Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 décembre 2010 5 31 /12 /décembre /2010 01:43

journal"Le fou chantant"


 Ma Mamie est formelle. Trenet, c'est la grande révolution de la chanson française.

  Avec lui, le swing souffle à plein poumons dans les voiles. Les mots fous, délirants, incongrus, s'envolent haut.

 C'est une pulsation inédite, une légèreté de vivre et en même temps l'abîme des souvenirs et une profonde mélancolie.

 Mamie découvre avec lui une nouvelle façon de chanter la langue française.

 "Les interprètes des chansons n'ont même pas eu le temps de se rhabiller. Ils étaient tout nus sur la route, avec Trenet devant, seul, magnifique" dira Léo Ferré.

  Charles naît à Narbonne le 18 mai 1913, d'un père notaire et violoniste qui, à ses heures perdues, compose quelque sardane, et d'une mère que la harpe passionne. Quand ses parents divorcent, il est placé avec son frère dans un collège religieux à Béziers.

 "L'école était libre mais pas moi !" se souviendra-t-il.

 La solitude, l'attente, la douleur d'être éloigné de sa mère qu'il aime tant le marquent au fer rouge.

 Il apprend à supporter le quotidien et rêve en poésie. il rejoint Paris à Dix-sept ans avec en tête le projet de faire les Arts déco.

 Mais, curieux, pétillant, il se mêle bientôt à l'intelligentsia parisienne : Antonin Artaud, Jean Cocteau, Max Jacob... 

  Charles est un garçon qui aime les garçons, une préférence qui lui ouvre bien des portes.

 Sa rencontre avec le pianiste suisse Johnny Hess le détourne vite des studios de Joinville dont il est un temps l'un des accessoiristes de plateau. Les deux hommes unissent leurs talents, se concoctent un répertoire à la fois swing, naïf et fantaisiste et partent à l'assaut des cabarets. Le succès est fulgurant, les interprètes se bousculent pour adopter leurs oeuvres, sans compter Mistinguett qui les impose dans le Tout-Paris.

  Appelé sous les drapeaux, Charles doit se séparer de Johnny Hess. Il participe alors à quelques galas, dont l"un à Marseille au cours duquel on le surnomme pour la première fois "le fou chantant". Une fois encore, pour échapper au quotidien pénible de sa caserne, le poète reprend la plume et se réfugie dans sa poésie. C'est dans un coup de blues que naît Y'a d'la joie qui deviendra la chanson préférée de ma Mamie.

Y'a d'la joie

La tour Eiffel part en balade

Comme une folle, elle saute la Seine à pieds joints...

 L'éditeur de Trenet, Raoul Breton, convainc, non sans peine, Maurice Chevalier de s'emparer de cette drôle de chanson. Un succès du disque !

 Charles fera ensuite un triomphe avec cette chanson sur Radio Cité.

 Il enregistre ensuite Je chante. Qui finalement se soucie du fait que cette chanson vitaminée se clôt sur un suicide ? Il présente dans la foulée Boom où le bon Dieu siège dans un fauteuil de nuages. La folie douce de Trenet est un raz de marée qui emporte la jeunesse qui ne résiste pas à sa folie, au roulement de ses yeux bleus et à la façon si étrange qu'il a de porter de biais son feutre mou.

 On ne chantera plus jamais comme avant en France...

 La suite ? Douce France, Que reste-t-il de nos amours ? La folle complainte ? Débit de l'eau débit de lait, Le soleil et la lune.

 Au sortir de la guerre, tandis qu'on lui reproche de s'être montré un rien maréchaliste, notamment avec une chanson telle que La marche des jeunes, il part en Amérique où il chantera sur scène La mer. Il l'avait écrite en 1946, comme on se distrait dans un train, en moins de vingt minutes dans un train entre Narbonne et Perpignan.

 En 51, il se bat comme un lion pour résister aux nouveaux venus. Il crée L'âme des poètes et sort de nouveaux titres forts Route national 7, Le jardin extraordinaire...

 En avril 1955, à l'Olympia, en première partie de son spectacle, se produit un couple de danseurs acrobatiques qui se fait appeler les Hallyday. Un beau petit garçon blond d'une douzaine d'années, Jean-Philippe Smet, les accompagne. Dans cinq ans, il s'appellera Johnny...

 Trenet fêtera alors  ses vingts ans de carrière et dix millions de disques vendus mais ce sera le début des emmerdes.

 Les yéyés emportent tout sur leur passage.

 Le 13 juillet 1963, il est inculpé pour outrage à la pudeur et attentat aux moeurs. Le début d'une période terrible et injuste. Il ne sortira pas indemne de cette affaire de ballets roses. Il annonce ces adieux à l'Olympia en 75 avant de reprendre du service.

 "Ma jeunesse est une maladie mentale !" s'amuse-t-il. 

 Il s'éteint le 19 février 2001, à 87 ans, laissant derrière lui une farandole d'un millier de chansons et de nombreux fils spirituels dont Aznavour, Higelin et Brel qui aura, au nom de tous les auteurs-compositeurs-interprètes de France, cette phrase inspirée : "Sans lui nous aurions tous été des experts-comptables..."

