Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 novembre 2021 3 10 /11 /novembre /2021 15:46
"L'Almanach de Matka : Le 11 Novembre

"Aujourd’hui, nous sommes le 11 Novembre et nous fêtons les « Martin » des garçons très sympas qui savent se faire remarquer en communauté.

 

Citons l'orateur Martin Luther-King (I have a dream), le réalisateur Martin Scorcese (« Raging Bull »), le rugbyman Rémy (Martin), l'animateur Jacques (Martin), l'acteur Dean (Martin), le chanteur Ricky (Martin) - "Un, dos tres Maria ! -... etc etc etc …

 

Sans oublier Martin Lamotte - Georges Massigne, dans "L'été meurtrier" - qui dit à Souchon (« Pin-Pon ») à propos d’Isabelle Adjani :

 

« Je l’ai sauté samedi dernier à l’arrière de la camionnette. Elle a un cul. Mais un cul …

- Y a pas à dire tu as de la conversation toi…

 

La chanson du jour est de La grande Sophie :

 

« Martin, est-ce que tu viens demain?

J'aimerais bien savoir ce qui peut être possible entre nous.

Martin, les lignes de ta main,

Me laisse apercevoir des choses

Et nos rendez-vous

 

Le dicton du jour : « Si l’hiver fait son chemin, il commence à la saint Martin

 

La blague du jour : « Toc toc toc ! » « Qui est là ? » « C’est Martin. » « Martin qui ? »

« Ce Martin… un lapin… a tué un chasseur …

 

La réclame du jour : « Achetez dès aujourd’hui une machine à laver Arthur Martin

 

A part ça, c’est aussi le jour de l’armistice de 1918 qui met fin aux combats de la Première Guerre mondiale.

 

Au Casino de Paris, Mistinguett et Maurice Chevalier interprètent « La Madelon de la victoire » pour un public qui se levant comme un seul homme, reprend en coeur.

 

« Madelon, emplis mon verre  et chante avec les poilus

Nous avons gagné la guerre

Hein, crois-tu qu'on les a eus !

Madelon, ah, verse а boire !

Et surtout n'y mets pas d'eau

C'est pour fêter la victoire

Joffre, Foch et Clemenceau !

 

Ils devront bisser six fois tant la ferveur des spectateurs enfle dans la salle. « C’est la fin du cauchemar, la fête recommence… » brandit, gouailleuse, la Mist.

 

Courrier : Sachez que Mamie a reçu une carte postale le 11 novembre 1938 où on lisait au dos : « Faites l’amour, pas la guerre.

(Hans, Neckarsulm)

 

La légende raconte qu’elle aurait répondu du tac-au-tac : « Faites l’amour pas la guerre… Ou bien faites-les deux : « Tu prends la première Prussienne venue et « Mariez-vous ! » avant d’ajouter en PS :

 

Chantons :

 

« Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine …

Et malgré vous nous resterons Français

Vous avez pu germaniser la plaine

Mais notre coeur vous ne l'aurez jamais ! »

 

Souvenirs du grenier :

 

« Avant d’être mariée, j’avais dix théories sur la façon d’élever les enfants ; et maintenant, j’ai dix enfants et aucune théorie.

 

1940 : manifestation d'étudiants place de l'Étoile à Paris, pour commémorer le 11 novembre 1918 en entonnant "La Marseillaise".

« Aux armes citoyens …

 

Carnet rose :

 

1962. Demi Moore ouvre enfin les yeux.

« Etre scorpion, ça me va bien ! Capable de piquer ceux qui m'attaquent, de me défendre comme une bête ! …

 

1974. Leonardo di Caprio pousse son premier cri.

« Pour que ce jour compte. Rendez-vous sous l’horloge … (Jack Dawson)

 

Le saviez-vous ? Demi Moore et Leonardo di Caprio ont eu une brève liaison à la fin de son mariage avec Bruce Willis.

Mamie l’a lu dans Gala.

