Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 01:45

journal"La môme.


 Née en 1915, elle fait ses débuts discographiques en 1935 chez Polydor, grâce à Jacques Canetti. Le découvreur de talents par excellence, homme de l'ombre et personnage clé de la chanson française. Piaf enregistre pour cette compagnie jusqu'en 1945, période durant laquelle elle connaît des fortunes diverses.

  Elle se situe alors encore clairement dans la double tradition de la chanson réaliste ("Les mômes de la cloche") et de sa contrepartie fantaisiste ("La java de cécigue"). Elle est alors en concurrence avec d'autres chanteuses comme Lucienne Boyer, son aînée qui a obtenu le premier grand Prix du Disque de l'histoire en 1930 avec "Parlez-moi d'amour" et qui, en 1939, épousera Jacques Pills... le futur mari de Piaf.

 Dans les années 40 et 50, on lui opposera d'autres chanteuses, comme Lucienne Delyle qui triomphe en 1942 avec "Mon amant de Saint-Jean" et qui restera très populaire au cours de la décennie suivante. Ou Yvette Giraud qui connaîtra un immense succès avec "Mademoiselle Hortensia" et qui fera par la suite une grande carrière internationale, notamment au Japon, avec des titres comme "La danseuse est créole" ou "Avril au portugal".

 Ou encore Jacqueline François qui connaîtra un destin assez similaire avec "Ce n'était pas original", "C'est le printemps", puis "Mademoiselle de Paris" qui dépasse le million d'exemplaires... Elle reçoit le Grand Prix du Disque en 1949 pour "Les levandières du Portugal".

 Seulement voilà, comme dit ma Mamie, "la môme", comme on appelle encore Piaf ces années-là, possède déjà quelque chose que les autres n'ont pas, quelque chose d'indéfinissable qui fait qu'aujourd'hui, on peut encore l'écouter, non par nostalgie ou au second degré, un sourire amusé aux lèvres, mais parce qu'elle nous donne encore et toujours le frisson.

 D'abord "Mon légionnaire", ensuite "Je n'en connais pas la fin", "L'accordéoniste", "De l'autre côté de la rue".

 Tout s'accélère quand Piaf signe avec Pathé-Marconi puisque le premier titre qu'elle grave est l'incontournable "La vie en rose"... On connaît la suite, son triomphe aux Etats-Unis, les drames de sa vie et une incroyable succession de tubes avec, sans ordre de préférence : "Hymne à l'amour", "Je t'ai dans la peau", "Bravo pour le clown", "La goualante du pauvre Jean", "Les amants d'un jour", "L'homme à la moto", "La foule", "Mon manège à moi", Milors", "Non, je ne regrette rien" et "Mon Dieu"...

 Non seulement, elle survole la chanson française mais elle est également responsable du lancement d'un certain nombre d'artistes.

 Sans elle, ma Mamie n'aurait peut-être pas jamais eu la chance d'avoir connu Yves Montant, Charles Aznavour, Les compagnons de la chanson, Gilbert Bécaud, Georges Moustaky ou Charles Dumont.

 Excusez du peu.

 Ma Mamie était fan d'Edith Piaf, un point c'est tout.

 Elle m'a raconté que quand elle a appris la mort de Cerdan, elle s'est enfermée dans sa chambre dans le noir complet pendant deux jours et refusait de sortir, de manger ou de boire quelque chose.

 Elle finit par apparaître, marchant comme une somnambule : elle s'était elle-même coupé les cheveux court, très court, on aurait dit Jeanne au bûcher. Très pâle mais déterminé, elle se dirigea d'abord vers Robert Chauvigny son chez d'orchestre et lui demanda d'arranger une nouvelle chanson qu'elle tenait à interpréter le soir même.

 La salle était pleine à craquer. La nouvelle de la mort de Marcel, le grand amour de Piaf avait fait la une des journaux. L'atmosphère était étrange, les gens dans la salle chuchotaient presque.

