déchirées, les couples séparés. Le charmeur à voix chaude et généreuse André Claveau pousse la romance J'ai pleuré sur tes pas. Ce prince de la chanson susurre aussi Marjolaine et Domino.

 Et pour faire pleurer dans les chaumières, Léo Marjane assène Seule ce soir, évoquant les deux millions de prisonniers et la solitude des femmes restées à les attendre, en qui se reconnaissent des centaines de milliers de Françaises.

 

 "Je suis seule ce soir

Avec ma peine

 

 Depuis le mois de mars 1940, un système de rationnement a été mis en place pour les produits de base : pain, viande, pâtes, sucre.

 Les chansonniers ne sont pas en reste pour conter le délicat quotidien de nos compatriotes.

 Georgius explique comment les dames font des provisions pour les moments difficiles à venir dans Elle a un stock, ou de quelle manière, faute d'essence, on troque l'automobile contre un deux roues dans En vélo.

 Fernandel fait sensation sur les ondes dans Les jours sans, expression qui va se populariser par la suite au point de devenir une expression courante.
 Mais ce qui marque le plus les esprits reste les chaussures, qui demeure souvent le dernier moyen de déplacement. Alibert révèle dans Elle avait des semelles de bois que, pour les faire durer, on les consolide avec ce que l'on a sous la main.

 Même Maurice Chevalier s'y colle :

 

 "J'aime le tap tap des semelles en bois

Ca me rend gai, ça me rend tout je ne sais quoi

Lorsque j'entends ce rythme si bon

Dans mon coeur vient comme une chanson.

 

 Puis vient Notre espoir...


"Un poète aurait trouvé les mots qu'il faut.

 Qui aurait rimé ses voeux d'espérance

 Moi mon espoir c'est qu'le ciel redevienne beau.


 Fin novembre, il laisse la place au Casino de Paris à son amour de toujours, l'exquise et gracieuse Mistinguett, qui malgré ses soixante-six ans, lève toujours allègrement ses belles jambes et lance une nouvelle revue, Toujours Paris avec sa chanson phare La tour Eiffel est toujours là, une marche bien enlevée pour cette vision nostalgique.

 

 "Paris, mon Paris, t'as changé de physionomie

tes rues sont calmes et tes taxis

Sont à la retraite

 

La guerre prend ensuite une autre tournure quand le Japon attaque les Etats-Unis. Puis l'hebdo american Life publie en couverture une black list d'une quarantaine d'individus considérés comme traîtres, auteurs de crimes considérables, qui devront être jugés et exécutés après la Libération.

 Parmi ces condamnés à mort figurent Marcel Pagnol, Sacha Guitry, Georges Carpentier, André Derain, Mistinguett - tête de liste - et Maurice Chevalier - le dernier de la liste -, aux côtés de Céline, Marcel Déat et Pierre Laval.

 Guitry aura ce mot : "Quand on s'appelle Life, c'est tout de même curieux de réclamer la mort."

 Ensuite, c'est le débarquement des Alliés en Afrique du Nord. C'est le premier tournant de la seconde guerre mondiale, après les victoires britannique d'El-Alamein et soviétique de Stalingrad. sur le front de l'Est.

 Les Allemands envahissent la zone libre. la zone "nono" a disparu. La presse collaborationniste trouve une phrase digne d'un chansonnier pour annoncer la nouvelle : "Hitler ordonne à ses troupes d'assurer la protection de la côte méditerranéenne et de la Corse."

 Quelle délicatesse !


 Les souvenirs de Maurice Chevalier : Tome 1 ; Tome 2 ; Tome 3

Partager cet article
Repost0
Published by Régis IGLESIAS - dans Les souvenirs de ...

Livre d'or

Première affiche

 

  "MA MAMIE M'A DIT"  

Spectacle nostalgique 

 

"On nous avait promis la magie, promesse tenue : un spectacle plein de féérie de souvenirs où chacun se retrouvait. Une belle énergie. Les résidents ont adoré. Merci." Marie ("La Clairière de Luci" - Bordeaux)
 
"Formidable ! Nous sommes tous remontés dans le temps, nous avons vingt ans, on a ri, on a presque pleuré et surtout on a chanté. Merci." Cathy (Arles)
 
"Un véritable petit chef d'oeuvre" ; "La légion d'honneur pour la créativité" "Un véritable artiste" ; "Après-midi formidable" ; "Absolument parfait" ; "Une rétrospective originale" ; "Un très bon moment d'évasion". Propos recueillis à la résidence Emera d'Angoulême  
 
"Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux... C'était magnifique. Nous avons revu toute notre jeunesse et notre enfance. Et c'est beau de redevenir jeune dans l'ambiance d'autrefois." Aimée et Janine
 
"Les chansons, les réclames et les anecdotes ont transporté les résidents dans leur enfance. Une après-midi de nostalgie mais aussi de chansons et de rires. Merci encore pour ce magnifique spectacle." Sandrine
 
"Spectacle complet, tellement agréable et thérapeutique pour nos personnes âgées, encore félicitations !" Docteur Souque
 
"Un choix extraordinaire de chansons, des moments magiques, des photos magnifiques, vous nous avez mis de la joie dans le coeur. Et retrouver sa jeunesse avec tous ces souvenirs, ça fait plaisir et j'espère que vous reviendrez nous voir." Mme Lorenzi (Juan-Les-Pins)
 
