Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 septembre 2009 5 18 /09 /septembre /2009 13:54

"Le millionnaire est une fable des temps modernes. Et une démonstration d’humanisme.

 

Il était une fois un jeune homme qui voulait devenir riche. Il décida d’aller voir un vieil oncle très riche qu’il ne voyait qu’une fois par an, à Noël. Ou à Pâques parfois. Le vieil oncle ne lui donna pas d’argent. Il lui donna l’adresse d’un de ses amis : Le millionnaire. Un être extravagant, un poète, un rêveur lucide qui détenait les clés de la fortune… Extrait :

 

"Montre-moi cent personnes et je t’en désignerai 99 qui n’ont jamais consacré une heure de leur vie à se demander comment faire fortune. Au lieu de réfléchir, ils se plaignent, ils accusent le hasard, les autres, leur patron, leurs collègues, leurs parents, leur conjoint. Alors que chacun peut façonner son propre destin, s’il le veut vraiment."

 

"Pense à ce sentiment horrible qui t’habitera au moment de la mort lorsque, faisant le bilan de ta vie, tu seras obligé de t’avouer : "Je me suis fait avoir par la société. Mes peurs ont eu raison de mes rêves." 
 

"Il ne faut pas prendre la vie trop au sérieux, mais il ne faut pas penser non plus que nous disposons d’un temps infini pour faire ce que nous voulons faire. La vie, comme la santé, est le don le plus précieux et le plus mésestimé. On ne se rend compte de sa valeur qu’au moment de la perdre. Vis chaque jour de ta vie comme s’il était le dernier. Mais en même temps, persévère comme si tu étais éternel. Demande-toi honnêtement : "Si je devais mourir demain, serais-je content de ma vie, du bilan de mes réalisations ? Si je devais mourir demain, pourrais-je dire sans mentir que j’ai fait aujourd’hui tout ce que j’ai pu pour être heureux ? Si je savais que je mourrais dans un an, accepterais-je de continuer à faire un travail qui m’ennuie ? Accepterais-je de n’être que l’ombre de moi-même, de laisser mes rêves moisir dans l’antichambre de ma lâcheté ?"

 

"A la naissance, chaque homme porte en lui un tableau vierge. Tout ce qu’il vit, tout ce que ses parents, ses professeurs et ses amis lui enseignent, toutes ses expériences, forment petit à petit un portrait secret. Ils lui répètent, comme des tueurs à gage de l’âme : "Tu n’iras pas loin dans la vie parce que tu ne sais pas ajouter 2 et 2 ! », ou  encore : "Tu n’es qu’un idiot !", mieux encore : "Tu es laid, nous ne t’aimons pas, nous préférons ton frère !", l’enfant se compose alors un terrible portrait qu’il portera parfois toute sa vie. Ce portrait marque son front comme un stigmate invisible qui pourtant influence tous ceux qu’il rencontre, tous les évènements de sa vie."

 

 "Ta pensée est  un pinceau"

"Ce portrait secret que tu portes en toi, tu peux dés aujourd’hui en faire ce que tu veux. Imagine-toi que ta pensée est  un pinceau. Chaque pensée que tu as, chaque désir ajoute une touche à ton portrait. Si tu penses tous les jours : "Je deviendrais grand, je réaliserai tous mes rêves, j’aurai une vie merveilleuse", tu peins un tableau magnifique. Et la vie s’y pliera docilement, et tu auras cette existence merveilleuse. Par contre, si, avec le pinceau de ta pensée, tu te dis : "Je ne vaux rien, je ne réussirai pas…", si tu laisses les autres te décourager, si tu les laisses ajouter leur petite touche destructrice au portrait secret de ton âme, tu auras une existence lamentable, tu ne connaîtras jamais la vie exaltante qui est là devant toi et qui n’attends que tes ordres pour être vécue. Rien n’y personne ne t’arrêtera, si ce n’est toi.

Car chaque homme peut être son meilleur ami et chaque homme peut être son pire ennemi. Tes désirs, tes rêves, tes pensées façonnent ton existence. Car ce qu’un homme pense tous les jours, il le devient inévitablement. Si tu veux connaître le sort que l’avenir te réserve, tu n’as qu’à te pencher sur tes pensées de ce jour : elles sont la promesse de demain. Ne scrute pas inutilement le ciel, ne cherche pas partout des signes, sonde plutôt ta foi : elle te révélera la récolte qui t’attend le long du chemin."