 

1968. Pour les 50 ans de l’Armistice, on fit retentir tous les clochers de France, comme en 1918 à la même heure.

 

Ce même jour, Johnny Hallyday est en concert à Lyon, le pied droit plâtré suite à une chute dans la fosse d’orchestre à Johannesburg.

 

A l’issue du concert, l’idole fracassa volontairement son plâtre contre le pied de son micro, pendant « Cours plus vite Charlie » avant de répandre les fragments de ce pansement dans le public qui les réclamait en brandissant des pancartes.

La suite appartient aux faits divers...

 

Faits divers : 1968. Johnny est hospitalisé en urgence. Ses blessures se sont ré-ouvertes et les médecins lui imposent un repos forcé de trois mois.

Minimum.

 

Cinéma :

1932. « Boudu sauvé des eaux » est à l’affiche.

« Avant, j’avais un chien. Il m’embrassait, lui ! »

 

1936. « César » de la trilogie Marseillaise est dans les salles.

« L’honneur, c’est comme les allumettes, ça ne sert qu’une fois. »

 

1998. Mary a tout prix est à l’affiche du Lido de Carmaux.

« Qu’est-ce que tu as là ? Est-ce que c’est… du gel ?

 

2015. Sorti de « Spectre », la suite de Casino Royale.

« Je m’appelle Bond, James Bond …

 

Sport : 1931. Inauguration du stade de la Forge, futur stade Bonal, à Sochaux où évolueront plus tard - sous la houlette de Sylvester Takac - : Albert Rust, Bernard Genghini, Yannick Stopyra, Philippe Anziani, Benoît Pedretti mais aussi Franck Sauzée - Keyser Sauzée -Pierre-Alain Frau, Stéphane Dalmat, Alain Cavéglia etc etc etc …

 

Bref, le mot de la fin est - une fois n’est pas coutume - de Mamie. Elle se souvient :

 

« Le 11 novembre 1918, c’est un ballet de rires, de chants et d’étreintes qui frappait le pavé Carmausin. A chaque carrefour, sur chaque place, de la musique, des attroupements, on dansait, on s'embrassait. C'était une véritable explosion de joie avec son cortège de cris, de rires, ses guirlandes, ses défilés de soldats, et moi, au milieu de tout ça, je pleurais.

 

Elle ajoute : "C'était un matin sur la terre. Les cloches des villages se répondaient, s'ajoutaient et se mêlaient. A 11 h 30, sur toutes les places de France, des hommes et des femmes dansaient ...

Bonnes journée à tous, * **

 

* « L’Almanach de Matka » (version audio) est disponible sur simple demande en MP contre un hôtel "Rue de la Paix" ou une carte « Chance ».

 

** Demain nous fêterons les « Christian ». Comme Christian Louboutin ou Christian Dior.

J’adore.

 

——————————————————————————

———————————

Carnet rose : Naissance de Patton.

George Patton est l'un des généraux américains les plus hauts en couleurs et le plus hardi de la Seconde Guerre mondiale. Fils d'un avocat, il sort de West Point en 1909 et devient aide de camp du général Pershing pendant la Première Guerre mondiale. Il commande victorieusement la contre-attaque blindée de Saint-Mihiel en septembre 1918.

 

Pendant la guerre suivante, en Tunisie, il écrase l'Afrikakorps lors de la bataille d'El Guettar en mars 1943 puis participe au débarquement de Sicile à la tête de la VIIe armée américaine. Il participe aussi avec brio au débarquement de Normandie, en juin 1944…

 

Son impétuosité lui vaut d'être sanctionné régulièrement durant sa carrière : en 1918, il est rétrogradé commandant après s'être enfui de l'hôpital où il est soigné pour une blessure reçue en Argonne. En août 1943, en Sicile, Eisenhower doit le mettre au vert après qu'il a giflé deux GI's hospitalisés qu'il a pris à tort pour des simulateurs

 

Cinéma.

A l’Origine 2009.

Comment épouser un premier ministre 1964.