 On baissa la lumière, et un profond silence s'installa, dramatique et angoissant. Edith fit son entrée, pâle mais solide ; elle interpréta tout d'abord quelques chansons de son répertoire habituel, puis l'orchestre joua une très courte introduction, et la voix puissante, brûlante et émouvante d'Edith s'éleva sur ces mots : 

"Le ciel bleu sur nous peut s'effondrer

Et la terre peut bien s'écrouler

Que m'importe si tu m'aimes

Je me fous du monde entier"

 L'hymne à l'amour, l'hymne à son grand amour disparu mais toujours présent qu'elle dédiait implicitement à Marcel.

 Sa voix venu des tripes et du coeur pétrifia l'assistance ; le personnel, les spectateurs, même ceux qui ne comprenaient pas un mot de français, tous étaient bouleversés, des femmes pleuraient, des hommes aussi. A la fin de la chanson, un silence s'installa, le temps semblait s'être figé, puis d'un seul élan, le salle entière se trouva debout pour une standing ovation si forte, si longue, qu'on devait l'entendre et la ressentir  jusque sur Times Square.

 Ovation pour Piaf et pourquoi le nier pour Cerdan, tandis que ma Mamie, les proches de Piaf, les amis, les inconditionnels du petit balcon du cabaret derrière les projecteurs où ils se trouvaient, tous sans exception, avaient le visage couvert de larmes.

Rideau.

Partager cet article
Repost0
Published by Régis IGLESIAS - dans Des refrains et des Mamies

Livre d'or

Première affiche

 

  "MA MAMIE M'A DIT"  

Spectacle nostalgique 

 

"On nous avait promis la magie, promesse tenue : un spectacle plein de féérie de souvenirs où chacun se retrouvait. Une belle énergie. Les résidents ont adoré. Merci." Marie ("La Clairière de Luci" - Bordeaux)
 
"Formidable ! Nous sommes tous remontés dans le temps, nous avons vingt ans, on a ri, on a presque pleuré et surtout on a chanté. Merci." Cathy (Arles)
 
"Un véritable petit chef d'oeuvre" ; "La légion d'honneur pour la créativité" "Un véritable artiste" ; "Après-midi formidable" ; "Absolument parfait" ; "Une rétrospective originale" ; "Un très bon moment d'évasion". Propos recueillis à la résidence Emera d'Angoulême  
 
"Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux... C'était magnifique. Nous avons revu toute notre jeunesse et notre enfance. Et c'est beau de redevenir jeune dans l'ambiance d'autrefois." Aimée et Janine
 
"Les chansons, les réclames et les anecdotes ont transporté les résidents dans leur enfance. Une après-midi de nostalgie mais aussi de chansons et de rires. Merci encore pour ce magnifique spectacle." Sandrine
 
"Spectacle complet, tellement agréable et thérapeutique pour nos personnes âgées, encore félicitations !" Docteur Souque
 
"Un choix extraordinaire de chansons, des moments magiques, des photos magnifiques, vous nous avez mis de la joie dans le coeur. Et retrouver sa jeunesse avec tous ces souvenirs, ça fait plaisir et j'espère que vous reviendrez nous voir." Mme Lorenzi (Juan-Les-Pins)
 
"Pour ma fête, par un pur hasard je me suis retrouvé dans un club de personnes âgées où j'ai pu assister à votre spectacle sur le passé. Cela m'a rappelé mes grands-parents et mes parents et c'était vraiment un moment magique." Josette, La Roque d'Antheron
 
"Bravo bravo bravo Regis, c'est le meilleur spectacle que j'ai vu depuis que je fais le métier d'animatrice." Bénédicte La Salette-Montval (Marseille)
 
"Je n'imaginais pas lorsque je vous ai accordé un rendez-vous que vous enchanteriez pendant 1 h 1/4 les personnes âgées d'une telle façon. Merci pour votre prestation qui a fait revivre les moments publicitaires, évènementiels et musicaux de leurs vies." Michelle, CCAS de Toulouse
 
"Un super voyage dans le temps pour le plus grand plaisir des résidents. Merci à Régis pour cette magie et à bientôt." Brigitte (Lunel)
 
"Enfin un retour à notre "époque". Quel bonheur, que de souvenirs, quelle belle époque ou l'amitié était de mise. Merci pour cette très belle après-midi, on s'est régalé avec ce très très beau spectacle". Danielle (Mirandol)
 