 

"Plonge, la lumière est au bout de la nuit ; si tu ne plonges pas jamais tu ne la verras. Nu devant ce miroir, demande-toi :

"Est-ce que je crois en moi ?"

"Est-ce que je crois vraiment en moi ?"

"En mon succès ?"

"En ma chance ?"

"Est-ce que je crois pouvoir accomplir de grandes choses ?"

"Est-ce que j’ai un rêve ? Est-il suffisamment clair pour que je puisse le formuler noir sur blanc sur une seule feuille de papier ?

"Ou ne suis-je pas déjà un de ces somnambules, un de ces morts vivants qui ont renoncé à leur rêve et attendent comme des brebis soumises le jour lointain de leur retraite où ils pourront, la canne au poing, enfin commencer à vivre ?"

 

"Repousser une difficulté, fuir devant un obstacle est une erreur : chaque difficulté permet à l’homme de développer un aspect de sa personnalité, de corriger un défaut, en un mot de forger un caractère.

Plus ton caractère s’affermit, plus tes pensées gagnent en puissance. Devenant brillantes, ambitieuses et belles, elles émanent de tout ton être, elles irradient dans toutes les directions comme les rayons d’un soleil magnifique et vont par le monde comme des messagers intrépides qui t’aident à accomplir tes projets, malgré des circonstances contraires. Si tu en doutes, pense à la belle formule d’Héraclite : "Caractère égale destinée."


Et permet d’atteindre  comme les maîtres anciens la véritable solidarité. "Sur son lit de mort, dit le millionnaire, le chef des Scythes appela auprès de lui ses fils. Il leur présenta un faisceau de flèches et les défia de le briser. Malgré leur jeune âge et leur force, aucun n’y parvint. Il défit alors le faisceau et leur montra à quel point il était aisé de briser les flèches une à une. Il venait de leur démontrer qu’unis, ils étaient invincibles : tel est le secret de la solidarité. Il en est de même pour toi. Tant que ta pensée et ton action seront unies, tu réussiras : tu prospéreras. Mais dés que ta pensée et tes gestes seront en opposition, tes actions se briseront comme la flèche solitaire du chef des Scythes.


"Certains veulent faire fortune par simple soif de pouvoir : ils m’inspirent la pitié. Ils sont plus pauvres que les plus pauvres des hommes. Au lieu de partager leurs richesses, ils tentent d’en accumuler toujours plus pour combler leur vide intérieur. Il faut être vigilant. Bon serviteur, l’argent est un tyran déplorable. John Rockefeller qui, de son vivant, fut l’homme le plus riche du monde, était accablé de tant de soucis qu’à l’âge de 50 ans, il était déjà devenu un vieillard. L’estomac mal en point, il ne pouvait plus se nourrir que de pain et de lait ! Que sert à l’homme de gagner l’univers s’il vient à perdre son âme ?"


"On n’apprend bien que ce qu’on comprend vraiment. Et on ne comprend vraiment que ce qu’on découvre ou redécouvre par soi-même ; et la meilleure manière d’y arriver consiste en une sorte de maïeutique, une série de questions qui conduisent à la vérité. Voici donc la première question : Combien aimerais-tu gagner cette année ? Inscris le montant."

"Euh… je ne sais pas, un million ?

"Maintenant, dit le millionnaire, la deuxième question : combien penses-tu pouvoir gagner cette année ?

"Je vous l’ai dit un million.

"Non pas combien tu voudrais gagner, combien tu crois pouvoir gagner ?

"Peut-être disons : quarante mille.

"Quarante mille ! s’exclama le millionnaire, nous avons du pain sur la planche. Il va falloir travailler davantage. Mais rassure-toi. Ce ne sera pas un travail fatigant. Pourtant, ce sera peut être le travail le plus important que tu accompliras jamais : le travail sur toi. En inscrivant "40 000", c’est une radioscopie de ton portrait intérieur que tu as faite. Tu as révélé l’image que tu as de toi, du moins en ce qui concerne le travail. A tes yeux, sur le marché du travail, tu vaux 40 000 dollars par an. Pas un sou de plus. C’est pour ainsi dire ta limite mentale. Je te ferai d’ailleurs imposé que c’est toi qui te l’es imposée.