 Ma Mamie a toujours aimé Charles Trenet. Si vous êtes surpris, c'est que vous ne connaissez pas ma Mamie.

 Rideau.

 

Revue de presse :

 

"Le temps pour Charles Trenet et Johnny Hess de se lancer. Ils viennent de créer un duo. Leur goût commun pour le jazz les ont incité à travailler ensemble. Ils ont été engagé au Palace à la surprise générale, le directeur Henri Varna n'étant pas convaincu de leur talent et trouvait leurs couplets avant-gardistes mais l'insistance de Mistinguett et de Josephine Baker et qui n'ont pas pu dissimulé leur enthousiasme a fait pencher la balance. Ils chanteront Sur le Yang Tsé Kiang et Quand les beaux jours seront-là." 

 

"Trenet est né à Narbonne et est à Paris depuis trois ans. Hess vient d'Engelberg, en Suisse. Ils se sont connus au Collège Inn. L'avenir leur appartient."

 

"Cinq ans plus tard, tandis que Maurice Chevalier et Josephine Baker se tendent sur la ligne Maginot, le caporal Trenet organise pour les troupes un gala auquel Fernandel et Tino Rossi ont prêté leur concours. Le "fou chantant" a inscrit Boum à son programme, dont l’enregistrement lui a valu un Grand Prix du disque. "Mes supérieurs m’ont donné l’ordre d’aider les soldats à tuer, mais unqiuement le temps", a-t-il dit."


"Le 1er août 1940, c’est avec surprise qu’il a découvert, en première page de Paris-Soir l’annonce de sa disparition dans un accident d’avion. Il a aussitôt pris sa plume pour faire savoir à la presse qu’il était vivant et toujours à Salon-de-Provence. "


"Il propose à Roland Gerbeau en 1943 une chanson encore inédite, Douce France. "Je l’ai proposée au départ à André Claveau, avoue le poète. Il l’a refusée en précisant qu’il estimait disposer d’un répertoire suffisant pour l’année à venir." Transmis par le bouche à oreille, ce refrain est devenu en quelques mois, dans le maquis, un hymne à la liberté."

 

"En 47, Trenet revient en France pour une soirée unique entre deux tournées aux Etats-Unis, il a donné un récital de plus de deux heures. Au final, Charles a bissé la Mer, son dernier succès. "Elle est née en quatre minutes, en 1942, dans un train reliant Sète à Montpellier, explique-t-il. Je l’ai proposée, en vain, à plusieurs artistes. Quatre ans après, Raoul Breton, mon éditeur, l’a découverte et m’a convaincu de l’enregistrer. Le succès à dépassé nos espérances. A New-York, voici quelques semaines, j’ai entendu, dans un bar, un pianiste jouer La Mer, traduite par Beyong the sea. Je me suis approché et lui ai demandé, sans me dévoiler, le nom du compositeur de cette mélodie. Il m’a répondu : c’est Georges Gershwin ! Etre confondu avec un tel génie, c’est une consécration !"      

Partager cet article
Repost0
Published by Régis IGLESIAS - dans Des refrains et des Mamies

Livre d'or

Première affiche

 

  "MA MAMIE M'A DIT"  

Spectacle nostalgique 

 

"On nous avait promis la magie, promesse tenue : un spectacle plein de féérie de souvenirs où chacun se retrouvait. Une belle énergie. Les résidents ont adoré. Merci." Marie ("La Clairière de Luci" - Bordeaux)
 
"Formidable ! Nous sommes tous remontés dans le temps, nous avons vingt ans, on a ri, on a presque pleuré et surtout on a chanté. Merci." Cathy (Arles)
 
"Un véritable petit chef d'oeuvre" ; "La légion d'honneur pour la créativité" "Un véritable artiste" ; "Après-midi formidable" ; "Absolument parfait" ; "Une rétrospective originale" ; "Un très bon moment d'évasion". Propos recueillis à la résidence Emera d'Angoulême  
 
"Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux... C'était magnifique. Nous avons revu toute notre jeunesse et notre enfance. Et c'est beau de redevenir jeune dans l'ambiance d'autrefois." Aimée et Janine
 
"Les chansons, les réclames et les anecdotes ont transporté les résidents dans leur enfance. Une après-midi de nostalgie mais aussi de chansons et de rires. Merci encore pour ce magnifique spectacle." Sandrine
 
"Spectacle complet, tellement agréable et thérapeutique pour nos personnes âgées, encore félicitations !" Docteur Souque
 
"Un choix extraordinaire de chansons, des moments magiques, des photos magnifiques, vous nous avez mis de la joie dans le coeur. Et retrouver sa jeunesse avec tous ces souvenirs, ça fait plaisir et j'espère que vous reviendrez nous voir." Mme Lorenzi (Juan-Les-Pins)
 
"Pour ma fête, par un pur hasard je me suis retrouvé dans un club de personnes âgées où j'ai pu assister à votre spectacle sur le passé. Cela m'a rappelé mes grands-parents et mes parents et c'était vraiment un moment magique." Josette, La Roque d'Antheron
 
