Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 novembre 2021 2 09 /11 /novembre /2021 11:49
"L'Almanach de Matka : Le 9 Novembre

"Aujourd’hui, nous sommes le 9 Novembre et nous fêtons les «Théodore ». Présentation : « Légèrement orgueilleux, les Théodore sont conscients de leur valeur et ne doutent pas de leurs aptitudes.

 

Le dicton du jour : « Orage de la saint Théodore, annonce une année en or

 

Le 9 novembre 1989, sous les caméras du monde entier, la jeunesse allemande se précipite à l'assaut du Mur de la honte.

 

La blague du jour : « CENSEUR : Surveillant de lycée qui n’a que des frères.

(Yves, Tours)

 

La réclame du jour : « Seul Bic écrit comme Bic …

 

Souvenirs du grenier : « Tournicoti, tournicoton

 

La comptine du jour :

 

« J’ai descendu dans mon jardin. 

J’ai descendu dans mon jardin

Pour y cueillir du romarin

Gentil coquelicot mesdames, 

Gentil coquelicot nouveau

 

2006 : 1188 personnes tentent de battre le record Guinness du big kiss ou plus grand nombre de personnes s'embrassant en même temps sur le parvis de la Défense près de Paris.

 

«  Je chante un baiser

Je chante un baiser osé

Sur mes lèvres déposé

Par une inconnue que j'ai croisée …

 

Carnet rose :

1882, naissance du comique croupier Bach. Il débute en 1899 mais devient célèbre en 1914  en créant, en même temps que Polin, de grands classiques du genres : Quand Madelon, La caissière du grand-café ou Avec Bidasse …

 

« Avec l'ami Bidasse

On ne se quitte jamais

Attendu qu'on est

Tous deux natifs d’Arras-se

Chef-lieu du Pas-de-Calais …

 

1922. Naissance de Raymond Devos.

« Je suis adroit de la main gauche et je suis gauche de la main droite.

 

Cinéma : 2016. Sortie du film « Tu ne tueras point. »

« Captain Clover : Tout ce que j'ai vu c'était un maigrelet. J'ignorais qui vous-étiez. Vous avez fait plus que n'importe quelle homme aurait put faire pour servir son pays. Et jamais je ne me suis autant trompé sur quelqu'un. Vous me pardonnerais un jour je l’espère ?

 

Télévision : 1970. C’est la première diffusion de Colargol, le petit nounours télévisuel dont les enfants raffolent. C'est moi qui suis Colargol L'ours qui chante en fa, en sol.

 

1968. Décès de Mireille Balin.

Au fond de la misère et de l'oubli où elle était tombée, Mireille Balin, dont tous ceux qui l'approchaient notaient qu'elle avait conservé sa classe et ne se plaignait jamais, n'éprouvait aucun regret : « Ça ne fait rien. Si je devais recommencer ma vie, je n'en voudrais pas d'autre ... »

 

Carnet noir : Le 9 novembre 1970, à 19h15, Charles de Gaulle meurt paisiblement, au cours d'une réussite, dans sa maison de La Boisserie, à Colombey-les-deux-Églises…

 

« La fin de l’espoir est le commencement de la mort …

« La gloire se donne seulement à ceux qui l’ont toujours rêvée …

« La guerre, c’est comme la chasse, sauf qu’à la guerre les lapins tirent …

« Comment voulez-vous gouverner un pays où il existe 258 vérités de fromage ? …

« Je vous ai compris …

 

Le mot de la fin est d’Yves Montand qui nous a quitté en 91 : 

 

" Qu’y a-t-il de plus doux qu’un déjeuner au café de la place, en avril, quand arrivent les premières fèves de l’année, les artichauts fondants ? il est 10 ou 11 heures. L’un apporte le pain, l’autre le jambon de campagne, un troisième des olives de Saint-Césaire. Chacun à "son" vin, "sa" spécialité : une huile ramenée d’Italie, un Roquefort, une saucisse sèche. On déjeune gaillardement à la terrasse puis on joue aux boules..

 

Il ajoute : « Il y a ceux qui rêvent les yeux ouverts et ceux qui vivent les yeux fermés …

 

Bonnes journée à tous, * **

 

* « L’Almanach de Matka » (version audio) est disponible sur simple demande en MP.

 

** Demain nous fêterons les « Léon ».

 

———————————————————————————-

 

9 novembre 1911.