"Mais je n’ai pas de diplôme.

Le millionnaire mit du temps à apaiser le rire homérique qui le secoua. "Welcome to the club" Quand tu as un diplôme, tu peux être tenté de te reposé sur tes lauriers. Quand tu n’en as pas, tu sais que tu devras tout à ton initiative et à ton talent. 

 

Il est capital que tu élargisses ta limite mentale. Parce que si tu te vois comme quelqu’un qui ne gagne que 40 000 dollars par an, tu attireras probablement des circonstances qui se plieront à cette croyance et tu ne deviendras jamais millionnaire. Allez fixe-toi un montant plus ambitieux maintenant parce que ce montant va devenir ton objectif. Et pour qu’on objectif soit utile, il faut qu’il soit précis, qu’il suppose un montant et un délai pour l’atteindre."

 

Le millionnaire et la puissance des mots…

Partager cet article
Repost0
Published by Régis IGLESIAS - dans Coaching

Livre d'or

Première affiche

 

  "MA MAMIE M'A DIT"  

Spectacle nostalgique 

 

"On nous avait promis la magie, promesse tenue : un spectacle plein de féérie de souvenirs où chacun se retrouvait. Une belle énergie. Les résidents ont adoré. Merci." Marie ("La Clairière de Luci" - Bordeaux)
 
"Formidable ! Nous sommes tous remontés dans le temps, nous avons vingt ans, on a ri, on a presque pleuré et surtout on a chanté. Merci." Cathy (Arles)
 
"Un véritable petit chef d'oeuvre" ; "La légion d'honneur pour la créativité" "Un véritable artiste" ; "Après-midi formidable" ; "Absolument parfait" ; "Une rétrospective originale" ; "Un très bon moment d'évasion". Propos recueillis à la résidence Emera d'Angoulême  
 
"Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux... C'était magnifique. Nous avons revu toute notre jeunesse et notre enfance. Et c'est beau de redevenir jeune dans l'ambiance d'autrefois." Aimée et Janine
 
"Les chansons, les réclames et les anecdotes ont transporté les résidents dans leur enfance. Une après-midi de nostalgie mais aussi de chansons et de rires. Merci encore pour ce magnifique spectacle." Sandrine
 
"Spectacle complet, tellement agréable et thérapeutique pour nos personnes âgées, encore félicitations !" Docteur Souque
 
"Un choix extraordinaire de chansons, des moments magiques, des photos magnifiques, vous nous avez mis de la joie dans le coeur. Et retrouver sa jeunesse avec tous ces souvenirs, ça fait plaisir et j'espère que vous reviendrez nous voir." Mme Lorenzi (Juan-Les-Pins)
 
"Pour ma fête, par un pur hasard je me suis retrouvé dans un club de personnes âgées où j'ai pu assister à votre spectacle sur le passé. Cela m'a rappelé mes grands-parents et mes parents et c'était vraiment un moment magique." Josette, La Roque d'Antheron
 
"Bravo bravo bravo Regis, c'est le meilleur spectacle que j'ai vu depuis que je fais le métier d'animatrice." Bénédicte La Salette-Montval (Marseille)
 
"Je n'imaginais pas lorsque je vous ai accordé un rendez-vous que vous enchanteriez pendant 1 h 1/4 les personnes âgées d'une telle façon. Merci pour votre prestation qui a fait revivre les moments publicitaires, évènementiels et musicaux de leurs vies." Michelle, CCAS de Toulouse
 
"Un super voyage dans le temps pour le plus grand plaisir des résidents. Merci à Régis pour cette magie et à bientôt." Brigitte (Lunel)
 
"Enfin un retour à notre "époque". Quel bonheur, que de souvenirs, quelle belle époque ou l'amitié était de mise. Merci pour cette très belle après-midi, on s'est régalé avec ce très très beau spectacle". Danielle (Mirandol)
 