"Super - divinement bien -  tout le monde était enchanté même que M. Benaben a dit : "Vous nous avez donné l'envie de revivre notre vie"." Sylvie (Sainte Barthe)
 
"Un grand merci pour ce bon moment et je crois, je suis sûre, qu'il a été partagé par mon mari." Mme Delbreil
 
"Une féérie de l'instant." Christian
 
"Beaucoup d'émotion dans ce spectacle plein de chaleur et d'humanité." Sylvie
 
"Une soirée inoubliable. Continuez à nous émerveiller et faites un long chemin." Claude
 
"Le meilleur spectacle que j'ai jamais vu. De loin." Tonton Kiko
 
"C'est bien simple, je n'ai plus de Rimmel !" Claudine (seconde femme de Tonton Kiko)
 
"A ma grande surprise, j'ai versé ma larme. Tu as atteint mon coeur. Bravo pour ces sentiments, ces émotions fortes, j'ai eu des frissons par moment." Ta couse Céline
 
"Redge, encore un bon moment passé en ta présence. On était venu plus pour toi que pour le spectacle, mais quelle agréable surprise ! On est fier de toi, continues d'oser, de vivre !" Pascale
 
"J'avais froid, un peu hagard, l'humeur moribonde et puis voilà, il y a toi avec toute ta générosité, l'intérêt, l'affection que tu as toujours su apporter aux autres, à moi aussi et Dieu sait si tu m'as rendu la vie belle depuis qu'on se connaît comme tu as su le faire une fois de plus." Jérôme
 
"Ce spectacle est nul à chier et je pèse mes mots." Gérard
 
memoria.viva@live.fr

Ma Mamie m'a dit...

Madka Regis 3-copie-1

 

COLLECTION "COMEDIE"

Mamie est sur Tweeter

Mamie n'a jamais été Zlatanée !

Mamie doit travailler plus pour gagner plus

Mamie, tu l'aimes ou tu la quittes

"Casse-toi pauvre Régis !"

Papi a été pris pour un Rom

Mamie est sur Facebook

Papi est sur Meetic

Il y a quelqu'un dans le ventre de Mamie

Mamie n'a pas la grippe A

La petite maison close dans la prairie

 

COLLECTION "THRILLER"

Landru a invité Mamie à la campagne...

Sacco et Vanzetti

Mamie a rendez-vous chez le docteur Petiot

La Gestapo française

Hiroshima

 

COLLECTION "SAGA"

Les Windsor

Mamie et les cigares du pharaon

Champollion, l'homme qui fit parler l'Egypte

Mamie à Tombouctou

 

COLLECTION "LES CHOSES DE MAMIE"

Mamie boit dans un verre Duralex

Le cadeau Bonux

Le bol de chocolat chaud

Super Cocotte

Mamie ne mange que des cachous Lajaunie

 

COLLECTION "COUP DE COEUR"

Mamie la gauloise

Mamie roule en DS

Mamie ne rate jamais un apéro

Mamie et le trésor de Rackham le Rouge

 

COLLECTION "DECOUVERTE"

Mamie va au bal

La fête de la Rosière

Mamie au music-hall

Mamie au Salon de l'auto

 

COLLECTION "SUR LA ROUTE DE MAMIE"

Quand Papi rencontre Mamie

Un Papi et une Mamie

Mamie fait de la résistance

Mamie au cimetière

24 heures dans la vie de Mamie

 

COLLECTION "MAMIE EXPLORE LE TEMPS"

Jaurès

Mamie embarque sur le Potemkine

Mamie et les poilus

Auschwitz

 

COLLECTION "FRISSONS"

Le regard de Guynemer

Mr et Mme Blériot

Lindbergh décroche la timbale

Nobile prend des risques

 

COLLECTION "MAMIE EN BALLADE"

Mamie chez les Bretons

Mamie voulait revoir sa Normandie !

La fouace Normande

La campagne, ça vous gagne...

Mamie à la salle des fêtes

Launaguet

La semaine bleue

Le monastère

 

COLLECTION "MAMIE AU TEMPS DES COURTISANES"

Lola Montès

Les lorettes

Mme M.

Napoléon III

Plonplon

La marquise de Païva

Mme de Pompadour

Générique de fin