À Berlin, un vieil homme monte à la tribune du Reichstag, la Chambre des députés de l'Empire allemand. D'une voix que les témoins disent claire et envoûtante, il s'adresse à ses collègues :

 

« Ainsi, on armera de tous les côtés et l'on ira jusqu'au point où l'un ou l'autre des adversaires dira : ''Mieux vaut une fin rapide dans l'horreur qu'une horreur sans fin''. C'est à ce moment-là que viendra la catastrophe. L'Europe entière suivra le tambour et seize à dix-huit millions d'hommes dans leur plus bel âge, la fleur des différentes nations, sortiront équipés des meilleurs instruments d'assassinat. Le crépuscule des dieux approche pour le monde bourgeois ».

 

À ces mots, la plus grande partie de l'assemblée éclata en risées et trépidations, sur quoi l'orateur poursuivit : « Soit, vous prenez le parti d'en rire. Et bien, vous verrez le résultat : après la guerre, nous serons confrontés à une faillite massive, à la misère générale, au chômage universel et à une grande famine ».

 

Ce prophète de malheur allait mourir deux ans plus tard, le 13 août 1913, dans la station suisse de Passugg, près de Zurich. Il a nom Ferdinand August Bebel.

 

Deux ans et demi après leur entrée en guerre aux côtés des Alliés, les Italiens sont confrontés à une première grande bataille du 24 octobre au 9 novembre 1917 à Caporetto, sur l'Isonzo, un cours d'eau alpin. Leurs tranchées sont assaillies par les Austro-Hongrois qui bénéficient de l'appui bienvenu de la XIVe armée allemande du général Otto von Below…

 

Le 9 novembre 1923, après une soirée agitée dans une brasserie de Munich, un agitateur brave la police de la ville à la tête de 3.000 militants et en compagnie du prestigieux général Ludendorff, héros de la Grande Guerre. Il a nom Adolf Hitler…

 

Le 9 novembre 1938, Joseph Goebbels prend prétexte de l'assassinat d'un diplomate, Ernst vom Rath, pour déclencher avec les sections d'assaut nazies (« Sturm Abteilung » ou SA) le pogrom de la « Nuit de Cristal » (en allemand « Reichskristallnacht » ou « NovemberPogrom »). Son principal objectif est d'accélérer l'exode des Juifs en vue d'un Reich « judenrein » (sans Juifs). Hermann Goering (ou Göring) en profite pour rançonner les Juifs.

 

Après cela, la « question juive » (en allemand « Judenfrage »), qui était le lot de différents acteurs agissant dans « le sens de la volonté du Führer », reviendra désormais exclusivement à Reinhard Heydrich et Heinrich Himmler, autrement dit aux SS (Schutzstaffel)…

 

1960 : Joëlle Ursull, chanteuse guadeloupéenne, membre du groupe Zouk Machine.

 

9 Novembre 1841. Naissance d’Edward VII.

 

Le deuxième enfant de la reine Victoria et du prince Albert de Saxe-Cobourg-Gotha naît au palais Saint-James et reçoit quelques jours plus tard le titre de prince de Galles, qui le consacre comme héritier de la couronne. Il attendra 60 ans avant de monter sur le trône.

 

Soumis à une éducation très rigoriste par son père, le prince Albert, il manifeste du dégoût pour les études et se laisse emporter par de violentes crises de colère qui font craindre pour son équilibre mental. À 19 ans, il participe à des manoeuvres militaires et ses frères d'armes font entrer dans sa tente une actrice des plus affriolantes. Informé de l'affaire, son père entre dans une violente colère et, d'émotion, meurt quelques semaines plus tard. La reine en voudra tout le restant de sa vie à son fils.

 

Ce dernier épouse en 1863 la princesse Alexandra de Danemark. Ils auront cinq enfants et vivront dans une grande affection réciproque en dépit des frasques d'Édouard. Car le prince de Galles, devenu adulte, se révèle un bon vivant adepte des bons repas, dont témoigne son embonpoint, et des femmes légères. Son tempérament sanguin et chaleureux lui vaut la sympathie des foules en Angleterre comme à l'étranger. Ainsi arrive-t-il à retourner en faveur de son pays l'opinion publique lors de son voyage en France en 1903. Cela fait de lui le dernier souverain anglais à avoir influé sur la politique de son pays. Il n'y a guère qu'avec son neveu l'empereur allemand Guillaume II qu'il ne s'entende pas.

 

9 novembre 1888. Naissance de Jean Monnet.