"Pour ma fête, par un pur hasard je me suis retrouvé dans un club de personnes âgées où j'ai pu assister à votre spectacle sur le passé. Cela m'a rappelé mes grands-parents et mes parents et c'était vraiment un moment magique." Josette, La Roque d'Antheron
 
"Bravo bravo bravo Regis, c'est le meilleur spectacle que j'ai vu depuis que je fais le métier d'animatrice." Bénédicte La Salette-Montval (Marseille)
 
"Je n'imaginais pas lorsque je vous ai accordé un rendez-vous que vous enchanteriez pendant 1 h 1/4 les personnes âgées d'une telle façon. Merci pour votre prestation qui a fait revivre les moments publicitaires, évènementiels et musicaux de leurs vies." Michelle, CCAS de Toulouse
 
"Un super voyage dans le temps pour le plus grand plaisir des résidents. Merci à Régis pour cette magie et à bientôt." Brigitte (Lunel)
 
"Enfin un retour à notre "époque". Quel bonheur, que de souvenirs, quelle belle époque ou l'amitié était de mise. Merci pour cette très belle après-midi, on s'est régalé avec ce très très beau spectacle". Danielle (Mirandol)
 
"Super - divinement bien -  tout le monde était enchanté même que M. Benaben a dit : "Vous nous avez donné l'envie de revivre notre vie"." Sylvie (Sainte Barthe)
 
"Un grand merci pour ce bon moment et je crois, je suis sûre, qu'il a été partagé par mon mari." Mme Delbreil
 
"Une féérie de l'instant." Christian
 
"Beaucoup d'émotion dans ce spectacle plein de chaleur et d'humanité." Sylvie
 
"Une soirée inoubliable. Continuez à nous émerveiller et faites un long chemin." Claude
 
"Le meilleur spectacle que j'ai jamais vu. De loin." Tonton Kiko
 
"C'est bien simple, je n'ai plus de Rimmel !" Claudine (seconde femme de Tonton Kiko)
 
"A ma grande surprise, j'ai versé ma larme. Tu as atteint mon coeur. Bravo pour ces sentiments, ces émotions fortes, j'ai eu des frissons par moment." Ta couse Céline
 
"Redge, encore un bon moment passé en ta présence. On était venu plus pour toi que pour le spectacle, mais quelle agréable surprise ! On est fier de toi, continues d'oser, de vivre !" Pascale
 
"J'avais froid, un peu hagard, l'humeur moribonde et puis voilà, il y a toi avec toute ta générosité, l'intérêt, l'affection que tu as toujours su apporter aux autres, à moi aussi et Dieu sait si tu m'as rendu la vie belle depuis qu'on se connaît comme tu as su le faire une fois de plus." Jérôme
 
"Ce spectacle est nul à chier et je pèse mes mots." Gérard
 
memoria.viva@live.fr

Ma Mamie m'a dit...

Madka Regis 3-copie-1

 

COLLECTION "COMEDIE"

Mamie est sur Tweeter

Mamie n'a jamais été Zlatanée !

Mamie doit travailler plus pour gagner plus

Mamie, tu l'aimes ou tu la quittes

"Casse-toi pauvre Régis !"

Papi a été pris pour un Rom

Mamie est sur Facebook

Papi est sur Meetic

Il y a quelqu'un dans le ventre de Mamie

Mamie n'a pas la grippe A

La petite maison close dans la prairie

 

COLLECTION "THRILLER"

Landru a invité Mamie à la campagne...

Sacco et Vanzetti

Mamie a rendez-vous chez le docteur Petiot

La Gestapo française

Hiroshima

 

COLLECTION "SAGA"

Les Windsor

Mamie et les cigares du pharaon

Champollion, l'homme qui fit parler l'Egypte

Mamie à Tombouctou

 

COLLECTION "LES CHOSES DE MAMIE"

Mamie boit dans un verre Duralex

Le cadeau Bonux

Le bol de chocolat chaud

Super Cocotte

Mamie ne mange que des cachous Lajaunie

 

COLLECTION "COUP DE COEUR"

Mamie la gauloise

Mamie roule en DS

Mamie ne rate jamais un apéro

Mamie et le trésor de Rackham le Rouge

 

COLLECTION "DECOUVERTE"

Mamie va au bal

La fête de la Rosière

Mamie au music-hall

Mamie au Salon de l'auto

 

COLLECTION "SUR LA ROUTE DE MAMIE"

Quand Papi rencontre Mamie

Un Papi et une Mamie

Mamie fait de la résistance

Mamie au cimetière

24 heures dans la vie de Mamie

 

COLLECTION "MAMIE EXPLORE LE TEMPS"

Jaurès

Mamie embarque sur le Potemkine

Mamie et les poilus

Auschwitz

 

COLLECTION "FRISSONS"

Le regard de Guynemer

Mr et Mme Blériot

Lindbergh décroche la timbale

Nobile prend des risques

 

COLLECTION "MAMIE EN BALLADE"

Mamie chez les Bretons

Mamie voulait revoir sa Normandie !

La fouace Normande

La campagne, ça vous gagne...

Mamie à la salle des fêtes

Launaguet

La semaine bleue

Le monastère

 

COLLECTION "MAMIE AU TEMPS DES COURTISANES"

Lola Montès

Les lorettes

Mme M.

Napoléon III

Plonplon

La marquise de Païva

Mme de Pompadour

Générique de fin