"Bravo bravo bravo Regis, c'est le meilleur spectacle que j'ai vu depuis que je fais le métier d'animatrice." Bénédicte La Salette-Montval (Marseille)
 
"Je n'imaginais pas lorsque je vous ai accordé un rendez-vous que vous enchanteriez pendant 1 h 1/4 les personnes âgées d'une telle façon. Merci pour votre prestation qui a fait revivre les moments publicitaires, évènementiels et musicaux de leurs vies." Michelle, CCAS de Toulouse
 
"Un super voyage dans le temps pour le plus grand plaisir des résidents. Merci à Régis pour cette magie et à bientôt." Brigitte (Lunel)
 
"Enfin un retour à notre "époque". Quel bonheur, que de souvenirs, quelle belle époque ou l'amitié était de mise. Merci pour cette très belle après-midi, on s'est régalé avec ce très très beau spectacle". Danielle (Mirandol)
 
"Super - divinement bien -  tout le monde était enchanté même que M. Benaben a dit : "Vous nous avez donné l'envie de revivre notre vie"." Sylvie (Sainte Barthe)
 
"Un grand merci pour ce bon moment et je crois, je suis sûre, qu'il a été partagé par mon mari." Mme Delbreil
 
"Une féérie de l'instant." Christian
 
"Beaucoup d'émotion dans ce spectacle plein de chaleur et d'humanité." Sylvie
 
"Une soirée inoubliable. Continuez à nous émerveiller et faites un long chemin." Claude
 
"Le meilleur spectacle que j'ai jamais vu. De loin." Tonton Kiko
 
"C'est bien simple, je n'ai plus de Rimmel !" Claudine (seconde femme de Tonton Kiko)
 
"A ma grande surprise, j'ai versé ma larme. Tu as atteint mon coeur. Bravo pour ces sentiments, ces émotions fortes, j'ai eu des frissons par moment." Ta couse Céline
 
"Redge, encore un bon moment passé en ta présence. On était venu plus pour toi que pour le spectacle, mais quelle agréable surprise ! On est fier de toi, continues d'oser, de vivre !" Pascale
 
"J'avais froid, un peu hagard, l'humeur moribonde et puis voilà, il y a toi avec toute ta générosité, l'intérêt, l'affection que tu as toujours su apporter aux autres, à moi aussi et Dieu sait si tu m'as rendu la vie belle depuis qu'on se connaît comme tu as su le faire une fois de plus." Jérôme
 
"Ce spectacle est nul à chier et je pèse mes mots." Gérard
 
memoria.viva@live.fr

Ma Mamie m'a dit...

Madka Regis 3-copie-1

 

COLLECTION "COMEDIE"

Mamie est sur Tweeter

Mamie n'a jamais été Zlatanée !

Mamie doit travailler plus pour gagner plus

Mamie, tu l'aimes ou tu la quittes

"Casse-toi pauvre Régis !"

Papi a été pris pour un Rom

Mamie est sur Facebook

Papi est sur Meetic

Il y a quelqu'un dans le ventre de Mamie

Mamie n'a pas la grippe A

La petite maison close dans la prairie

 

COLLECTION "THRILLER"

Landru a invité Mamie à la campagne...

Sacco et Vanzetti

Mamie a rendez-vous chez le docteur Petiot

La Gestapo française

Hiroshima

 

COLLECTION "SAGA"

Les Windsor

Mamie et les cigares du pharaon

Champollion, l'homme qui fit parler l'Egypte

Mamie à Tombouctou

 

COLLECTION "LES CHOSES DE MAMIE"

Mamie boit dans un verre Duralex

Le cadeau Bonux

Le bol de chocolat chaud

Super Cocotte

Mamie ne mange que des cachous Lajaunie

 

COLLECTION "COUP DE COEUR"

Mamie la gauloise

Mamie roule en DS

Mamie ne rate jamais un apéro

Mamie et le trésor de Rackham le Rouge

 

COLLECTION "DECOUVERTE"

Mamie va au bal

La fête de la Rosière

Mamie au music-hall

Mamie au Salon de l'auto

 

COLLECTION "SUR LA ROUTE DE MAMIE"

Quand Papi rencontre Mamie

Un Papi et une Mamie

Mamie fait de la résistance

Mamie au cimetière

24 heures dans la vie de Mamie

 

COLLECTION "MAMIE EXPLORE LE TEMPS"

Jaurès

Mamie embarque sur le Potemkine

Mamie et les poilus

Auschwitz

 

COLLECTION "FRISSONS"

Le regard de Guynemer

Mr et Mme Blériot

Lindbergh décroche la timbale

Nobile prend des risques

 

COLLECTION "MAMIE EN BALLADE"

Mamie chez les Bretons

Mamie voulait revoir sa Normandie !

La fouace Normande

La campagne, ça vous gagne...

Mamie à la salle des fêtes

Launaguet

La semaine bleue

Le monastère

 

COLLECTION "MAMIE AU TEMPS DES COURTISANES"

Lola Montès

Les lorettes

Mme M.

Napoléon III

Plonplon

La marquise de Païva

Mme de Pompadour

Générique de fin