"Super - divinement bien -  tout le monde était enchanté même que M. Benaben a dit : "Vous nous avez donné l'envie de revivre notre vie"." Sylvie (Sainte Barthe)
 
"Un grand merci pour ce bon moment et je crois, je suis sûre, qu'il a été partagé par mon mari." Mme Delbreil
 
"Une féérie de l'instant." Christian
 
"Beaucoup d'émotion dans ce spectacle plein de chaleur et d'humanité." Sylvie
 
"Une soirée inoubliable. Continuez à nous émerveiller et faites un long chemin." Claude
 
"Le meilleur spectacle que j'ai jamais vu. De loin." Tonton Kiko
 
"C'est bien simple, je n'ai plus de Rimmel !" Claudine (seconde femme de Tonton Kiko)
 
"A ma grande surprise, j'ai versé ma larme. Tu as atteint mon coeur. Bravo pour ces sentiments, ces émotions fortes, j'ai eu des frissons par moment." Ta couse Céline
 
"Redge, encore un bon moment passé en ta présence. On était venu plus pour toi que pour le spectacle, mais quelle agréable surprise ! On est fier de toi, continues d'oser, de vivre !" Pascale
 
"J'avais froid, un peu hagard, l'humeur moribonde et puis voilà, il y a toi avec toute ta générosité, l'intérêt, l'affection que tu as toujours su apporter aux autres, à moi aussi et Dieu sait si tu m'as rendu la vie belle depuis qu'on se connaît comme tu as su le faire une fois de plus." Jérôme
 
"Ce spectacle est nul à chier et je pèse mes mots." Gérard
 
memoria.viva@live.fr

Ma Mamie m'a dit...

Madka Regis 3-copie-1

 

COLLECTION "COMEDIE"

Mamie est sur Tweeter

Mamie n'a jamais été Zlatanée !

Mamie doit travailler plus pour gagner plus

Mamie, tu l'aimes ou tu la quittes

"Casse-toi pauvre Régis !"

Papi a été pris pour un Rom

Mamie est sur Facebook

Papi est sur Meetic

Il y a quelqu'un dans le ventre de Mamie

Mamie n'a pas la grippe A

La petite maison close dans la prairie

 

COLLECTION "THRILLER"

Landru a invité Mamie à la campagne...

Sacco et Vanzetti

Mamie a rendez-vous chez le docteur Petiot

La Gestapo française

Hiroshima

 

COLLECTION "SAGA"

Les Windsor

Mamie et les cigares du pharaon

Champollion, l'homme qui fit parler l'Egypte

Mamie à Tombouctou

 

COLLECTION "LES CHOSES DE MAMIE"

Mamie boit dans un verre Duralex

Le cadeau Bonux

Le bol de chocolat chaud

Super Cocotte

Mamie ne mange que des cachous Lajaunie

 

COLLECTION "COUP DE COEUR"

Mamie la gauloise

Mamie roule en DS

Mamie ne rate jamais un apéro

Mamie et le trésor de Rackham le Rouge

 

COLLECTION "DECOUVERTE"

Mamie va au bal

La fête de la Rosière

Mamie au music-hall

Mamie au Salon de l'auto

 

COLLECTION "SUR LA ROUTE DE MAMIE"

Quand Papi rencontre Mamie

Un Papi et une Mamie

Mamie fait de la résistance

Mamie au cimetière

24 heures dans la vie de Mamie

 

COLLECTION "MAMIE EXPLORE LE TEMPS"

Jaurès

Mamie embarque sur le Potemkine

Mamie et les poilus

Auschwitz

 

COLLECTION "FRISSONS"

Le regard de Guynemer

Mr et Mme Blériot

Lindbergh décroche la timbale

Nobile prend des risques

 

COLLECTION "MAMIE EN BALLADE"

Mamie chez les Bretons

Mamie voulait revoir sa Normandie !

La fouace Normande

La campagne, ça vous gagne...

Mamie à la salle des fêtes

Launaguet

La semaine bleue

Le monastère

 

COLLECTION "MAMIE AU TEMPS DES COURTISANES"

Lola Montès

Les lorettes

Mme M.

Napoléon III

Plonplon

La marquise de Païva

Mme de Pompadour

Générique de fin