Le déjeuner sur l’herbe 1959.

Quand tu liras cette lettre 1953.

 

Le 11 novembre 1831, à Southampton, en Virginie, Nat Turner est pendu après jugement pour avoir entraîné dans la révolte une centaine d'esclaves comme lui et assassiné en 24 heures une soixantaine de blancs. Ainsi finit la principale révolte d'esclaves qu'aient connue les États-Unis…

 

La commémoration de l’Armistice demeure depuis 1919 un moment fort de la vie civique en France et chez ses alliés tout en étant pratiquement ignorée de l'autre côté du Rhin, pour des raisons compréhensibles. Cette commémoration prend la forme d’un jour chômé et de manifestations collectives : soit que l'on se recueille devant les monuments aux morts et la tombe du Soldat inconnu, soit que l'on arbore un coquelicot comme au Canada ou en Angleterre.

 

À l'automne 1940, la France s'installe dans la Collaboration avec l'occupant allemand. Le 24 octobre, Pétain rencontre Hitler à Montoire. Mais la fronde gronde à l'Université. L'illustre professeur Paul Langevin, coupable de manifester son aversion pour le nazisme, est arrêté le 30 octobre (il sera relâché 40 jours plus tard). À l'approche de la commémoration de l’Armistice, qui célèbre la défaite de l’Allemagne le 11 novembre 1918, des étudiants et des lycéens parisiens (le lycée débute à cette époque avec la classe de 6e), envisagent de manifester devant la flamme du Soldat Inconnu, sur les Champs-Élysées. Ils y sont encouragés par la radio de la France Libre, à Londres.

 

À titre préventif, le gouvernement interdit les manifestations. Mais le jour venu, des jeunes gens venus du Quartier latin et des grands lycées parisiens, en particulier Janson de Sailly, commencent à converger vers les Champs-Élysées. Certains déposent une gerbe en forme de croix de Lorraine sous l'Arc de triomphe. On compte un total de trois mille à cinq mille manifestants, essentiellement des jeunes garçons et des jeunes filles issus de la bourgeoisie parisienne.

 

Ils huent Pétain, Laval et Hitler devant les soldats allemands médusés installés aux terrasses des cafés.

 

La police intervient mollement pour les disperser et procède à quelques arrestations, une centaine au total. Enfin, à dix-huit heures, des troupes de la Wehrmacht déboulent sur l'avenue et tirent à l'aveugle. La foule se disperse sans que l'on compte heureusement aucun mort. Il s'agit de la première expression publique de la Résistance.

 

Le 11 novembre 1942, Hitler déclenche l'opération « Attila ». En réponse au  débarquement anglo-américain en Afrique du Nord, l'armée allemande franchit la ligne de démarcation qui sépare la France occupée de la France dite « libre » depuis l’armistice de 1940. À Toulon, sur ordre de l'amiral Jean de Laborde, la flotte française se saborde pour échapper aux Allemands sans pour autant tomber entre les mains des Anglais ! À Vichy, le gouvernement du maréchal Pétain et de Pierre Laval est placé sous le contrôle direct de l'occupant. Il perd la fiction de son indépendance.

 

À Paris, un million de personnes descendent dans la rue pour célébrer l'armistice. Malgré la défaite, celui-ci est également fêté à Berlin par la population allemande, pour qui il signifie la fin des souffrances. Dans ses mémoires, Erzberger écrit : « Toutes les gares étaient pleines de monde parce qu'on avait su que nous retournions en Allemagne. L'animation et la joie régnaient partout

 

Le soir du 11 novembre, Georges Clemenceau confie avec lucidité au général Mordacq : « Nous avons gagné la guerre et non sans peine. Maintenant il va falloir gagner la paix, et ce sera peut-être encore plus difficile.

 

1943 : les maquis de l'Ain et du Haut-Jura défilent dans les rues d'Oyonnax, malgré la présence toute proche des troupes d'occupation. À Grenoble, en voulant commémorer le 11 novembre 1918, 600 personnes sont arrêtées, 400 hommes seront déportés, 102 en reviendront vivants.