 

Négociateur hors pair, Jean Monnet lance pendant les deux guerres mondiales des programmes pour les approvisionnements en blé ou en armes des alliés. Entre les deux guerres, il traite aussi des dossiers comme le partage de la Silésie entre la Pologne et l'Allemagne, l'avenir de la Sarre ou encore le redressement économique de l'Autriche. Lors de l’invasion de la France par l’Allemagne nazie, jamais à court d’idées, il suggère à Churchill une fusion immédiate de la France et de l’Angleterre mais sa proposition arrive trop tard.

 

À la Libération, il met sur pied un plan de modernisation et d'équipement de la France qui porte son nom et crée le Commissariat au Plan. Enfin et surtout, il propose au ministre Robert Schuman le projet d’une Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA). De là sortira l’Union européenne actuelle. Jean Monnet a bien mérité son titre honorifique de « Père de l'Europe ».

 

9 novembre 1918. Décès de Guillaume Apollinaire.

 

De son vrai nom, Guillaume de Kostrowitzky, Apollinaire est le fils d'une aristocrate polonaise et d'un officier italien. Arrivé à Paris en 1900, il se fait doucement un nom de poète et de critique d'art. Durant la Grande Guerre, il obtient sa naturalisation afin d'intégrer l'armée française. Sur le front, il est rapidement blessé par un éclat d'obus et est évacué à Paris. Affaibli et atteint par la grippe espagnole, le poète meurt chez lui le 9 novembre 1918, jour de l'abdication de Guillaume II.

On lui doit des poèmes célèbres comme Le Pont Mirabeau et La Chanson du mal-aimé, publiés dans le recueil Alcools, ainsi que le mot « surréalisme ».

 

Cette date, dite « jour du destin » en Allemagne, est tout particulièrement importante pour l'histoire allemande, puisqu'elle est celle d'au moins cinq événements emblématiques, de 150 ans de l'histoire de l'Allemagne contemporaine :

 

1848 : exécution du parlementaire Robert Blum, après l'insurrection viennoise d'octobre 1848.

1918 : abdication de l'empereur, deux jours avant l'Armistice, et proclamation de la république de Weimar.

1923 : échec du putsch d'Adolf Hitler à Munich.

1938 : nuit de Cristal nazie.

1989 : chute du mur de Berlin.

On parle donc, pour cette date, de Schicksalstag (« jour du destin » ou « jour fatal »).

 

1940 : Décès de Neville Chamberlain, homme politique et d’affaires britannique.

 

Mireille Balin.

Au début de sa carrière, on la voyait aux côtés du jeune boxeur Victor Young Pérez, dit « mâchoire de béton », avec qui elle entretient une relation en 1932. En octobre  33, elle rencontre Raymond Patenôtre, richissime patron de presse — et futur ministre —, avec qui elle noue une relation passionnée.

 

Dans On a trouvé une femme nue, de Léo Joannon, elle doit se déshabiller devant la caméra et refuse d'être doublée, ce que n'aurait pas supporté Raymond Patenôtre : « Le cinéma ou moi ! », lui aurait-il lancé.

 

Mais si la rupture est consommée en 1936 avec l'homme politique, c'est surtout parce que l'actrice est consciente d'être surtout décorative dans sa vie : « Je ressemblais à une vitrine de bijoutier. C’était atroce ».

 

En 1936, Julien Duvivier lui confie le rôle de l’aventurière Gaby Gould dans Pépé le Moko ; elle y retrouve Jean Gabin.

 

Jean Grémillon la choisit alors pour tenir le rôle de Madeleine Courtois, femme fatale entretenue, face à Jean Gabin, dans Gueule d'amour. Le film, sorti en 1937, est un énorme succès. La liaison de la comédienne avec Jean Gabin, entamée lors du film précédent, prend fin peu de temps après le tournage.

 

Mireille Balin enchaîne, en 1937, avec Naples au baiser de feu, aux côtés du chanteur de charme Tino Rossi, de Michel Simon et de Viviane Romance. Ce mélodrame obtient, lui aussi, un immense succès, amplifié par l'idylle du couple vedette dans la réalité : l'actrice, tout auréolée de son succès dans Pépé le Moko et Gueule d'amour, avait rencontré Tino au Carlton de Monaco pour préparer le tournage de Naples au baiser de feu : il n'y a pas de coup de foudre, mais ils décriront tous deux, dans leurs vieux jours, la relation qui s'installe ensuite entre eux comme l'amour de leur vie.