 

1998 : début de l'opération Desert Thunder.

 

1889 : création de Don Juan, op. 20, poème symphonique de Richard Strauss, à Weimar.

 

Carnet rose.

1898 : René Clair, cinéaste français.

 

2017. Lors des championnats du monde de judo toutes catégories à Marrakech, au Maroc, le Français Teddy Riner remporte son 10e titre mondial.

 

 À la Saint-Martin, bois le vin et laisse l'eau aller au moulin.

 

1919 : "invention" de la minute de silence, pour le premier anniversaire de l’armistice.

 

Partager cet article
Repost0
Published by Régis IGLESIAS - dans L'Almanach

Livre d'or

Première affiche

 

  "MA MAMIE M'A DIT"  

Spectacle nostalgique 

 

"On nous avait promis la magie, promesse tenue : un spectacle plein de féérie de souvenirs où chacun se retrouvait. Une belle énergie. Les résidents ont adoré. Merci." Marie ("La Clairière de Luci" - Bordeaux)
 
"Formidable ! Nous sommes tous remontés dans le temps, nous avons vingt ans, on a ri, on a presque pleuré et surtout on a chanté. Merci." Cathy (Arles)
 
"Un véritable petit chef d'oeuvre" ; "La légion d'honneur pour la créativité" "Un véritable artiste" ; "Après-midi formidable" ; "Absolument parfait" ; "Une rétrospective originale" ; "Un très bon moment d'évasion". Propos recueillis à la résidence Emera d'Angoulême  
 
"Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux... C'était magnifique. Nous avons revu toute notre jeunesse et notre enfance. Et c'est beau de redevenir jeune dans l'ambiance d'autrefois." Aimée et Janine
 
"Les chansons, les réclames et les anecdotes ont transporté les résidents dans leur enfance. Une après-midi de nostalgie mais aussi de chansons et de rires. Merci encore pour ce magnifique spectacle." Sandrine
 
"Spectacle complet, tellement agréable et thérapeutique pour nos personnes âgées, encore félicitations !" Docteur Souque
 
"Un choix extraordinaire de chansons, des moments magiques, des photos magnifiques, vous nous avez mis de la joie dans le coeur. Et retrouver sa jeunesse avec tous ces souvenirs, ça fait plaisir et j'espère que vous reviendrez nous voir." Mme Lorenzi (Juan-Les-Pins)
 
"Pour ma fête, par un pur hasard je me suis retrouvé dans un club de personnes âgées où j'ai pu assister à votre spectacle sur le passé. Cela m'a rappelé mes grands-parents et mes parents et c'était vraiment un moment magique." Josette, La Roque d'Antheron
 
"Bravo bravo bravo Regis, c'est le meilleur spectacle que j'ai vu depuis que je fais le métier d'animatrice." Bénédicte La Salette-Montval (Marseille)
 
"Je n'imaginais pas lorsque je vous ai accordé un rendez-vous que vous enchanteriez pendant 1 h 1/4 les personnes âgées d'une telle façon. Merci pour votre prestation qui a fait revivre les moments publicitaires, évènementiels et musicaux de leurs vies." Michelle, CCAS de Toulouse
 
"Un super voyage dans le temps pour le plus grand plaisir des résidents. Merci à Régis pour cette magie et à bientôt." Brigitte (Lunel)
 
"Enfin un retour à notre "époque". Quel bonheur, que de souvenirs, quelle belle époque ou l'amitié était de mise. Merci pour cette très belle après-midi, on s'est régalé avec ce très très beau spectacle". Danielle (Mirandol)
 
"Super - divinement bien -  tout le monde était enchanté même que M. Benaben a dit : "Vous nous avez donné l'envie de revivre notre vie"." Sylvie (Sainte Barthe)
 
"Un grand merci pour ce bon moment et je crois, je suis sûre, qu'il a été partagé par mon mari." Mme Delbreil
 