 

En 1941, elle fait avec lui la couverture de la revue Vedettes mais sa liaison avec le chanteur prend fin en septembre 1941. Elle officialise cette rupture par une longue confession publiée par la revue Ciné Mondial : « Il y avait que je n'aimais plus Tino.  C'est peut-être que, malgré tous nos efforts, nous formions un peu le couple du veilleur de nuit et de la femme en journée. Depuis déjà longtemps on ne se parlait plus beaucoup. Brusquement, c'était devenu un inconnu.

 

Mireille Balin avait rencontré en 1938, à Kitzbühel, Aloïs Deissböck dit Birl, fils d'un industriel bavarois de la chimie. Elle le retrouve à l'ambassade d'Allemagne à Paris où il est officier de la Wehrmacht : c'est le coup de foudre. Étant elle-même en cours de séparation d'avec Tino Rossi, ils se fiancent à Cannes en novembre 1942.

 

La suite ? La vie, la carrière et la santé de Mireille Balin sont brisées. La plupart de ses anciennes relations l’évitent.

Le public se détourne d'elle également. Elle tombe dans l’oubli et se retire sur la Côte d'Azur. Elle « va s’abîmer dans une dépression nerveuse et dériver dans ses addictions : jeu, drogue, alcool ». Mais le fisc se rappelle à elle et fait tomber arriérés et pénalités : elle doit vendre sa villa.

 

Dans un dénuement complet, marquée physiquement par la maladie, elle meurt à 59 ans le 9 novembre 1968, à 5 h 30 du matin, à l'hôpital Beaujon de Clichy, dans l'anonymat et la pauvreté.

 

—————————————-

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Régis IGLESIAS - dans L'Almanach

Livre d'or

Première affiche

 

  "MA MAMIE M'A DIT"  

Spectacle nostalgique 

 

"On nous avait promis la magie, promesse tenue : un spectacle plein de féérie de souvenirs où chacun se retrouvait. Une belle énergie. Les résidents ont adoré. Merci." Marie ("La Clairière de Luci" - Bordeaux)
 
"Formidable ! Nous sommes tous remontés dans le temps, nous avons vingt ans, on a ri, on a presque pleuré et surtout on a chanté. Merci." Cathy (Arles)
 
"Un véritable petit chef d'oeuvre" ; "La légion d'honneur pour la créativité" "Un véritable artiste" ; "Après-midi formidable" ; "Absolument parfait" ; "Une rétrospective originale" ; "Un très bon moment d'évasion". Propos recueillis à la résidence Emera d'Angoulême  
 
"Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux... C'était magnifique. Nous avons revu toute notre jeunesse et notre enfance. Et c'est beau de redevenir jeune dans l'ambiance d'autrefois." Aimée et Janine
 
"Les chansons, les réclames et les anecdotes ont transporté les résidents dans leur enfance. Une après-midi de nostalgie mais aussi de chansons et de rires. Merci encore pour ce magnifique spectacle." Sandrine
 
"Spectacle complet, tellement agréable et thérapeutique pour nos personnes âgées, encore félicitations !" Docteur Souque
 
"Un choix extraordinaire de chansons, des moments magiques, des photos magnifiques, vous nous avez mis de la joie dans le coeur. Et retrouver sa jeunesse avec tous ces souvenirs, ça fait plaisir et j'espère que vous reviendrez nous voir." Mme Lorenzi (Juan-Les-Pins)
 
"Pour ma fête, par un pur hasard je me suis retrouvé dans un club de personnes âgées où j'ai pu assister à votre spectacle sur le passé. Cela m'a rappelé mes grands-parents et mes parents et c'était vraiment un moment magique." Josette, La Roque d'Antheron
 
"Bravo bravo bravo Regis, c'est le meilleur spectacle que j'ai vu depuis que je fais le métier d'animatrice." Bénédicte La Salette-Montval (Marseille)
 
"Je n'imaginais pas lorsque je vous ai accordé un rendez-vous que vous enchanteriez pendant 1 h 1/4 les personnes âgées d'une telle façon. Merci pour votre prestation qui a fait revivre les moments publicitaires, évènementiels et musicaux de leurs vies." Michelle, CCAS de Toulouse
 
"Un super voyage dans le temps pour le plus grand plaisir des résidents. Merci à Régis pour cette magie et à bientôt." Brigitte (Lunel)
 
"Enfin un retour à notre "époque". Quel bonheur, que de souvenirs, quelle belle époque ou l'amitié était de mise. Merci pour cette très belle après-midi, on s'est régalé avec ce très très beau spectacle". Danielle (Mirandol)
 
"Super - divinement bien -  tout le monde était enchanté même que M. Benaben a dit : "Vous nous avez donné l'envie de revivre notre vie"." Sylvie (Sainte Barthe)
 
"Un grand merci pour ce bon moment et je crois, je suis sûre, qu'il a été partagé par mon mari." Mme Delbreil
 
"Une féérie de l'instant." Christian
 
"Beaucoup d'émotion dans ce spectacle plein de chaleur et d'humanité." Sylvie
 
"Une soirée inoubliable. Continuez à nous émerveiller et faites un long chemin." Claude
 
"Le meilleur spectacle que j'ai jamais vu. De loin." Tonton Kiko
 
"C'est bien simple, je n'ai plus de Rimmel !" Claudine (seconde femme de Tonton Kiko)
 
"A ma grande surprise, j'ai versé ma larme. Tu as atteint mon coeur. Bravo pour ces sentiments, ces émotions fortes, j'ai eu des frissons par moment." Ta couse Céline
 
"Redge, encore un bon moment passé en ta présence. On était venu plus pour toi que pour le spectacle, mais quelle agréable surprise ! On est fier de toi, continues d'oser, de vivre !" Pascale
 
"J'avais froid, un peu hagard, l'humeur moribonde et puis voilà, il y a toi avec toute ta générosité, l'intérêt, l'affection que tu as toujours su apporter aux autres, à moi aussi et Dieu sait si tu m'as rendu la vie belle depuis qu'on se connaît comme tu as su le faire une fois de plus." Jérôme
 
"Ce spectacle est nul à chier et je pèse mes mots." Gérard
 
memoria.viva@live.fr

Ma Mamie m'a dit...

Madka Regis 3-copie-1

 

COLLECTION "COMEDIE"

Mamie est sur Tweeter

Mamie n'a jamais été Zlatanée !

Mamie doit travailler plus pour gagner plus

Mamie, tu l'aimes ou tu la quittes

"Casse-toi pauvre Régis !"

Papi a été pris pour un Rom

Mamie est sur Facebook

Papi est sur Meetic

Il y a quelqu'un dans le ventre de Mamie

Mamie n'a pas la grippe A

La petite maison close dans la prairie

 

COLLECTION "THRILLER"

Landru a invité Mamie à la campagne...

Sacco et Vanzetti

Mamie a rendez-vous chez le docteur Petiot

La Gestapo française

Hiroshima

 

COLLECTION "SAGA"

Les Windsor

Mamie et les cigares du pharaon

Champollion, l'homme qui fit parler l'Egypte

Mamie à Tombouctou

 

COLLECTION "LES CHOSES DE MAMIE"

Mamie boit dans un verre Duralex

Le cadeau Bonux

Le bol de chocolat chaud

Super Cocotte

Mamie ne mange que des cachous Lajaunie

 

COLLECTION "COUP DE COEUR"

Mamie la gauloise

Mamie roule en DS

Mamie ne rate jamais un apéro

Mamie et le trésor de Rackham le Rouge

 

COLLECTION "DECOUVERTE"

Mamie va au bal

La fête de la Rosière

Mamie au music-hall

Mamie au Salon de l'auto

 

COLLECTION "SUR LA ROUTE DE MAMIE"

Quand Papi rencontre Mamie

Un Papi et une Mamie

Mamie fait de la résistance

Mamie au cimetière

24 heures dans la vie de Mamie

 

COLLECTION "MAMIE EXPLORE LE TEMPS"

Jaurès

Mamie embarque sur le Potemkine

Mamie et les poilus

Auschwitz

 

COLLECTION "FRISSONS"

Le regard de Guynemer

Mr et Mme Blériot

Lindbergh décroche la timbale

Nobile prend des risques

 

COLLECTION "MAMIE EN BALLADE"

Mamie chez les Bretons

Mamie voulait revoir sa Normandie !

La fouace Normande

La campagne, ça vous gagne...

Mamie à la salle des fêtes

Launaguet

La semaine bleue

Le monastère

 

COLLECTION "MAMIE AU TEMPS DES COURTISANES"

Lola Montès

Les lorettes

Mme M.

Napoléon III

Plonplon

La marquise de Païva

Mme de Pompadour

Générique de fin