"Une féérie de l'instant." Christian
 
"Beaucoup d'émotion dans ce spectacle plein de chaleur et d'humanité." Sylvie
 
"Une soirée inoubliable. Continuez à nous émerveiller et faites un long chemin." Claude
 
"Le meilleur spectacle que j'ai jamais vu. De loin." Tonton Kiko
 
"C'est bien simple, je n'ai plus de Rimmel !" Claudine (seconde femme de Tonton Kiko)
 
"A ma grande surprise, j'ai versé ma larme. Tu as atteint mon coeur. Bravo pour ces sentiments, ces émotions fortes, j'ai eu des frissons par moment." Ta couse Céline
 
"Redge, encore un bon moment passé en ta présence. On était venu plus pour toi que pour le spectacle, mais quelle agréable surprise ! On est fier de toi, continues d'oser, de vivre !" Pascale
 
"J'avais froid, un peu hagard, l'humeur moribonde et puis voilà, il y a toi avec toute ta générosité, l'intérêt, l'affection que tu as toujours su apporter aux autres, à moi aussi et Dieu sait si tu m'as rendu la vie belle depuis qu'on se connaît comme tu as su le faire une fois de plus." Jérôme
 
"Ce spectacle est nul à chier et je pèse mes mots." Gérard
 
memoria.viva@live.fr

Ma Mamie m'a dit...

Madka Regis 3-copie-1

 

COLLECTION "COMEDIE"

Mamie est sur Tweeter

Mamie n'a jamais été Zlatanée !

Mamie doit travailler plus pour gagner plus

Mamie, tu l'aimes ou tu la quittes

"Casse-toi pauvre Régis !"

Papi a été pris pour un Rom

Mamie est sur Facebook

Papi est sur Meetic

Il y a quelqu'un dans le ventre de Mamie

Mamie n'a pas la grippe A

La petite maison close dans la prairie

 

COLLECTION "THRILLER"

Landru a invité Mamie à la campagne...

Sacco et Vanzetti

Mamie a rendez-vous chez le docteur Petiot

La Gestapo française

Hiroshima

 

COLLECTION "SAGA"

Les Windsor

Mamie et les cigares du pharaon

Champollion, l'homme qui fit parler l'Egypte

Mamie à Tombouctou

 

COLLECTION "LES CHOSES DE MAMIE"

Mamie boit dans un verre Duralex

Le cadeau Bonux

Le bol de chocolat chaud

Super Cocotte

Mamie ne mange que des cachous Lajaunie

 

COLLECTION "COUP DE COEUR"

Mamie la gauloise

Mamie roule en DS

Mamie ne rate jamais un apéro

Mamie et le trésor de Rackham le Rouge

 

COLLECTION "DECOUVERTE"

Mamie va au bal

La fête de la Rosière

Mamie au music-hall

Mamie au Salon de l'auto

 

COLLECTION "SUR LA ROUTE DE MAMIE"

Quand Papi rencontre Mamie

Un Papi et une Mamie

Mamie fait de la résistance

Mamie au cimetière

24 heures dans la vie de Mamie

 

COLLECTION "MAMIE EXPLORE LE TEMPS"

Jaurès

Mamie embarque sur le Potemkine

Mamie et les poilus

Auschwitz

 

COLLECTION "FRISSONS"

Le regard de Guynemer

Mr et Mme Blériot

Lindbergh décroche la timbale

Nobile prend des risques

 

COLLECTION "MAMIE EN BALLADE"

Mamie chez les Bretons

Mamie voulait revoir sa Normandie !

La fouace Normande

La campagne, ça vous gagne...

Mamie à la salle des fêtes

Launaguet

La semaine bleue

Le monastère

 

COLLECTION "MAMIE AU TEMPS DES COURTISANES"

Lola Montès

Les lorettes

Mme M.

Napoléon III

Plonplon

La marquise de Païva

Mme de Pompadour

Générique de fin